Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dix ans, donc.

Innocent X.jpg

Portrait d'Innocent X, par Velazquez, que l'on peut doit voir absolument en ce moment au Grand Palais.

 

Je comptais arrêter.

Mais je n'ai pas tout dit.

Donc, ça continue.

Ou, comme dirait Kierkegaard, ça reprend.

 

 

Page Pierre Cormary.jpg

 

Mon Seigneur Jésus, je voudrais bien t'aimer.
Mon Seigneur, ne te fie pas à moi !
Mon Seigneur, je te l'ai dit, si tu ne m'aides pas,
je ne ferai jamais rien de bien.
Je te l'ai dit : je ne te connais pas,
je te cherche et ne te trouve pas :
Viens à moi, mon Seigneur !
Si je te connaissais,
je me connaîtrais aussi moi-même.
Je ne t'ai jamais aimé,
je voudrais bien t'aimer, Seigneur Jésus.
Je ne veux rien faire d'autre que ta volonté.
Je me défie de moi-même.
En toi, je me confie, Seigneur.


Saint Philippe Néri (1515-1595), fondateur de la congrégation de l'Oratoire à Rome.

 

Giotto Ascension.jpg

Lien permanent Catégories : Temps qui passe 4 commentaires 4 commentaires Imprimer

Commentaires

  • Bonjour,
    Ouf, j'ai eu peur, ces derniers jours votre blog n'était pas accessible. Merci donc pour tout ce travail que vous nous offrez depuis dix ans. Bravo.

  • Merci beaucoup, BCM. Il y a quelque temps, j'avais pensé à arrêter ce blog mais je me serais retrouvé un peu idiot. Quel intérêt aurais-je eu à garder mes travaux pour moi ? Et puisque ma carrière littéraire fulgurante a visiblement du mal à démarrer, autant continuer ici. Ca semble faire encore quelques heureux, moi le premier. Donc...

  • Flâneur occasionnel sur votre blog que j'ai découvert par le hasard d'une recherche sur je ne sais plus quoi, j'y reviens régulièrement, picorant ici et là au gré de mes humeurs et du hasard.
    Globalement, j'apprécie énormément vos billets (un peu moins les illustrations et votre goût récurrent pour des genres plus ou moins "héroïc fantasy"). Entre autres, j'ai été véritablement touché par vos réflexions sur Mauriac et plus encore sur Stendhal, que je trouve extrêmement justes et particulièrement bien senties contrairement à ce que de nombreux commentaires laissaient paraître.
    Je me réjouis de ce que vous poursuiviez ce blog qui doit vous prendre un temps considérable. On vous reproche ici et là vos textes trop longs. Et c'est vrai qu'ils sont parfois plus proches d'un véritable article que d'un simple billet. Pourquoi ne pas publier plus souvent, en plus fractionné ?
    Courtoisement,
    JHM

  • JHM, je vous remercie.
    Eh oui, je mélange allègrement culture savante et culture populaire, je passe de Simone Weil à Harry Potter et j'illustre Alain de Benoist avec Game of Thrones (avouons quand même que pour ce dernier, la série HBO ui va très bien. ) C'est qu'à mes yeux, et comme disait Leibniz je ne sais plus où, tous les niveaux de vérité sont bons. La même idée est présente autant chez le grand classique que dans la chanson populaire. Le paysan dit les mêmes choses que le philosophe. Chesterton, Powys ne procédaient-ils pas de même ? La vraie morale est celle du Petit Poucet et des contes de fées, affirmait le premier, et je crois qu'il a raison.
    Ma devise est "soleil et croix" (expression tirée de Simone Weil dans La pesanteur et la grâce) mais aurait tout aussi bien pu être : "tout est bon dans le cochon".
    D'ailleurs, c'est ce tente de dire ma nouvelle couverture velasquezienne : dans rouge satin du pape, il y a la viande. Francis Bacon, bien sûr...

Les commentaires sont fermés.