Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nous sommes tous platoniciens.

Maternité.jpg
(photo de Jean-Louis Bongrand pour le projet "Etat d'âme",
avec Sonia Zonenberg, mannequin,
http://www.facebook.com/group.php?gid=26924115780)

 

 

Même si nos mères n'ont pas été La mère, même si Joscaste et Médée, même si Lucie Ceccaldi, Vitalie Cuif, Folcoche et Génitrix, même si la maltraitance, l'abandon et la cruauté, même si le dégoût de la vie, le goût du néant et la haine de Dieu, même si la privation de la chair, l'impossibilité du contact et l'abjection sexuelle, même si en chaque bébé un Richard III potentiel, même si tous les enfants que je n'aurais pas ne savent pas le bonheur qu'ils me doivent, personne ne pourra ne pas se sentir fondre, au moins un instant, devant cette image idéale de  la plénitude maternelle. Personne ne pourra nier qu'il a en lui une idée absolue de l'amour et du désir - même s'il n'aime pas l'amour et ne désire rien. Personne ne pourra renier le fait que la vie aura eu quelque chose de bon, de beau et de vrai - même par le biais du fantasme ou celui de la croyance. Personne ne pourra regretter que cette relation idéale existe même s'il ne l'a pas vécu lui-même. Nous pourrons nous  suicider un autre jour, mais aujourd'hui, nous trouverons que cet enfant allaitant cette femme nous redonne l'idée de la joie et de la vie. Car nous sommes tous platoniciens - nous avons tous en nous des modèles absolus, des formes idéales, des Idées en un mot, que la vie réelle  ne cesse de contrarier, mais qui nous retiennent de la quitter.

Lien permanent Catégories : Regarder 23 commentaires 23 commentaires Imprimer

Commentaires

  • Je ne sais pas trop si je suis platonicien, mais cette image, désir et maternité mêlés, est en effet magnifique.

  • Mon pauvre Pierre, le plus comique, confinant même au grotesque de ta part, est que cette image est la plus stéréotypée, lisse, convenue, trafiquée, publicitaire, fausse en un mot qui soit...
    En plus, elle n'est même pas simplement crédible : si tu as déjà vu une femme allaitant un môme de cette façon, franchement, plutôt que de lire Platon, je te conseille de lui offrir en abonnement la revue en lien...

  • Je ne trouve pas cette image magnifique, mais je suis bien volontiers platonicien !

  • J'ai des amis chiants ! Pas un pour être d'accord avec l'autre, putain !
    Cela dit, je suis content que le Transhumain soit, sur l'essentiel, d'accord avec moi. Cette image est sublime, et l'on vous emmerde, le zonard méchant homme et le Vierge contrariant !

  • D'après le dernier billet du Stalker consacré (baillement...) à un "critique littéraire" du Nouvel Obs (en a-t-on vraiment besoin ?), Alina Reyes serait "bientôt canonisable" (c'est sûr que ce n'est pas à ce poseur imposteur que ça risque d'arriver !) : alors que cette remarque se voulait perfide et vacharde, quel plus beau compliment, je suis sûr que ça ira droit au coeur de l'intéressée !

  • A l'attention de Stalker qui a l'air de s'y connaître en allaitement ... ;-)
    Je suis la femme de la photo, et c'est mon fils qui est dans mes bras. Non, pas celui de quelqu'un d'autre ! Et c'est bien à mon sein qu'il se nourrit ... Cette photo n'est donc en rien transformée ou fabriquée au risque de vous décevoir !... Ce n'est donc ni une publicité, ni une photo trafiquée, ni donc fausse ... Certes, vous pouvez la trouver stéréotypée, lisse ou convenue ; ce n'est là qu'une question d'appréciation.
    A mon tour, en vous lisant, je pourrais vous qualifier de certaines façons en me posant quelques questions du type :
    Etes-vous une femme qui a râté son allaitement ou bien un homme qui n'a jamais accepté le fait que sa mère ait refusé de l'allaiter ?
    Suite à un problème de dos, n'avez-vous plus pu porté votre enfant dès qu'il a dépassé les 8 kilos ? Pour info, mon fils en pèse 9 sur cette image ...
    Votre femme vous a délaissé dès qu'elle a accouché et n'a eu d'attentions que pour le petit être qu'elle couvait au sein ?
    Vous voyez, moi aussi, en vous lisant je peux avoir de vous l'image toute faite de quelqu'un de rustre, frustré, jaloux et inculte ! Pourtant je suis presque sûre que tel n'est pas le cas. Je pense qu'il est possible de trouver un peu de douceur au fond de vous, qu'une part de vous est aussi épanouie, que vous ne passez pas votre temps à envier le bonheur des autres et que vous êtes tout à fait au courant qu'il existe différentes "positions" pour allaiter (comme pous faire l'amour !) et qu'il n'y a pas un emploi du temps en la matière ...
    Pour terminer, cette photo a été prise dans le courant de l'été alors que mon fils n'avait pas encore 10 mois, aujourd'hui il en a plus de treize et je viens tout juste de terminer son allaitement ... Hier pour être tout à fait précise ! Ca a été une décision très difficile à prendre car c'était l'un des moments que je préfèrais partager avec lui. J'imagine que de le savoir va vous régaler à moins que vous ne réalisiez la peine que vous avez pu me faire avec vos propos, et que vous vous remettiez en question.
    Pour ma part, j'ai encore l'intime conviction que tout le monde peut changer d'avis et j'admire ceux qui en sont capables ...
    Bien à vous, et encore désolée ...
    SZ

  • Madre de dios, après le freak en personne, notre bon maître de séance, voici le défilé des monstres !
    Ton blog Pierrot, c'est un peu la cour des miracles quand même...
    Ravi, chère Esmeralda, de vous rencontrer. Ne tirez pas trop vite de conclusions (vous l'avez dit, bêtes et hâtives) sur le modeste Quasimodo croulant sous de pesants volumes poussiéreux qui se permet de trouver cette photo (pas vous ni votre fils, même s'il a de drôles de façons de faire avec sa maman...) peu naturelle.
    Certes, je m'y connais sans doute moins que vous en allaitement (mais je rattrape mon retard depuis que j'ai découvert les forums Doctissimo) mais j'ai rarement vu pareille mise en scène au quotidien, non, ce sourire béat alors que les gerçures, le suçottement de ce petit fauve qui doit être affamé puisque, sauf erreur de ma part, vous ne semblez pas être pleine à ras bord de bon lait de maman, cette belle chevelure stochastiquement renversée sur vos épaules (un peu de bon sens vous aurait commandé le chignon pour ne pas braquer le môme)... ?
    Et puis, ma chère Corse, je moquais deux choses : la photo, pas canon à mon sens et encore moins naturelle et, surtout, la note qu'en a faite notre bon Pierre qui, décidément, ces derniers temps, paraît très affecté par une dangereuse poussée hormonale...
    Si tu permets, Pierre, je vais continuer à assister à la suite de ton spectacle, d'accord ?

  • Pardon, ou le premier imbécile venu va encore m'accuser d'imposture : les crevasses, pas les gerçures bien sûr...

  • Mes hormones ont toujours l'air d'agiter les tiennes, ce me semble... Impayable cette manière que tu as de venir régulièrement sentir sous nos aines, et par tous les moyens, lycanthrope, va ! Pour le reste, cette photo est en effet une superbe mise en scène d'allaitement et de désir, très voluptueuse, très émouvante, et qui en effet me redonne la pêche. Tant pis si tu n'aimes pas !

  • C'est dingue ! Voilà que je reçois maintenant comme commentaire une vidéo dégueulasse censée, si j'ai bien compris, se foutre et de la photo de Sonia et du Stalker... Non, là, les Hilton, désolé, mais elle ne passera pas.

  • Mais même pas vrai, vieux

    On terminait notre message par un NOS HOMMAGES, MADAME

    alors quoi ??

  • Mon pauvre Pierre, même dans mes cauchemars les plus sordides, je n'ai jamais, grands dieux non, voulu renifler sous vos aines, beuuuuuuuuuuuurk...
    Je maintiens : cette image est ridicule, ni belle ni érotique et vos extases platoniciennes, au Transhu et à toi, comiques sur un tel support (publicitaire)...
    Finalement, que ton désir réponde à ce genre de sollicitation ultra-convenue me paraît normal...

  • Eh bien je la trouve toujours fort belle, cette photo. Personne n'a dit que c'était l'oeuvre du siècle, mais j'y suis sensible.

  • La photo est belle certes. Je ne sais pas si j'en tirerais les conclusions "platoniciennes" que vous viennent à l'esprit. Ce que je trouve fort intéressants dans la photo c'est le côté non fusionnel de la position. Généralement, une photo de mère qui allaite est une photo d'une femme qui n'en a que pour son enfant.

    Ici, elle nous regarde et nous invite même à participer (non pas à l'allaitement, mais à... quoi? On pourrait presque dire une sociabilisation du petit.)

    Soit dit en passant, treize mois pour allaiter? Chapeau. Ma femme allaitait pendant six à huit mois...

  • Le souci, c'est que finalement Pierre n'a pas été platonicien. Car si nous avons tous en nous des formes idéales, des modèles absolus, des Idées, chacun d'entre nous ne les retrouve en revanche pas dans les mêmes représentations.

  • Mais c'est cela être platonicien ! Car si les images, les représentations, les "copies", sont relatives, les Idées, elles, sont absolues. Je kiffe cette photo, mais j'aurais pu mettre une maternité de Picasso, ou même une simple photo de particulier, qui auraient pu vous faire kiffer, et par là-même, vous faire partager la même belle, bonne, et vraie idée de la plénitude maternelle. Pour une Idée, mille images. Le vrai souci serait de voir quelqu'un dire que dans tous les cas, quelle que soit la représentation, il n'est pas sensible à cette idée de plénitude maternelle - que c'est de la blague, une douce illusion vitale, un simulacre social, que sais-je encore, et que lui n'est absolument pas sensible à ce beau, vrai et bon.

    Toutes proportions gardées, c'est comme si l'on disait que "La liberté conduisant le peuple" de Delacroix renvoie à l'essence de la liberté et du peuple et que quelqu'un dise "pas pour moi". Bien sûr, individuellement, il aura raison - et Platon aura tort.


    Très juste, en revanche, la remarque d'Hawkeye sur la sociabilité. Ce qui est beau dans cette photo, et qui semble choquant pour le Stalker ou d'autres, est que, précisément, cette mère semble heureuse de nous présenter son petit. En général, les représentations d'allaitement montrent une femme en autarcie avec son bébé, ne regardant que lui, ne vivant que pour lui, nous excluant de la scène, alors que là, elle nous montre qu'elle est heureuse d'allaiter, et dans une certaine mesure, elle nous présente son fils. Elle le nourrit, et elle nous signifie le bonheur de cet acte. C'est cela, ce regard "caméra", qui fait, à mon sens, l'émotion de cette scène.

  • On ne s'est pas compris, Pierre. L'Idée de la plénitude maternelle, oui, pourquoi pas (encore que je n'y "crois" que pour autant qu'on me parle aussi de plénitude paternelle, mais bon... ^^) ; en tous les cas, oui, les Idées sont des absolus. En revanche, on peut ne pas retrouver comme toi cette idée dans la représentation que tu nous proposes, et donc ne pas être d'accord avec ton "personne ne pourra ne pas se sentir fondre, au moins un instant, devant cette image idéale de la plénitude maternelle". Je conteste l'aspect "idéal" de ton image et ton "nous" qui ne m'englobe pas. C'est tout. Mais je comprends bien que cette image t'ayant "parlé", tu souhaites la faire partager et faire partager ce que tu as ressenti, et que tu te réjouisses que d'autres, comme notre Transhu, s'y retrouvent. Ne soit toutefois pas totalitaire dès le début, partant du principe que tout le monde doit être d'accord avec toi ^^.

  • ... le dernier en date à avoir parlé d'archétype, me semble être Jung.... et ça me va aussi.
    Mon Dieu, la belle femme, épanouie, heureuse ! Et quelle chance pour cet enfant !

  • Montalte, rien ne me choque dans cette image, hormis son absolue platitude, son manque d'érotisme, d'intelligence, d'à peu près tout ce qui fait justement une belle image, de simple crédibilité même puisque, sauf erreur de ma part, à moins que le petit ait eu au moment du déclenchement de l'objectif une soudaine crise de colique, je n'ai jamais vu un mioche téter (un sein aussi plat, c'est aussi louche).
    Je la trouve donc, cette image, absolument plate et dépourvue de tout ce que tu y vois : ce n'est pour moi qu'une publicité digne d'Elle, absolument pas une image de la plénitude maternelle et tout le baratin que tu fais mousser...
    Sociabilité ? Oui, je parlais de ton désir comme étant orthonormé par de bêtes images, même si, bien évidemment, nous réagissons tous plus ou moins à de tes banales images, sans toutefois, du moins dans mon cas, mêler Platon à ces amusements...

  • hé bien moi, pour l'admiration, j'avoue y avoir été disons plutôt indifférent à première vue. Maintenant, à mieux y regarder, et surtout après les mots du modèle, je trouve assez chouette que de nos jours les plus jeunes d'entre nous puissent s'essayer à la pratique du bboying pendant la tétée...

    Cette image est pleine de jeux. Et Zonenberg : quel nom fabuleux pour se faire souiller par une crapule

    Mes hommages tout pareil, Sonia

  • Toute anhypothèse bue...
    a vue de nez, Platon m'a l'air moins en forme que cette jolie femme et son enfant...

  • (...) La Vierge, d'allure masculine et autoritaire, renvoie aux relations complexes de Max Ernst avec son père, qui était artiste. L'identification à l'enfant Jésus, confirmée par la présence de la signature dans l'auréole, tombée à terre, fait référence au jeune Ernst, qui à sept ans s'était échappé de chez lui en chemise de nuit et était apparu à des passants comme l'«Enfant-Jésus». Son père, une fois sa colère passée, avait ensuite peint son fils sous les traits de celui-ci.

  • hors sujet !
    peut-être, mais tant pis !
    Pour Sonia, voilà les quelques mots que votre image m'a inspirés. J'ai découvert cette photo, en me promenant sur "Etats d'âmes" :

    Anima lité

    La douce heure
    nourrit sonne
    En son sein
    la Ma donne...

    Sara Do

    Ils vous sont dédiés, ainsi qu'à l'auteur de la photo, J-L Bongrand... Ils ne pourraient être, s'ils n'avaient pas croisé votre si belle âme maternante ;-)

    D'étoilement !

Les commentaires sont fermés.