Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La manifestation désolante des Femen à Orsay

 

SUR CAUSEUR, le 16/09/20

 

femen-orsay-twitter-1200x728.jpg

 

Sous couvert de nudité, de quoi les Femen sont-elles le nom ?

 

Lecteur assumé de Sade et de Bataille depuis mon adolescence, voltairien convaincu vomissant interdictions, censures et autres puritanismes religieux ou laïcs, partisan résolu de Charlie et de tout ce qui peut offenser le sacré à partir du moment où celui-ci décide de régenter mon mode de vie, intime et esthétique, iconodule dans l’âme et obsédé sexuel à mes heures (c’est-à-dire tout le temps), tout me portait à applaudir aux performances des Femen en lesquelles je me persuadais jusqu’à présent de voir de solides et charmantes résistantes à l’iconoclasme ambiant, à la burkinisation de notre société, à la haine pure et simple de la différence sexuelle, si typique de notre post-modernité. « Persuadais » car sans pouvoir me l’expliquer, quelque chose me gênait dans ces manifestations de nudité agressive et finalement pas si érogène que ça. Ce qui s’est passé dimanche dernier au Musée d’Orsay m’a permis de l’identifier.

Mais reprenons.

Jeanne Orsay texte.jpg

 

Soit donc, Jeanne, une jeune femme, assurément sexy et apparemment délurée, qui se voit exhortée, avant de rentrer dans le musée, à remettre sa veste afin de cacher un décolleté plongeant sur une poitrine généreuse – ce qui était peut-être une erreur d’appréciation de la part de collègues un peu trop regardants (on sait que je suis moi-même agent de salle dans cet établissement depuis près de vingt ans) mais qui en soi n’avait rien de scandaleux, le règlement du musée stipulant qu’on ne peut y entrer n’importe comment (il n’est, par exemple, par permis de s’y promener pieds nus ou de se coucher sur les banquettes pour faire sa sieste et encore moins de pique-niquer devant Le Déjeuner sur l’herbe de Manet – ce n’est pas parce que des personnages picolent dans un tableau qu’on a le droit de picoler dans les salles). L’intéressée obtempéra sans faire d’histoire et celle-ci aurait pu s’arrêter là, ou plutôt ne pas commencer.  Sauf que rentrée chez elle et mue par une conscience hélas moins délurée que victimaire et plus pleurnicharde que souveraine, la bombasse ne trouva rien de mieux qu’envoyer une lettre publique à Orsay en laquelle elle expliquait comment on l’avait maltraitée, humiliée, mortifiée et pire que tout « sexualisée » – un terme trop idéologique pour être honnête et que notre amie Sophie Bachat analysa parfaitement dans son article de ce qui n’était que le premier épisode de cette ténébreuse affaire.

 

Femen Orsay.jpg

 

Car quelques jours après, voici que les Femen s’en mêlaient, envahissant la nef du musée et, comme à leur habitude, arborant leurs poitrines mitraillettes peinturlurées de slogans soi-disant « émancipateurs » dont le désormais fameux « ceci n’est pas obscène » qui me fit d’abord penser au célèbre tableau de Magritte : « ceci n’est pas une pipe. » Non pas, grands dieux, que les seins, organes maternels et érotiques les plus divins que la nature ait offert aux femmes (et même si on peut leur préférer les fesses, et, pour certains connaisseurs, les pieds, là-dessus, le débat reste ouvert) soient « obscènes » mais pourquoi, foutre ciel, croire et vouloir faire croire que celles et ceux qui les remarquent et souvent les chérissent le soient – « obscènes » ? Pourquoi exhiber avec autant de fureur ce que l’on va ensuite blâmer de regarder ? Cette candeur perverse qui consiste à pousser les hauts cris parce que l’on a remarqué ce que vous affichiez avec fierté et bonheur m’a toujours prodigieusement fasciné. « L’obscénité est dans vos yeux !», vociférèrent ainsi les vierges de fer entre les statues effondrées de tant d’arrogance et sans doute contrites qu’on interdise de les regarder d’un œil gaillard. Car c’était en effet bien de ce cela qu’il s’agissait : suspecter le regard (cet horrible « male gaze », coupable parmi les coupables), jeter l’opprobre sur le désir, faire d’un attrait naturel pour les formes féminines (et que tous les artistes de l’humanité célèbrent depuis la Vénus de Willendorf) une « obscénité ». Serait-ce là la secrète mission de ces femelles peu aimables, non pas libérer le désir mais au contraire le discréditer, l’interdire, le punir ?

 

La vérité sortant du puits.jpg

La Vérité sortant du puits armée de son martinet pour châtier l’humanité, Jean-Louis Gérôme, 1896, Musée Anne-de-Beaujeu

 

« NOTRE DÉCOLLETÉ ON VOUS LE MET BIEN PROFOND,  @MuseeOrsay ! Nos seins ne sont pas obscènes, c’est ton regard qui l’est ! Baisse les yeux ! », comme le tweeta un peu plus tard, et  avec une délicatesse exquise, une certaine Sofia OIO. Baisse les yeux, tiens, tiens, tiens… Nos combattantes de la liberté seraient-elles des saintes nitouches d’un genre particulier ? Des adeptes du bandeau noir ou du carré blanc ? Des néo-victoriennes pornographes dont les tétons ne sont brandis que pour énucléer le regard des hommes (et d’ailleurs celui des autres femmes, celles qui qui sont fières de plaire aux hommes et savent que le décolleté attise le vouloir-vivre) ? N’étant pas hélas en service ce jour-là, je ne sais si j’aurais baissé les yeux devant la schlague de ces passionarias de l’anti-Eros mais ce qui est sûr, c’est que leur performance me les aura ouverts. En vérité, les Femen ne sont pas du tout celles que l’on croit. Ni émancipatrices, ni libératrices, ni d’ailleurs très libres (on dirait un commando stalinien), leur numéro relève plus de l’expédition punitive que de la danse du ventre. Si elles se dénudent en gueulant, ce n’est pas pour affirmer leur féminité mais pour la nier. Si elles exhibent leurs seins, c’est pour les désérotiser immédiatement – et malheur à celui qui y sera sensible ! Rien de moins draguable qu’une Femen. Rappelez-vous ce qui est arrivé à Philippe Caubère, trainé en justice par une ex-d’entre elles, Solveig Halloin, avec qui il eut le malheur d’avoir une liaison et qui, dix ans plus tard, l’accusait de « viol » – plainte qui n’aura pas de suite et se retournera contre la plaignante, bientôt jugée pour diffamation.

Loin d’être les affranchies qu’on imagine, les Femen ne sont que de méchantes censeures qui ne dévoilent leur corps que pour mieux voiler les sens, qui ne se foutent à poil que pour signifier au malheureux qui y céderait qu’il n’est qu’un délinquant discriminant. Ce n’est plus « couvrez ce sein que je ne saurais voir » mais « découvrons ce sein que vous ne sauriez voir », quoique la suite de la célèbre réplique de Tartuffe corresponde tout à fait au credo de nos cruches (au sens propre et figuré) : « Par de pareils objets les âmes sont blessées ; Et cela fait venir de coupables [ou d’obscènes] pensées ». Le désir coupable, obscène, criminel – le voilà l’Ave Maria de nos viragos. Car ce sont elles les vraies prudes de cette affaire et non les agents d’accueil qui ont cru bien faire. Ce sont elles les Anastasie qui en veulent à mort à la différence sexuelle et à l’attirance biblique (c’est-à-dire biologique) qu’exerce chaque sexe sur l’autre. Ce sont elles les ennemies de l’humanité désirante, véritables exciseuses qui n’ont cesse de vouloir réduire la femme à l’état de pucelle (comme Jeanne la bien nommée).

 

musée d'orsay,femen,jeanne,décolleté,imane boun,islamisme,puritanisme,censure,sexualisation

 

Imane Boun.jpg

Imane Les 8 conditions du voile.jpg

 

D’ailleurs, il faut reparler de cette Jeanne, voir quel genre d’« enfant du siècle », comme elle se surnomme sur son profil Tweeter, elle est exactement – et se rendre compte tout de suite que si elle défend les décolletés (à condition qu’on ne les remarque pas), elle défend aussi le voile islamique, refuse du reste que sa mésaventure ne serve la cause des « islamophobes » et se retient bien d’apporter son soutien à la journaliste Judith Waintraub menacée de mort après avoir ironisé sur le voile d’Imane Boune, petite islamiste radicale que Jeanne, en revanche, célèbre de toute sa belle âme de bigote intersectionnelle. La boucle est bouclée : les Femen sont venues défendre à Orsay une jeune femme au décolleté audacieux qui, elle, défend une étudiante entièrement recouverte dans son sac à patates et qui, entre deux recettes salafistes, milite pour le séparatisme et « les huit conditions du voile » dont celle de « ne point ressembler aux vêtements des mécréants » (comme un décolleté voyant par exemple ?)

 

Ramses dans son harem.jpg

Jean Lecomte du Noüy, Ramsès dans son harem, Orsay, Salles orientalistes.

 

C’est là tout le paradoxe de cette histoire insensée, quoique typique de notre monde schizo, où la libertaire anti-libertine rejoint la talibane aux fourneaux, où le sexe n’a droit de cité que s’il est désexualisé, déconstruit, déshumanisé de fond en comble, où, sous couvert de nudité, il s’agit bien d’abolir le désir, de brûler les images, de coudre les paupières et de stériliser l’origine du monde. Car il ne faut pas s’y tromper. Le « ceci n’est pas obscène » des Femen qui a fait applaudir quelques visiteurs inconscients était bien un « ceci n’est pas un objet de désir » et bientôt, je l’ai déjà dit ailleurs, ce credo s’appliquera aux œuvres du musée elles-mêmes – car quoi de plus désirable, de plus sexuel, de plus sexué, de plus « obscène », donc, pour cette engeance, que les Baigneuses de Renoir, les Tahitiennes de Gauguin et les femmes de Ramsès dans son harem de Jean Lecomte du Noüy ? Lieu du désir et de la divine obscénité, l’art devient peu à peu le véritable ennemi.

 

Émile_Bernard_Autoportrait_symbolique_1891.jpg

Émile Bernard, Autoportrait symbolique, 1891, Orsay, galerie Françoise Cachin (anciennement "Colonnes")

 

Lien permanent Catégories : 2020 et Monde d'hier, CAUSEUR Pin it! Imprimer

Commentaires

  • L'analyse conforte mon hypothèse que, sous couvert d'êtres des radicales révolutionnaires, les Femens sont en fait des ultra-réactionnaires (à l'instar de Reagan et Thatcher).

    Ce n'est donc pas si étonnant qu'elles s'entendent bien avec les intégristes islamistes (femmes).

    On revient à cette fin du XIXe siècle - la soi-disante Belle Époque - où le plaisir est suspecte et le désir interdit. Cet ancien monde que dépeint si bien James Ivory...

  • Le révolutionnaire veut liquider l'ancien monde alors que le réactionnaire veut le retrouver. Le révolutionnaire rêve d'un homme nouveau, le réactionnaire est un nostalgique d'une humanité harmonieuse et d'ailleurs sexuée. Or, c'est cette sexualistation que les Femen et les néo-féministes veulent abolir. Elles ne veulent surtout pas revenir au XIXème siècle mais au contraire arracher tout ce qui reste de ce siècle dans le nôtre. Et le XIXème (francais en tous cas) n'était pas précisément puritain - il etait surtout hypocrite.

    De toute façon, le réac n'est pas spécialement puritain (il peut l'être mais ce n'est pas sa première particularité.) Rien à voir avec La Belle Époque, donc (celle justement représentée par le musée d'Orsay où la tolérance était telle qu'il y avait même des maisons pour ça.) Il suffit de relire Proust ou de revoir French Cancan de Renoir pour s'en convaincre.

    Non, le réac est antirévolutionnaire par essence comme le révolutionnaire est anti-réactionnaire et anti-conservateur. Va dire aux Robespierre, Lénine ou le sinistre Che Guevara qu'ils étaient "réactionnaires". Je ne vois pas non plus ce que Reagan et Thatcher viennent faire là (ils n'auraient de toute façon pas été très Femen et les auraient même interdites.)

  • Ne soit pas manichéen. Cela réduit ta pensée.

    Radical et Révolutionnaire n'est pas celui - ou celle - qu'on croit. Et on peut malheureusement être un réactionnaire de gauche.

    Petain avait baptisé son retour à un Ancien Régime fantasmé 'Revolution Nationale'...

  • Où suis-je manichéen ? Je ne fais que définir les mots et leur contexte historique. C'est toi qui confonds tout : réactionnaire, révolutionnaire et radical sont trois choses différentes, le dernier pouvant s'appliquer aux deux autres. Mais ces deux-là restent ideologiquement et historiquement antagonistes. Encore une fois, le réactionnaire est un conservateur (un peu énervé, voire désespéré), ce que n'est pas par définition le révolutionnaire. Quant à la "révolution" nationale de Pétain, elle est une imposture doublée d'une forfaiture. Elle ne correspond en rien aux canons réels de la révolution.

  • Ce n'est donc pas la présentation qui compte que l'objectif. D'où ma comparaison avec Reagan/Thatcher, quo avaient saisi une rhétorique radicale pour en fin de compte démanteler 50 années de charpente sociale, poutre par poutre, sans réellement proposer quoique ce soit de nouveau.

    Pour moi, les Femens sont sensiblement la même chose: sous une rhétorique apparemment radicale, elles sont profondément réactionnaires. Elle ne proposent en fait rien de neuf.

    Et ne parle pas de l'hypocrisie bourgeoise du XIXe siècle comme étant révolue: en s'exhibant ainsi elle jouent sur deux tableaux. Avec, clefs en main l'attitude oxymoronique qu'elles se transforment en objet pour dénoncer qu'on les considère en objet...

  • Oui, non, là, tu parles de tout à fait autre chose. Mais parce que tu ne comprends pas très bien ce que veulent les Femen et les néo-féministes.

  • Cela se peut.

    Mais mon impression c'est que - sans se l'avouer et pire en le décrivant comme un avenir radieux - tout le monde veut retrouver le bon vieux temps, y comprises le neo-feministes.

    Il suffit de faire le relevé des contradictions, comme tu l'as fait dans ton article, d'ailleurs.

    Le débat tourne autour de quel Âge d'Or faut-il embrasser?

  • Mais non justement. Aucun "âge d'or" chez les Femen et les féministes - mais une volonté contre-nature d'en finir avec les origines du monde, le désir et la chair. Même aux moments les plus puritains de notre Histoire, on n'a jamais voulu abolir la chair (surtout dans sa différence sexuelle - bête noire de nos amazones qui sont fondamentalement des transhumaines, et c'est cela qui est ultra-nouveau, nocif et révolutionnaire.)

  • Ça, je veux bien l'entendre.

    Notons, à mon avis, c'est finalement une marque de décadence. Cela n'apporte rien à la société, cela ne fait que participer à la décomposition générale.

    En tout cas, c'est aussi mortifère que les attitudes économiques et politiques dominantes.

    Comme la planète est en feu, et que tout le monde s'en fout, je reconnais qu'il ne reste que des combats stériles...

  • Pour elles, ce n'est pas un combat stérile mais un combat capital à mener afin de changer le monde. Et le monde change en effet. Comme une amie me le disait, nous sommes passés de l'autre côté. Et là aussi, c'est bien pire qu'une décadence, c'est un changement (pour ne pas dire un remplacement) anthropologique.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel