Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nos moeurs inconséquente, une pièce écrite et mise en scène par Jean-Rémi Girard

nos moeurs inconséquentes,jean-rémi girard,choderlos de laclos,liaisons dangereuses,théâtre,compagnie de l'arme blanche

On le savait depuis longtemps metteur en scène de talent, on le découvre aujourd'hui auteur d'importance. Qui ? Mais Jean-Rémi Girard, de la Compagnie de l’Arme Blanche, bien sûr, qui a déjà monté, et avec quel bonheur, Molière, Ionesco, Ibsen, Giraudoux, Reza, et qui crée aujourd’hui sa première pièce, Nos moeurs inconséquentes, incroyable réadaptation des Liaisons dangereuses de Laclos qu’il faut aller voir, toutes affaires cessantes, à l'Espace Beaujon dans le 8ème ou à l'Aire Falguière dans le quinzième. De cette tragédie en forme de chassé-croisé cruel et sexuel, on admirera avant tout la façon musicale, quasi opératique, des ensembles dans lesquels plusieurs conversations (qui sont autant de coucheries symboliques) se déroulent en même temps sans que la clarté des propos n'en soit jamais sacrifiée et encore moins le suspense scénique. On sera très sensible avec quel art du contrepoint l'auteur-metteur en scène fait que situations majeures et mineures s'inversent à la perfection, jouant le thème du double avec un sens consommé du théâtre - et cela jusqu'à un final presque trop brillant, où le coup de théâtre dramatique prend (peut-être) le pas sur l'enjeu moral de l'ensemble. Qu'importe. Les formules font mouche, la vitesse rhétorique est constante (normal pour une pièce qui parle de stratégies sexuelles), les situations toujours captivantes - et les comédiens tous remarquables. De toutes les aventures de l'Arme Blanche, Patrick Cathala est toujours aussi juste et performant en mari ébranlé par son adultère, « et qui aurait pu avoir des valeurs ». Marc-Antoine Cleret (qui ressemble un peu à Tom Novembre) incarne avec puissance son personnage de Mathieu-Merteuil (oui, parce dans cette pièce, Merteuil et Tourvel sont des hommes, et Valmont et Danceny des femmes, inversion dramatique qui prouve à merveille que dans le jeu de l’ignominie hommes et femmes sont à égalité !) Karim El Qasri fait un niaiseux à souhait (avec un potentiel tragique vraiment remarquable). Thomas Shaw campe un romantique blessé saisissant même si son personnage aurait sans doute mérité un peu plus d'amplitude (mais cela est la faute à l’auteur, ha !) Enfin, le spectateur troublé ne pourra que poser un genou à terre devant Agnès Joyaut, institutrice subversive comme on en rêve, magnifique de séduction sournoise, et deux devant celle qui est assurément la star de la soirée, Carla Bouis, Valentine-Valmont aussi vénéneuse que vaniteuse, et qui joue de ses cuisses, de ses sourcils, de sa voix avec une maestria qui en défrisera plus d’un (la scène des gifles !) et risquera de mettre dans la salle certains couples en péril.  Alors,  que vous soyez théâtreux ou non, en couple ou célibataire, n’hésitez pas une seconde, allez vous faire démolir l'âme, le coeur et les reins par Nos moeurs inconséquentes.

Toutes les informations techniques ici.

Lien permanent Catégories : Molière 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.