Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour en finir avec Mordillat et Prieur

medium_marie.jpg




Ah là là... ce qu'ils ont dû souffrir ces deux-là depuis une semaine ! Tant d'efforts pour briser le christianisme et voilà que le christianisme les brise, par un film hollywoodien en plus ! Salaud de Mel Gibson qui ose filmer l'Evangile à la lettre et dans l'esprit, et réaliser un chef-d'oeuvre cinématographique et théologique, qui du coup rend caduque des années de révisionnisme chrétien (ce que ne sont rien d'autre que Corpus Christi, et maintenant Les origines du christianisme). Pauvres Jérôme et Gérard ! Tous ces gens qu'on avait cru convaincre sur Arte, que Jésus n'était pas Jésus, que les Evangiles n'avaient pas été écrits - et c'est pour ça d'ailleurs qu'ils étaient antisémites, et que toute cette histoire n'était pas vraie car en vrai elle était fausse, et qui se précipitent au cinéma applaudir un méchant film qui dit rien qu'on a tort ! Ouh, ingrat public qui ne nous écoute plus ! C'est dur d'être inquisiteur médiatique à l'époque de La Passion du Christ.

Il est vrai qu'ils s'y sont assez mal pris, les frères Mordillat et Prieur, à dire tout et n'importe quoi. Ainsi, quand ils reprochent à Mel Gibson d'avoir fait un film ultraviolent et racoleur, mais rajoutent en même temps qu'une vraie crucifixion se faisait à poil et que "le condamné se pissait et se chiait dessus, vomissait..." (Libération, 31 mars 04) Heureusement que vous êtes là pour nous éclairer, les gars... En voilà, de la vraie, de la bonne, de la pure pensée gauchiste : trop de sang, mais pas assez de caca !

Ridicule aussi votre insistance à nous rappeler que Jésus était juif : "Il ne faut pas craindre de le répéter, de le dire, de le redire, de le dire autant de fois que nécessaire, tant ce qui est pour nous une affirmation historique incontestable : JESUS ETAIT JUIF...." ("Pour en finir avec Mel Gibson", Libé du 07 avril 04) et que si Gibson avait été honnête, il aurait dû montrer le Christ nu et circoncis. Mais oui, les gars, ne vous vous énervez pas sur le prépuce. Nous les chrétiens, c'est ce que nous apprenons au catéchisme le premier jour que Jésus était Juif. Si vous voulez un conseil, c'est aux Juifs qu'il faut répéter ça. Car, pour eux, ce Jésus Juif était un drôle de Juif : contre les grands prêtres, contre la Loi, contre le Sabbat, voilà un Juif qui n'arrêtait pas de dire des trucs anti-Juifs. Pas étonnant qu'ils l'aient fait tuer. Car, au fond, cette histoire, c'est bien des Juifs qui se débarrassent d'un autre Juif, non ? Où est l’antisémitisme dans ce cas ?

Il y a pourtant un passage magnifique dans votre article, un paragraphe fabuleux qui exprime exactement le sens du film de Gibson, sauf que vous, cela vous fait vomir, et que moi, cela me fait vibrer. Mystère des monades qui expriment le même monde mais non le même point de vue. Etre absolument d'accord sur la chose qui nous sépare absolument.
C'est quand vous parlez de ce supplice trop grand pour un homme normal :

"Supplicier sans fin ce corps, et ici au-delà même de la vraisemblance physiologique, au-delà même de tout réalisme, c'est défigurer la victime, ce que les nazis voulaient faire dans les camps, c'est aussi chercher à réussir une autre opération. Le corps martyrisé, tuméfié, lacéré, scarifié, maquillé du Jésus gibsonien est un leurre : c'est le prix à payer pour que soit effacé le corps d'homme et de juif et qu'advienne à sa place un corps divin, un corps universel."

Mais oui, les gars, c'est exactement ça. Comme vous le dites bien, il fallait supplicier ce corps jusqu'à ce que l'homme disparaisse et que le dieu apparaisse. Tout le Christianisme est là, dans cet excès de souffrance et de résistance, de défiguration et de transfiguration. Et c'est pourquoi Gibson a tant insisté sur la Flagellation, scène surnaturelle et sublimement mise en scène, pour bien montrer qu'à ce moment, le Fils de l'Homme laisse la place au Fils de Dieu et qu'Il est invincible, infini, universel. Comment osez-vous dire, après ça, que le film manque de spiritualité ?! Il en déborde au contraire.

Mais revenons à votre travail. Le problème, voyez-vous, est que tout en prônant l'exégèse scientifique la plus rigoureuse, vous avez fait dans l'idéologie la plus douteuse. En fait, vous vous êtes trompés de méthode. Auriez-vous eu une approche plus philosophique qu'on ne vous aurait pas soupçonné de malhonnêteté intellectuelle. Nietzsche, qui s'y connaît en Antéchrist, vous aurait aguerri. Sade, qui a écrit dans la Philosophie dans le boudoir la parodie de l’Evangile la plus drôle du monde, vous aurait soutenu. Là, nous aurions pu discuter. Mais non, vous avez voulu faire de votre débat idéologique un constat historique, et ce faisant, vous êtes apparus comme deux clercs hypocrites et sournois, bandant sous cape à l'idée de démolir le christianisme.

D'autant que vous avez trop répété que la seule méthode d'approche des textes était celle qui oscille entre le doute et le scepticisme. Tout est obscur dans cette histoire et l'on ne peut être sûr de rien ! "Nous avons acquis une seule certitude : quand quelqu'un pense avoir trouvé la clef qui explique tout, on peut être certain qu'il se trompe. Nous y compris." déclarez-vous sans rire dans le Télérama du 24 mars 2004.

Allons, pas de blagues messieurs. Toutes vos émissions tournent autour de l'idée, fondamentale pour vous, que c'est le Nouveau Testament qui contient en germe tout l'antisémitisme du monde. Vous qui doutez de tout, vous ne doutez pas de ça. Elle est là, votre "clef" : semer un doute hyperbolique concernant l'Evangile, tout en assénant, en même temps, la certitude de l'antisémitisme du même Evangile. Vous faites de même avec les Epîtres : on ne sait pas très bien ce qu'a voulu dire Saint Paul, plein de contradictions et de beautés littéraires (car, évidemment, tout le christianisme, c'est de la littérature), mais on sait par contre qu'il y a une ligne évidente, irréversible et indiscutable entre lui et Hitler.

D'abord, comme vous l'a rappelé Gérard Leclerc chez FOG, il ne faut pas confondre l'antijudaïsme, qui provient du conflit juifs-chrétiens sur la Révélation et qui est, comme on dit, une affaire de famille, puisque les chrétiens ne sont que des juifs qui reconnaissent Jésus comme le Messie, avec l'antisémitisme moderne, aux prétentions scientifiques, racialistes et biologiques, qui naît au XVIIIème siècle et dans lequel puiseront les nazis pour rationaliser leur solution finale. Evidemment, entre l'antijudaïsme théologique des chrétiens et l'antisémitisme biologique des philosophes (Buffon, Voltaire, Diderot, Kant), se tisseront, pour les racistes du monde entier, des liens pathologiques, et l'on en viendra alors à mettre sur le même plan une rupture historique intra-confessionnelle et par laquelle est sortie une nouvelle religion (le christianisme) et une politique d'extermination (le nazisme).

Dès lors, il ne sera plus possible, au nom de la Shoah, d'établir la vérité du christianisme par rapport au judaïsme. Comme l'a dit si fortement Bernanos, "Hitler a déshonoré l'antisémitisme." Affirmer Jésus comme Fils de Dieu, c'est rompre avec les Juifs qui ne l'ont pas reconnu ; et rompre avec les Juifs, simplement sur ce point théologique, c'est historiquement se rendre complice de leur extermination, ou au moins relativiser leurs souffrances. Car ce qui change aussi avec la Shoah, c'est que la grande souffrance du monde, désormais, ce n'est plus celle du Christ, mais celle des Juifs, et une souffrance qui, surtout, surtout, surtout, ne doit pas être rachetée par celle du Christ - une souffrance qui est trop sacrée pour pouvoir être mêlée au Calvaire. Jésus est mort pour tous nos péchés, sauf pour celui-là. Autrement dit, il est mort pour rien. Autrement dit, sa Passion n'est plus sacrée. Auschwitz l'a emporté sur la Croix.

C'est donc bien cette théologie moderne que le film de Mel Gibson vient de faire voler en éclats et qui lui vaut ce boycott grotesque et ignominieux.

Il faut tout reprendre à zéro : - La Passion du Christ est-il un film antisémite ? - Bien sûr que non, sauf si l'on considère, comme Mordillat, Prieur et tous leurs sbires, que c'est l'Evangile qui l'est. - Mais justement, que dit l'Evangile ? - Eh bien, que Jésus est venu sauver tous les hommes par sa mort. - Mais qui l'a tué ? - Politiquement, et techniquement, les Romains qui seuls avaient le pouvoir de la justice et qui l'ont crucifié, moralement les Juifs qui l'ont donné aux Romains. - Mais vous êtes antisémite si vous dites ça ! - Pas du tout. Allez leur demandez. - A qui ? Aux Romains ? - Mais non, aux Juifs d'aujourd'hui. - Leur demander quoi ? - Ce qu'ils pensent de Jésus, voyons. - Et ils pensent quoi ? - Eh bien, que c'est encore et toujours un imposteur. - Mais ils ont parfaitement le droit de penser ça ! - Parfaitement le droit. - Leurs ancêtres disaient la même chose ! - Vous commencez à comprendre. - Comprendre quoi ? - Eh bien, que les juifs, aujourd'hui comme hier, se seraient bien passés de Jésus, qu'ils le refusent tout autant qu'il y a deux mille ans, et que le christianisme n'est pas plus antijudaïque que le judaïsme est antichrétien. - Mon Dieu, mais alors, rien n'a changé ? - Rien. - Mais dans ce cas, c'est horrible, car cela veut dire qu'ils sont toujours le peuple déicide et que le sang du Christ n'en finit pas de leur tomber dessus. - C'est en effet ce qu'ils ont dit et qu'on lit dans saint Matthieu, XXV, 27, la fameuse phrase, "que son sang retombe sur nous et nos enfants", que Mel Gibson n'a pas fait traduire dans son film. - Et vous, ça ne vous gêne pas que les Juifs soient toujours les maudits de Dieu ? - Saint Paul a écrit des Juifs : "...eux qui ont tué Jésus, le Seigneur et les prophètes, eux qui nous ont persécutés, qui ne plaisent pas à Dieu, qui sont hostiles à tous les hommes, qui nous empêchent de prêcher aux païens pour les sauver. Ainsi comblent-ils sans cesse la mesure de leurs péchés ; mais la colère a fondu sur eux pour toujours" (Thessaloniciens, II, 15.) - Et vous trouvez que ce texte répugnant, antisémite, abject de haine et de vengeance doit servir de référence ???? Prieur et Mordillat ont mille fois raison ! - Saint Paul a aussi écrit dans l'Epître aux Romains, XI, 11: "Je le demande donc : [les Juifs] ont-ils trébuché, afin de tomber pour toujours ? JAMAIS DE LA VIE ! Mais leur chute a été le salut pour les païens, afin d'exciter leur jalousie. Et si leur chute a été une richesse pour le monde et leur déchéance une richesse pour les païens, QUE NE SERA PAS LEUR RETOUR EN MASSE ? (...) Car si leur rejet a été une réconciliation pour le monde, que sera leur réintégration sinon un retour à la vie d'entre les morts ? (...) car Dieu est assez puissant pour les greffer à nouveau [dans la nouvelle Alliance]" - ...... - Ca vous fait peur ? - Ca... Ca veut dire quoi ? - Ca veut dire que, pour saint Paul, ce sont les Juifs qui vont sauver le monde. Ca veut dire que s'ils ont été élus, puis abandonnés, ils vont être réélus et ce sera par eux que reviendra la Grâce. - L'apo...calypse ? - Oui. - Le retour du Christ ? - Oui. - Ce sont les Juifs qui vont le reconnaître ? - Oui. - Et tout le film de Gibson vous a fait penser à ça ? - Oui.

(15 avril 2004)

Lien permanent Catégories : Passion du Christ 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.