Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 - Fanny de Mareuil

 

jean parvulesco,un retour en colchide,apocalypse,françois-marie bannier,marie-laure de noailles

 

(668) Trouver les femmes qui toucheront les bons nerfs. Jean-Louis N. a trouvé la sienne en la personne vénérable de « Fanny de Mareuil », une femme qui pourrait être sa mère et qui est l’aboutissement de sa vie amoureuse fantasmagorique. Dès la vingtaine, il lorgnait d’un œil ardent sur les belles personnes de cinquante, soixante et même soixant-dix ans, autant de grâces immortelles d’où il aurait pu  être issu, et qui lui procurait des « des satisfactions plénières, absolument exaltées, gratifiantes ». Est-ce parce qu'il connut le bonheur d'être dépucelé un beau jour d’inceste sacré avec sa grand-tante maternelle, « célèbre et aventureuse beauté parisienne des années soixante » et qui aurait pu être Marie-Laure de Noailles, descendante du Marquis de Sade comme lui aurait pu être François-Marie Banier ? Sans doute devait-il être depuis le début, avant même de connaître l’amour dans les bras d’une femme qui l’avait sans doute, quelques années auparavant, biberonné, fessé et torché, à la recherche d’un état pré-humain, originaire ou de son propre temps de l’Avent. Comme si la régression absolue touchait quelque chose relevant de l’immortalité. Coucher avec une vieille, c’est en effet vouloir vivre non pas après sa mort mais avant sa naissance – c’est vouloir être Dieu. Et c’est ce dont Jean-Louis N. devait se douter à « s’agiter vainement  sur le ventre flasqued’une déesse déchue », devenant à son tour l’ « Ancien des Jours » - soit le Père Lui-Même que seul le Prophète Daniel vit un instant. Au fond, « l’érotisme entièrement dévoyé [de Jean-Louis N.] n’était que la face visible d’une profonde expérience philosophique de nature antérieure, appartenant à un cycle cosmique extraordinairement dépossédé, révolu, mais d’une redoutable puissance de perpétuation souveraine. » Et qui nous dit que lorsqu’il entrait dans le corps de Fanny de Mareuil, celle-ci ne lui réapparaissait pas, rien que pour lui, dans son état de trente ans, ferme et désirable, et qu’il faisait peut-être un tour de neuf secondes ou de neuf minutes, dans son ventre ? Voici qui en défrisera plus d’un.

Comme l'esprit complotiste est contagieux ! Nous voilà à tisser des liens entre le monde de Jean Parvulesco, de Eric Rohmer, de Pascal Greggory et de Liliane Bettancourt, et selon cette règle facebookiene qui veut qu'entre une star et vous se trouvent deux amis d'amis.

Et ce n'est pas ma grand-mère facebookienne, graal charnel, pâtisserie olympienne, grâce thomiste, thésarde deleuzienne, schtroumpfette de choc, Wanda d'amour, amie de coeur ô combien, qui me contredira :

 




A SUIVRE

Lien permanent Catégories : Apocalypse Parvulesco 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.