Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 - Mal absolu

 

alain de benoist,mémoire vive,éléments,gauche,droite,joeffrey lannisterMal absolu - « Aucun régime, même le pire, n'a jamais représenté le mal absolu, car le mal absolu n'est pas de ce monde. Les totalitarismes nazi et stalinien ont été des régimes exécrables mais, s'ils avaient été le mal absolu, ils n'auraient jamais séduit personne. La diabolisation rend inexplicables les adhésions, les enthousiasmes qu'ils ont suscités. Il en va de même des idéologies les plus fausses : si elles ne contenaient pas une part de vérité, elles n'exerceraient aucune influence. Au surplus, les idéologies ne sont pas des systèmes étanches. Il y a toujours des passerelles qui peuvent les relier entre elles. Dans la vie réelle, il n'y a que des systèmes plus ou moins préférables, ou plus ou moins détestables (....) »

Haine égalitaire, mépris hiérarchique - « LA HAINE EST PLUTOT DE GAUCHE TANDIS QUE LE MEPRIS EST PLUTOT DE DROITE. Le mépris s'exerce du haut vers le bas, tandis que la haine exige une perspective plus égalitaire : si tous les hommes se valent, il n'y a que la haine pour justifier leur exclusion absolue (...) »

Admirer son adversaire -  « Cependant, il y a aussi à droite un thème que l'on ne trouve que très rarement à gauche : c'est l'estime pour l'adversaire, non pas bien qu'il soit mon adversaire, mais au contraire parce qu'il est mon adversaire, comme le dit Montherlant, et parce que je l'estime à ma mesure. C'est au fond, le principe du duel, qui dérive de l'éthique de l'honneur, et c'est aussi une forme de générosité : être capable d'admirer son ennemi sans cesser de le combattre pour autant. Le mépris lui aussi relève de l'éthique de l'honneur, tandis que la haine se rattache à la morale du bien et du mal absolus (...) qui reste de ce point de vue robespierriste : l'ennemi est une figure du Mal. (...) »

alain de benoist,mémoire vive,éléments,gauche,droite,joeffrey lannister

Amour du beau geste (à droite) - « De même à droite, le talent est souvent regardé comme une circonstance atténuante, alors qu'à gauche il est plutôt une circonstance aggravante. Parce qu'elle a souvent une conception esthétique de la politique, la droite est plus sensible au beau geste, à la façon dont on fait les choses, aux qualités de caractère. (...) A gauche, si une l'adversaire est un grand écrivain, un grand savant, un grand peintre, un grand sculpteur, un grand cinéaste, il n'en est regardé que comme plus dangereux.(...) »

Sectarisme (gauche) - « Vous remarquez aussi que lorsqu'un homme de gauche tient des propos de droite, les gens de droite applaudissent, tandis que lorsqu'un homme de droite tient des propos de gauche, les gens de gauche jugent aussitôt qu'il n'est pas net, qu'il cherche à se démarquer, à récupérer, etc. Toujours le sectarisme. »

 

A SUIVRE

Lien permanent Catégories : Mémoire vive, Alain de Benoist 1 commentaire 1 commentaire Imprimer

Commentaires

  • C'est tres vrai, tout cela, mon bon monsieur. Sauf dans le cas sarko, je ne crois pas qu'il estime l'adversaire. D'ou son echec passé

Les commentaires sont fermés.