Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pierre Cormary

  • La miséricorde infernale (sur Mesure pour mesure)

    MESURE POUR MESURE, DE WILLIAM SHAKESPEARE

     

    Le machiavélisme du bien

    Ou

    La miséricorde infernale

    Ou

    L’irrégularité constante

     

     

    A Fanny Casal

     

    shakespeare,mesure pour mesure,machiavel

    Measure for measure (1603), production BBC, dirigé par Desmond Davis (1979). Isabella (Kate Nelligan) face à Angelo (Tim Piggot-Smith). Editions Montparnasse, voir extrait.

     

    L’horrible pièce ! La pièce géniale ! La pièce où la quasi-totalité de l’action se passe dans un couloir de la mort  où l’on attend l’exécution de Claudio.  La pièce où l’on finit par trouver que Vincentio, le bon duc, est peut-être pire que le tyran, Angelo. La pièce du désordre moral absolu où pour faire le bien il faut laisser faire le mal. La pièce où Dieu lui-même se conduit comme un beau diable mettant à l’épreuve toutes ses créatures, les poussant jusqu’au risque qu’ils commettent le péché irrémissible, celui de refuser l’esprit saint, mais qui leur pardonne et les sauve in extremis – y compris celui à qui il vient de dire qu’il ne lui pardonnerait pas, le fanfaron Lucio. La pièce qui exprime tout ce que Richard Marienstras a analysé dans son Shakespeare et le désordre du monde et qu’il appelle « le machiavélisme du bien ».

     

    shakespeare,mesure pour mesure,machiavel

    Le duc en moine (Kenneth Colley)

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : 1616 - 2016 Année Shakespeare 0 commentaire 0 commentaire Imprimer