Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bien croire II (d'après Rémi Brague)

 

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres

 

 

"Soit un exemple extrême, L'Enterrement du comte d'Orgaz du Gréco. Une horizontale divise le tableau en deux parties, inférieure et supérieure, terrestre et céleste. Et dans la partie basse, il y a bien une figuration ou narration qui représente l'enterrement du comte, bien que déjà tous les coefficients de déformation des corps, et notamment d'allongement, soient à l'oeuvre. Mais en haut, là où le comte est reçu par le Christ, c'est une libération folle, un total affranchissement : les Figures se dressent et s'allongent, s'affinent sans mesure, hors de toute contrainte. Malgré les apparences, il n'y a plus d'histoire à raconter, les Figures sont délivrées de leur rôle représentatif, elles entrent directement en rapport avec un ordre de sensations célestes. (...) Il ne faut pas dire que "si Dieu n'est pas, tout est permis". C'est juste le contraire. Car avec Dieu, tout est permis. C'est avec Dieu que tout est permis. Non seulement moralement, puisque les violences et les infamies trouvent toujours une sainte justification. Mais esthétiquement, de manière beaucoup plus importante, parce que les Figures divines sont animées d'un libre travail créateur, d'une fantaisie qui permet toute chose."

 

Gilles Deleuze, Francis Bacon, Logique de la sensation.

 

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autresI - Surabondance

 

Donc, Dieu nous aime, et veut notre bien.

 

Mais vouloir notre bien ne signifie pas que Dieu va se mêler de nos affaires (Dieu n'est pas une mère juive), pas plus qu'il ne va nous « châtier » si nous tournons mal (Dieu n'est pas un père fouettard). Le fameux proverbe de l'Ancien Testament, « qui aime bien châtie bien », qui a fait le bonheur des éducateurs et des sadiques, n'est en rien l'affaire du dieu des chrétiens - qui n'est ni sadique, ni éducatif, et encore moins « ancien ».

 

En fait, Dieu n'est là que si nous voulons être aimés par Lui. Dieu n'existe que dans son amour pour nous. Dire « je ne crois pas en Dieu » ne signifie pas : « je ne crois pas qu'un autre monde existe », mais plutôt : « je ne crois pas qu'on m'aime éternellement » - ce qui revient à avouer : « je ne veux pas qu'on m'aime éternellement ». Croire en Dieu, c'est, fondamentalement, vouloir être aimé - et c'est très humain. Ne pas croire en Dieu, c'est vouloir être seul - et c'est très surhumain. A chacun de voir. Le croyant s'en remet au Père. L'incroyant est un orphelin fier de l'être qui se dit suffisamment mature pour ne pas avoir de bouée de sauvetage en cas de naufrage - et qui d'ailleurs emploie l' affreux terme d' « adulte » pour se définir. Lui est un adulte, voyez-vous, par rapport à nous qui sommes encore des enfants, puisque nous, nous avons besoin de Papa Maman, l’âne et le bœuf.

 

Inutile, pour autant, de rechercher Dieu là où Il n'est pas. Inutile, surtout, de scruter Dieu, de L'expérimenter ou, pire, de Le tenter. Le croyant est celui qui prend Dieu tel qu'Il se donne. Et comme dit Bernanos, Dieu ne se donne qu'à l'amour - et non à la simple connaissance. Dieu n'est pas un objet de curiosité.

 

De même, qui cherche Dieu parce qu'il a quelque chose à Lui demander ne le trouvera jamais. Car l'on ne demande rien à Dieu, on Lui rend grâce, point barre. LUI-MEME NE NOUS DEMANDE RIEN et se contente d'entrer en nous si nous en avons le désir. Dieu est ouvert à nos appels, non à nos « demandes ». Les demandes, c'est plutôt au diable qu'il faut les adresser.

 

Toute la foi chrétienne consiste dans le désir que je peux avoir de Dieu. Dieu est dans le désir que j'ai de lui. Son existence est à la mesure de mon désir. Si je désire Dieu très fort, Il existera très fort - et peut-être serai-je alors appelé à Le suivre de manière plus absolue, en entrant dans les ordres par exemple, ou en écrivant ce texte qui est aussi une manifestation de ma pauvre foi. Si je Le désire moyennement, Il existera moyennement. Dieu est à mon service, à ma mesure, oserais-je dire - mais cela dit non dans un esprit sophistique qui affirmerait notre toute puissance sur les choses et le monde, réduisant Dieu à nous, mais au contraire dans un esprit d'humilité où nous reconnaitrions notre faiblesse, notre chute,  par rapport à Sa puissance à Lui. Dieu serait alors cet infini qui s'offre à notre finitude, cette démesure qui accepte, par amour pour nous, d'être interpellée par notre mesure toute humaine. 

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

Alors, oui. Dieu, je fais de Lui ce que je veux. Je Lui parle quand je veux. Je L'engueule quand je suis de mauvaise humeur contre Lui (c'est-à-dire quand je m'en veux). Je Le quitte en Lui crachant à la gueule (tout en sachant pertinemment que mon crachat ne L'atteint pas et me retombe toujours dessus - et que c'est encore Lui qui va me tendre le mouchoir pour m'essuyer). Je L'outrage tant que je peux pour me venger de mes incapacités et mes échecs. Je reviens Lui demander pardon, et Lui me pardonne encore et toujours. Car Lui, contrairement à moi, n'a jamais cessé de m'aimer. En fait, Il n'est là que pour ça, m'aimer envers et contre tout, envers et contre moi - à moi d'en tirer les conséquences. Devrais-je me tordre à Ses pieds pour Le supplier de me pardonner ma mauvaise foi, mon ingratitude et mes méchancetés ? Il me sourira sans arrière-pensée, me tendra les bras, et quand je pleurerai dans ceux-ci, Il me dira que je devrais peut-être arrêter mon cirque - qui n'amuse que moi (ou, c'est la même chose, qui ne fait souffrir que moi.)

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

II - Répugnance

 

- Oui, enfin, "Dieu ne nous demande rien", "Dieu ne nous demande rien"... A la fin, c'est un peu court. Que faites-vous des commandements ? Des impératifs moraux ? Et même des menaces ? La Bible est remplie d'ordres et de contre-ordres, d'exhortations et de pressions, de supplications et de châtiments terrifiants ? Alors, votre Dieu et Son amour inconditionnel, à d'autres ! A un certain moment, la béatitude indifférente dont vous  faites le seul attribut de Dieu ne tient plus devant la tâche morale que Celui-ci vous impose envers et contre tout. La Loi du Père est partout, qu'on se le dise. 

 

- Elle est partout mais elle est pour nous, pas pour Lui. Dieu ne nous demande pas de suivre sa Loi et ses commandements pour Lui mais pour nous. Elle est le "kit de survie" destinée à notre intention, non au Sien.  Les dix commandements, c'est le minimum vital.

 

- Et le Jugement dernier ? Et l'Apocalypse ? Et le credo de Nicée Constantinople dans lequel il est dit que "Jésus reviendra dans la gloire pour JUGER les vivants et les morts" ? A un certain moment, vous ne pouvez plus faire l'impasse sur la dimension morale et sociale de l'Evangile qui montre bien que l'on doit bien quelque chose à Dieu, que la foi n'est pas gratuite mais relève d'un coût. Et que c'est très bien comme ça.

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

 

- Oui, oui, les trompettes, le cinquième sceau, je sais tout cela.... Pourtant, Jésus empêche la lapidation de la femme adultère,  faisant honte aux lapideurs de leur propre conduite et leur montrant que la loi de Moïse n'est pas tout (son seul succès avec la foule, soit dit en passant). Jésus passe outre les rituels (sans pour autant dire qu'ils sont mauvais en soi) et semble nous dire qu'il n'y a pas que le social dans la vie, c'est-à-dire qu'il n'y a pas que César à qui il faut rendre.... Rendre quoi d'ailleurs ? Des comptes ? A César, certainement. Mais à Dieu, il ne faut rendre que grâce, on l'a dit et on le redira.  « Aime et fais ce que tu veux », exhortait ce grand sociopathe de saint Augustin.

 

- N'empêche qu'il faut pas manger de viande le vendredi... entre autres choses.

 

- C'est une proposition humaine que certains chrétiens se sont faites à eux-mêmes afin de se rappeler ce qu'ils doivent à Dieu, non un ordre céleste. Dieu n'est pas un diététicien.

 

- On m'a pas dit ça au catéchisme de mon enfance.

 

- Vous êtes désormais adulte, on peut vous le dire. Si l'on pouvait faire les choses par amour et non plus par devoir... Voilà en gros le message anti-social du Christ.

 

- "Adulte" ? Tout à l'heure, vous disiez que c'était un gros mot.

 

- Ne mélangez pas les registres.

 

- Les vôtres, pas les miens.

 

- Croire en Dieu, c'est se laisser aimer par Lui. Voilà ce qu'il faut comprendre, le reste est littérature.

 

- M'ouais, facile.

 

- Ca semble facile, mais c'est la chose la plus difficile du monde. Qui, parmi nous, croit, pour de bon, mériter inconditionnellement l'amour de Dieu ? Qui prend au sérieux la surabondance divine ? Personne ? Pauvres pommes que nous sommes ! Dieu s'est fait crucifier pour nous, et nous ne sommes toujours pas convaincus ! Et même quand nous le sommes, nous retombons toujours.

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

 

- Et lorsque Dieu nous met à l'épreuve ? Lorsqu'Il nous retire un être cher ? Lorsqu'Il nous crucifie à Son tour ? On dit amen et Dieu est grand ? Foutaises ! Dans ton cul, l'amour de Dieu ! Et moi, je comprends cette femme qui a perdu son enfant et qui veut recrucifier le Christ dans le Journal du curé de campagne de Bernanos :

 

« S’il existait quelque part, en ce monde ou dans l’autre, un lieu où Dieu ne soit pas – dussé-je y souffrir mille morts, à chaque seconde éternellement – j’y emporterai mon… (elle n’osa pas prononcer le nom du petit mort) et je dirais à Dieu : « satisfais-toi ! écrase-nous ! ».

 

Voilà, écrase-nous, repais-toi de nos douleurs terrestres. Et après, envoie-nous brûler en enfer pour la belle raison qu'on s'est révolté contre Toi parce que tu nous a pris notre fils ! C'est ton truc, ça, hein, le Vieux ? Nous torturer temporellement dans ce monde, voir comment nous réagissons, et si nous réagissons mal, nous torturer éternellement dans l'autre monde. Nous éprouver et nous punir, c'est ça, ta bonne nouvelle, hein ? Ton sale évangile ! Surabondance de cruautés, oui  Réponds à ça, curé !

 

   - Il répond et de sublime manière : « Madame, si notre Dieu était celui des païens ou des philosophes (pour moi, c’est la même chose) il pourrait bien se réfugier au plus haut des cieux, notre misère l’en précipiterait. Mais vous savez que le nôtre est venu au-devant. Vous pourriez lui montrer le poing, lui cracher au visage, le fouetter de verges et finalement le clouer sur une croix, qu’importe ? Cela est déjà fait, ma fille… ».

 

Eh oui, cela est déjà déjà fait, pauvre de toi qui arrives après la bataille ! (et c'est à moi que je parle, on l'aura compris, moi qui n'ai perdu personne, qui n'ai souffert jusqu'ici que de broutilles, bobos de bobo, petites crises existentielles de rentier ingrat, sous- souffreteux de merde). L'amour que Dieu nous donne... nous a déjà été donné même si tu ne t'en es pas rendu compte parce que tu es un pécheur niais, un miséreux nombriliste, un orgueilleux lamentable qui ne veut pas voir que le Christ te suit comme son ombre et qu'il suffirait de baisser un peu ta mauvaise tête pour la voir un jour, cette ombre. C'est ce paradoxe suffocant qu'il te faut comprendre, ducon. Dieu est toujours avec toi même quand toi tu n'es jamais avec Lui. Dans ta haine pour Dieu, tu ne veux pas voir que tu fais encore partie de Son amour. Du reste, entre nous, là, ta "haine", c'est de l'affectation pure et simple, non ? Rien qu'un fake d'enfant gâté dans on romantisme ? Avoue.

 

- Je l'avoue maintenant, disons. Depuis ma reconversion, 1996, je suis presque net. 

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

- Presque net, dis-tu ? Qu'est-ce qui te travaille encore, dis-moi, Cormary ? L'enfer ? Je suis sûr que les lâches comme toi ont du mal avec l'enfer, "La géhenne du feu" ? Que les méchants soient punis, t'aime pas ça,  pas vrai ? Pour toi, nous irons tous au paradis, n'est-ce pas ? Compassion déplacée. Charité perverse. Miséricorde dégénérée. C'est ça, ta petite espérance de chrétien post-moderne sans couilles ? Je suis sûr que c'est ça, rien qu'à voir ta gueule, ton ventre, ta vie.

 

- C'est vrai. L'enfer m'a toujours terrifié. Encore aujourd'hui, je n'arrive pas à m'y résoudre complètement. Mon côté hugolien sûrement. Fin de Satan et tout et tout. Et comme  André Frossard, je préfère me dire que si l'enfer existe, il n'y a personne dedans. Parce que s'il y avait quelqu'un en enfer, cela voudrait dire que la haine d'un homme a été plus forte que l'amour de Dieu.

 

- Alors pour toi, Hitler, Staline, ceux qui posent des bombes ou qui violent des enfants, au paradis aussi ? Un peu de purgatoire à la limite ?

 

- J'ai beaucoup réfléchi là-dessus.

 

- Ben voyons ! Réfléchir... Quand on n'a pas de coeur, on réfléchit. Et qu'est-ce qu'ont donné tes réflexions, on peut savoir ? On est dans la matrix et le mal est aussi imaginaire que ta vie sexuelle ? Explique, qu'on rigole.

 

- Dieu n'a jamais envoyé quelqu'un en enfer. Si cela était, Il serait un bourreau - et le dieu bourreau est la suprême des idoles catholiques.

 

- Pas faux.

 

- La plus persistante aussi, peut-être parce qu'elle correspond le mieux à la dimension sadomasochiste de notre humanité. Or, il n'y a personne de moins SM que Dieu. C'est nous qui adorons punir, ou qui adorons l'être. Et c'est le diable qui nous persuade que le feu éternel est une invention divine.

 

- Oui, bon. Pas faux, mais pas suffisant.

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

 

- Leibniz et Deleuze ont tout dit là-dessus : le damné n'est pas celui qui regrette amèrement ce qu'il a fait et qui supplie, du fond de son chaudron rempli d'huile bouillante, que Dieu lui pardonne. D’abord, vous imaginez sérieusement un Dieu d'amour qui répondrait à celui-ci quelque chose comme : « Non, je ne te pardonne pas, ducon, tu n'avais qu'à réfléchir avant ! Maintenant, c'est bien fait pour ta gueule ! » ??? La revoilà, l'image insoutenable du dieu bourreau, tant prisée, hélas, par les ouailles. Non, le damné est celui qui continue de haïr Dieu dans son chaudron. Le damné est celui qui préfère souffrir mille morts plutôt que d'être pardonné, donc aimé, par Dieu. Si l'on brûle en enfer, l'on brûle, donc, non par la volonté de Dieu, mais contre la volonté de Dieu. Et d'ailleurs, l'on jubile de brûler. Le damné a l'air de souffrir atrocement, mais en réalité... il rigole. Dans son feu, il peut maudire Dieu tout à son aise. Le damné, dit Leibniz, est celui qui se damne à tout instant et pour l'éternité. L'enfer est le lieu de la jouissance de la haine de Dieu. Et c'est pourquoi l'on n'en sort jamais. Car la haine de Dieu, tout comme son amour, est une puissante raison de persévérer dans l'âtre - l'être.

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

 

- Explication philosophique valable. Et pourtant, il y a encore une difficulté que tu ne nous as pas encore dite et que je pressens en toi. Car tout de même, ces pauvres damnés qui ne cessent de se damner eux-mêmes à tout moment, ça ne te dégoûte pas un peu à la fin ? Alors, comme ça, au nom de la liberté, Dieu laisserait les gens se perdre jusqu'à la fin des temps ? Drôle de meilleur des mondes, tu ne trouves pas ?

 

- Si vous-même commencez à douter, on ne va pas s'en sortir.

 

- Parce que les proches des damnés, comment ils font ? Comment pourras-tu chanter dans la rose céleste si tu sais que ta mère crame en enfer - si tu l'entends hurler de douleur de ton nuage ? Comment pourras-tu être bienheureux en haut pendant qu'il y a des malheureux en bas ? Car, masochistes ou non, méchants ou non, les damnés sont bien à plaindre, tu ne penses pas ? Et dans ce cas-là, mieux aurait fallu que rien n'existe, ni paradis, ni enfer, ni humanité, ni dieu, ni amour, ni rien. Hein ? Comment te débrouilles-tu avec ça ?

 

- C'est une aporie en effet.

 

- Ce n'est pas une réponse.

 

- Je ne peux pas répondre.

 

- Tu te défiles ?

 

- Non, je parie.

 

- Tu paries, voyez-vous ça ? La chochotte parie, au lieu de dire franchement ce qu'il pense, à savoir que le néant vaut mieux que l'être. Au moins, on ne souffre pas dans le néant. 

 

- C'est vrai. Mais en moi quelque chose ne s'y résout pas non plus.

 

- Hé hé, tu ne te résous ni à l'être ni au néant, mon poussin ? Qu'est-ce qu'on va faire alors ?

 

- On parlait de mesure et de limite. C'est ma mesure et ma limite. Et à tout prendre, je prends l'être même si en effet ça me fait trembler et que je ne suis capable que d'être fonctionnaire.

 

- Fonctionnaire de l'être, ha ha ! Pourquoi pas syndiqué non plus ?

 

- Pourquoi pas en effet ?

 

- Tu raisonnes comme le jeune homme riche. Il veut bien croire mais il ne veut rien donner, ni de sa fortune, ni surtout de sa personne. Il se dit croyant mais il va à la piscine. Et ensuite au cinéma. Le reste du temps, il se cultive, flâne et fait semblant de plaindre les mères en deuil via le dernier bouquin qu'il a lu. Planqué.

 

- A chacun son don de l'Esprit, dit Saint Paul.

 

- Oh, il cite Saint Paul, le pauvre chéri. Tout à l'heure, c'était Bernanos, Leibniz et Deleuze (Deleuze dans dans une conversation théologique ! Pourquoi pas Soral à propos du Talmud ?). Bientôt, il va nous sortir Claudel et Péguy, en écoutant Bach et Messian. C'est sa foi, du name dropping. Putain. Pauvre de nous.  Au lieu de citer les autres, dis-moi donc ce que tu as fait de chrétien aujourd'hui ?

 

- Et vous, qu'avez-vous fait que je prenne exemple... ?

 

- Ca t'arrange de te cacher derrière les autres ?

 

- Je voudrais comprendre.

 

- Tu voudrais fuir, oui. Mais je ne te lâcherai pas. Jamais. Quitte à ce que tu en crèves de rage impuissante.

 

- Merci de l'aveu.

 

- C'est ça, accuse-moi. Je te montre ce qu'il y a de pourri en toi et tu me réponds que cela vient de moi. La bonne blague.

 

- Cette conversation commence à m'ennuyer.

 

- Parce que je t'ai mis au pied du mur ?

 

- Parce que vous forcez ma foi.

 

- Oui, je la force pour voir si elle ne part pas en vrille, si elle est assez forte pour supporter le démon, si elle n'est pas un petit arrangement avec soi-même. Et je me rends compte qu'elle s'écroule dès qu'on la malmène.

 

- Assez !

 

- Si tu disais franchement "oui, je crois en Dieu, en l'enfer et à la punition éternelle des méchants", tout rentrerait dans l'ordre, mais tu répugnes à le faire, pourquoi ?

 

 

- Peut-être parce que je veux protéger quelqu'un, qui sait ? Vous ne savez pas ce que c'est vous que d'avoir l'ennemi dans son coeur. 

 

- Sauver quelqu'un !! La belle âme que voilà ! Le pitre, oui. Le sans couilles, le tartuffe.

 

-  Pourquoi vous acharnez-vous à souffler sur mon néant ? 

 

- Pour prouver ta couardise, ton incohérence, ton illogisme.

 

- Vous êtes donc logicien....? 

 

- Petit malin, va.

 

- Vous êtes donc le diable ?

 

- Dans tous les cas, tu n'as pas répondu à la question.

 

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

 

(Il y aura toujours du néant en moi mais demain peut-être moins qu'aujourd'hui. C'est là mon espérance : diminuer mon néant. Et si je suis incapable de dire oui à tout, je m'efforce d'élargir ce oui. C'est la ma foi. La récompense de la foi, c'est encore plus de foi. La récompense de l'amour, c'est encore plus d'amour.

(Mais ne plus lui répondre, ne plus discuter avec LUI.)

 

 

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el grecoII - Semence

 

La vie humaine, comme on a trop tendance à l'oublier, est hétérosexuelle. « Homme et femme il les créa », dit la Genèse (1, 27) qui a toujours raison sur tout. Dieu qui fait l'homme à son image le fait du coup homme et femme, et dans un esprit fort joyeux. Pour autant, et comme le remarque aussitôt Rémi Brague, et cela fera très plaisir à nos amis gay, cette division sexuelle comme fait positif ne va nullement de soi. Dans l'Antiquité, notamment à travers le mythe d'Aristophane, elle apparaît comme la marque d'un destin négatif, une condamnation par les dieux à être coupé en deux, donc, à se retrouver pour l'éternité dans un état de manque permanent. « Hermaphrodites, il les coupa en deux », aurait-on pu lire dans une « Genèse » païenne. D'ailleurs, dans le mythe, les hommes ne sont pas « créés » par les dieux mais par la nature qui crée les uns et les autres. Voilà déjà une différence de taille : dans le mythe, les dieux se foutent des hommes (quand ils ne leur cherche pas des misères) ; dans le judéo-christianisme, Dieu est avec et pour les hommes (et pour les femmes, évidemment).

 

Avec le judaïsme naissant, le manque revient à l'honneur et devient un "plus" de l’existence, sinon un cadeau divin - un peu comme la circoncision qui, loin d'être une mutilation (comme c'est le cas de l'excision chez les femmes africaines), est une marque d'élection. La division sexuelle est donc ce qui pousse hommes et femmes à se chercher et à agir de concert - en plus de se donner du bonheur.  La division sexuelle - bénédiction pour l'humanité, s'il en est.

 

Dieu qui crée deux sexes n'en est pas pour autant bisexué - et s'il est parfois comparé à une mère qui console ses enfants (Isaïe, 66, 13), il n'en reste pas moins défini par sa dimension paternelle. Paternelle et non pas virile - attention, paradoxe !

 

Dieu ensemence, mais ne baise pas - c'est ce qu'il faut accepter de ne pas comprendre. Contrairement à Zeus et à tous les dieux de l'époque, YHWH n'a pas d'épouse. Du moins pour les rabbins et l'élite d'Israël. Car pour le peuple, qui, comme d'habitude, ne peut penser les choses que selon le sexe ou le sang, YHWH a bien une femme - une sorte d'Héra chrétienne qui, dixit les papyrus découverts en Haute-Egypte et datant du cinquième siècle avant Jésus-Christ, répondrait au doux nom d'Anath Bhetel.

 

Quoiqu'il en soit, Dieu est père mais n'est pas mâle. Aucun mâle au monde ne peut donc sérieusement se prendre pour un dieu - et, à fortiori, s'autoproclamer sexe fort. La supériorité de l'homme sur la femme est le fait d'une dégénérescence sociale et historique que le Nouveau Testament a, du reste, essayé de contrer. Et c'est même saint Paul, ce soi-disant phallocrate, qui sera l'auteur du verset le plus égalitaire et le plus érotique de tous les temps : « l'homme appartiendra à la femme, la femme appartiendra à l'homme ». Mais qui, de nos jours, se soucie de l'homme et de la femme ?

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

 

III - Silence

 

Désenchantement du monde. Fuite des dieux. Et silence du Père. Est-ce parce qu’Il nous a abandonnés à notre triste sort ? Jamais de la vie ! Dieu est toujours là, à notre disposition. Sauf qu’Il nous a tout dit et tout donné. Il est même venu sur terre pour prendre sur ses épaules tous nos péchés. Il nous prévoit tous au paradis. En attendant, c'est à nous de parler, d'agir, de continuer la Création par nos propres moyens. Hélas ! Dieu nous a laissé la parole, mais nous ne l'avons l'a prise que pour nous plaindre de son silence.

 

Saint Jean de la Croix l'avait déjà constaté : le temps de la surabondance est derrière nous. Dieu ne vient plus nous consulter comme Il venait consulter Moïse (et le cas échéant, se faire engueuler par lui). La loi a cédé la place à la grâce, mais cette grâce paraît avare, tristounette, hasardeuse. Le monde sans Dieu, ou avec ce Dieu silencieux et caché, paraît gris. On  finit par regretter les coups de sang de ce Dernier. Au moins quand Il nous foutait sur la gueule (déluge, destruction de Sodome et Gomorrhe, quarante ans dans le désert), Il prouvait qu'il était là.  Il nous en cuisait, mais au moins nous étions pris en charge. Avec - ou après - l'avènement du Chris-roi, nous avons déjà commencé cette fameuse « sortie de la religion » conceptualisée par Marcel Gauchet. La nuit nous appartient et ça nous angoisse...

 

Au moins, dans l'islam, Allah veille au grain. Quelques obligations séculaires qui prennent en charge toutes nos angoisses (et qui ne sont pas de simples conseils comme dans le christianisme mais de véritables impératifs catégoriques, diététiques et vestimentaires), et c'est la sécurité physique et métaphysique à vie. Surtout, on n'a plus à penser. Allah pense pour nous. Allah nous empêche de douter. Allah fait de nous des hommes. Comment voulez-vous faire des hommes avec ce Jésus qui a lui-même douté de Lui ? Et puis, cette croix, cette croix ! On n'en peut plus de ce Dieu crucifié, torturé, abandonné par Son père ! Et puis, comme Il est compliqué, ce Dieu qui est père en même temps qu'il est fils, Saint Esprit, Vierge Marie - on s'y perd à la fin ! Sans compter ce pauvre Joseph, type même du cocu impuissant. Au moins, pas de « père manquant, fils manqué » dans l'islam. D'ailleurs, Allah n'est pas paternel (personne ne l'appelle "père"), mais il est viril, Lui. Pas étonnant que tant d'ex-chrétiens se convertissent à l'islam. Là-bas, on est intégré tout de suite à une communauté, on nous apprend les cinq prières par jour, on nous nous fait faire le ramadan, on nous oblige à l'aumône obligatoire, on nous marie si on n'est pas marié, on nous promet mille vierges au paradis (et gare à celles qui mentent là-dessus), on nous rend notre force d'âme, et pour les plus décidés, on nous donne une bon fusil et roulez jeunesse ! Aux orties les névroses existentielles ! Reconnaissons que cela donne plus envie que les abîmes pascaliens ou que le désespoir kierkegaardien... Allah Ouakbar !

 

 

 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

Donc, Dieu se tait et nous nous lamentons sur son silence. En vérité, nous sommes des ânes. Et encore les ânes ont des oreilles. Les ânes écoutent, et nous nous bouchons les oreilles.

 

Car si tout est dit, tout n'est pas compris. Si tout est donné, tout n'est pas manifesté. Mieux - si tout est donné, tout n'est pas encore désiré. Le temps de la surabondance est terminé mais le temps qu'il nous faudra pour amortir cette surabondance est à peine commencé. C'est qu'il y a beaucoup plus dans ce qui est donné que dans ce qui est désiré. Renversement platonicien : ce n'est plus le désir qui transcende le don (et qui du coup se retrouve toujours insatisfait devant lui), c'est le don qui transcende le désir (et qui du coup dépasse largement la capacité de ce dernier à le recevoir). Comme le dit Brague, dans le monde chrétien, « le désir laisse à désirer ». On croyait que l'on mourrait de faim, et en fait, Jésus a tellement multiplié les pains et les poissons qu'il y en a trop et qu'on ne sait plus quoi en faire.

 

En définitive, le Christ est venu, et nous sommes à peine devenus chrétiens. La preuve : il nous a fallu près de deux millénaires pour abolir l'esclavage, instaurer l'égalité entre les hommes, et avoir un vague sens de l'universel. Gageons qu’il faudra autant de temps pour que l'humanité s'humanise vraiment - encore vingt siècles, pas moins, et de nombreuses rechutes ! Malgré tout, reconnaissons-le, sur le plan moral et anthropologique, des progrès immenses ont été faits. Si le Christ n'était pas venu sur terre, nous en serions encore au temps des sacrifices humains, de l'indifférence de l'homme pour l'homme, de cette pensée mythique et sanglante qu'un philosophe fou célébra sous le nom de « dionysisme ». Au moins, le christianisme nous aura débarrassés du mythe, c'est déjà ça...
 
BONNE PENTECOTE 2014
 

rémi brague,du dieu des chrétien et d'un ou deux autres,el greco

 

 

 
 
Peintures de El Greco (dont on fête cette année le 400 ème anniversaire de sa mort):
 
- L'enterrement du comte d'Orgaz, partie haute et partie basse.
- Le baptême du Christ.
- Le partage du manteau du Christ
- Le cinquième sceau de l'Apocalypse
- Les larmes de Saint Pierre, puis détail des yeux, puis détail des mains.
- Le songe de Philippe II, puis détail de l'enfer.
- Une allégorie (fabula) illustrant un proverbe espagnol : « l’homme est le feu, la femme étoupe, vient le diable et il se met à souffler » 
- La dame au manteau de fourrure.
 - Marie Madeleine
- Vue de Tolède
- Pentecôte

 

A SUIVRE.

 

 

 

Lien permanent Catégories : Rémi Brague 11 commentaires 11 commentaires Imprimer

Commentaires

  • M. Cormary,
    juste une petite remarque.
    En toute humilité, je crois que Dieu s'expérimente.
    Sinon comment faire ?

    Bonne journée

    JP

  • Bel article que celui que vous venez d'ecrire, qui m'amenent quelques reflexions sur vos paragraphes entre crochets (qui valent ce qu'elles valent, je ne suis pas un bon philosophe ni un bon theologien, apres tout) et dont je vous fait part :

    Votre reflexion sur les athees me gene un peu, tout d'abord. Quand bien meme les athees soutiennent leur point de vue avec des arguments scientifiques, moraux, ou autres, l'atheisme reste un choix (je crois que Dieu n'existe pas) non ? La veritable absence de choix est l'agnostisme, qui refuse d'aller de l'un ou l'autre cote par manque de preuves suffisantes.

    Si je ne me trompe pas, alors donner leur neant cheri aux athees revient a dire que le plan de Dieu pour l'humanite n'est pas universel - les athees ont leur propre sort, separe du sort du reste de l'humanite, après la mort. Et puis, si les athees sont favorises, pourquoi les autres religions, les autres croyances n'auraient-elles pas leur propre sort apres la mort ? Pourquoi Dieu, dans son infinie misericorde, ne donnerait-il pas la reincarnation aux bouddhistes, leur joli jardin aux musulmans, leur existence de petits oiseaux aux guerriers aztèques, et leur transformation en étoiles aux pharaons ?

    Non, je pense que Dieu fera comme le lion Aslan dans le dernier film des Chroniques de Narnia (il faudrait vraiment que je relise ces livres) : il rugit un grand coup et fait trembler de frayeur l'atheiste qui vient de monter devant Dieu, et lui dit avec un grand sourire, tu vois bien que j'existe.

    Les gens peuvent se tromper et croire des choses qui sont fausses, après tout.



    Pour le second paragraphe, Dieu est omnipotent, ce qui veut dire qu'il peut tout faire, ce qui veut dire qu'il n'est pas lié par les lois physiques et autre règles du monde matériel (puisque c'est lui qui l'a fait, après tout), donc il n'est pas lie non plus par le temps.

    Je vois donc l'enfer et le paradis non pas comme immortels mais comme eternels, c'est-à-dire hors du temps - le début du paradis est simplement le moment ou on y entre.

    Et je pense aussi que pour pouvoir aimer, il faut pouvoir choisir d'aimer - on ne peut pas y etre force. Donc forcer les damnes a l'aimer serait detruire l'amour.



    Donc voila mes quelques reflexions, je ne sais pas ce qu'elles valent, mais he ! Je ne me surnomme pas Quart de tour pour rien. :)

  • Non, ça se tient ce que vous dites, et c'est moi qui dois probablement délirer sur ce sujet.
    Le problème est que soit l'on se met du côté de la liberté absolue, et dans ce cas, l'enfer est nécessaire ; soit l'on se met du côté de l'amour et de l'espérance infinis, et dans ce cas, l'enfer est un contresens.

  • Le commentaire de Quart de Tour est en effet fort intéressant... Mais je pense que dans cette affaire, il faut choisir sans avoir tous les éléments en main. La foi n'est pas fondée sur une certitude, mais sur un doute: je ne peux pas prouver que Dieu existe, mais je sais qu'il existe quand même. C'est ce 'quand même' qui est au coeur de la foi. A la mort, on s'apperçoit que l'on a tort, mais tout au long de la vie on a vécu comme si on avait raison...

    Je ne peux pas prouver que Dieu n'existe pas, mais je sais qu'il n'existe pas quand même. Paradoxalement un athée est aussi croyant qu'un religieux. La vie d'athée est autant fondé sur un 'quand même' de doute. Et c'est autour de ce quand même, de ce doute que l'on fonde tout. Et quand je dis tout je veux dire tout: notre conception de la morale, de l'Eternel de son prochain. Paradoxalement il me semble que tous nos certitudes sont fondées sur ce doute, et ceux qui ne peuvent supporter le doute sont condamnés à l'incertitude éternelle.... Le choix ne se fonde que sur le fait qu'on ne sait pas.

    Mais il est un peu rapide de dire "je ne crois pas que Dieu existe = Je ne veux pas que Dieu existe." On peut vouloir une chose, même très fort et savoir pourtant qu'elle ne viendra pas.

  • fin du commentaire précedent (il fallait bien que je retourne au charbon):

    Je ne pense pas qu'il suffit de vouloir être aimé de Dieu pour sentir sa présence: le cas de la mère Thérèse, qui s'est consacrée corps et âme au Christ, me vient à l'esprit. Elle, qui ne demandait que de faire Son oeuvre, souffrait mille tourments du fait qu'elle ne L'entendait pas, qu'elle ne Le sentait pas près d'elle.

    Cela dit, votre apologie du Christianisme est peut-être l'une des plus séduisantes que j'ai jamais lues.

  • http://tatepupupa.unblog.fr/qui-suis-je-ou-vais-je/

    Monsieur Cormary,
    j'admire votre façon d'écrire, l'élégance de votre style. Mais vous prêchez les convertis ! Je laisse traîner un lien, ci-dessus, vers un blog qui n'a rien de littéraire, mal écrit, tatonnant, mais qui cherche à parler (ou à échanger vainement) de ce qu'une femme ou un homme de notre époque, plutôt simple en esprit, ressent à travers ses expériences, kectures et autres banales certes (et qui inspireraient sans doute un profond mépris ou pire une grtancde indulgence à Juan Asensio....), mais qui sont le seul ferment réel de son existence.
    Bien cordialement

    Petrus

  • J'ai beau vous lire et vous relire, Hawkeye, je n'arrive pas à comprendre ce que vous voulez dire, et j'ai l'impression que vous vous embrouillez vous-même.

    "je ne peux pas prouver que Dieu existe, mais je sais qu'il existe quand même".
    "Je ne peux pas prouver que Dieu n'existe pas, mais je sais qu'il n'existe pas quand même."

    Mais non vous ne savez pas. Croire, ce n'est pas savoir. On croit en Dieu, on ne "sait" pas Dieu.
    Par ailleurs, je ne pense pas que l'on puisse définir les athées comme des croyants à l'envers. A moins de faire de la croyance la perception générale de toutes choses, ce qui est un peu aporique. Et puis croire en Dieu ou ne pas y croire, c'est une question de coeur. On le sent ou on ne le sent pas. C'est pourquoi je suis d'accord avec Rémi Brague quand il dit que croire en Dieu, c'est déjà y être. Même cette crucifiante de Mère Teresa devait le sentir.
    (Ce que je n'aime pas en elle ? Son dolorisme, sa dureté fondamentale, "la vie à tout prix - elle synthétise tout ce que Nietzsche a écrit sur l'esprit de pitié du christianisme, et elle m'en dégoûterait plutôt.)

    Je ne vois pas non plus ce que vous pouvez faire avec votre doute hyperbolique. Toutes nos certitudes sont fondées sur un doute ? Mais un doute qui doute de quoi ? Autant aller boire un verre, non ?

    Je ne prèche que des convertis, Pétrus ? Pas sûr, pas sûr. Le grand intérêt de l'essai de Brague est qu'il annihile certaines de ses idées fausses qu'on a sur le christianisme et qu'il le rend plus grâcieux et plus léger qu'on ne le croit... Bien à vous.

  • "j'ai l'impression que vous vous embrouillez vous-même."

    Ca devient une habitude de se défiler ainsi, mmm.


    """""""""""Mais non vous ne savez pas. Croire, ce n'est pas savoir. On croit en Dieu, on ne "sait" pas Dieu.""""""""""""

    "Et, une vérité pas sans le savoir, eh bien, c'est incurable." (Lacan, séminaire L'acte psychanalytique, séance du 10 janvier 1968)


    A part j'aime bien Petrus. Je vote pour.
    Sainte Thérèse était capricorne asc. Balance Lune en Poissons, ce qui veut TOUT dire. Allez à l'essentiel les enfants !
    Mais "Bien à vous" c'est franchement ringard, mmm.

  • Tu quoque ma fille......... Et "mmm", toi-même, ma belle Boucle d'or !

  • Bonjour,
    d'accord, je vais me procurer le bouquin de Brague.
    J'ai néanmoins une vision plutôt précise et pas trop fausse de l'histoire chrétienne occidentale qui ne me vient pas seulement des cours d'histoire républicains...

    Vous vous connaissez tous, ici !? C'est un peu ce que je voulais dire, entre autres, et je reconnais que beaucoup de subtilités m'échappent... pour ne pas dire toutes.

    Il n'empêche qu'avoir la foi c'est avoir confiance et que malgré quelques décennies de mysticisme, j'ai bien de la peine à prendre Jésus-Christ pour le Fils de Dieu. Car c'est bien de cela qu'il s'agit, non ?
    Et si je me revendique toujours chrétien, en revanche, et si je respecte au meilleur de mes possibilités, du moins je l'espère, la plus grande partie de l'enseignement qui m'a été donné (celui du Christ, ma foi !), tant par l'Eglise catholique que par l'Ecole de la République, il m'est impossible d'affirmer ou plus exactement de "témoigner" d'une adhésion à l'intégralité d'une doctrine issue des deux mille dernières années d'histoire chrétienne et qui en porte les traces évidentes...
    Ne serait-ce que le Notre Père, (dont l'auteur est supposé être le Christ)... pour lequel je ressens pourtant la même tendresse que dans mon enfance, ainsi que pour le Je vous salue Marie...

    Notre Père, qui es aux cieux,
    Que ton nom soit sanctifié,
    Que ton règne vienne,
    Que ta volonté soit faite
    Sur la terre comme au ciel.
    Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour
    Pardonne-nous nos offenses,
    Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés
    Et ne nous soumets pas à la tentation,
    Mais délivre-nous du mal.
    [Car c'est à toi qu'appartiennent le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles.] Amen

    Non franchement, non, je ne peux pas.
    D'un point de vue allégorique, métaphorique, parabolique, oui, mais pour argent comptant... ?
    Il n'empêche que comme tout un chacun ici je ressens le futur vide laissé par la fin du christianisme (l'Europe qui refuse niaisement de reconnaitre ses racines, etc...). L'éventualité d'un monde sans transcendance (c'est-à-dire un monde de flics, pour faire simple) m'inquiète et par contre coup je suis profondément intrigué par le message chrétien toujours inépuisable et inépuisé, par l'impact formidable du Christ sur ces deux mille ans passés, intrigué aussi par l'aveuglement de mes contemporains : être athée c'est très bien, et puis ? Et puis c'est une coquille réactionnaire comme une autre, sans plus.
    Je ne veux pas ériger, comme d'autres, l'incertitude en mode de pensée, mais je suis bien forcé de reconnaître que c'est un passage obligé et ces petites phrases -inutiles- n'ont d'ailleurs pas d'autre ambition que de le signaler. Comme ça sans trop réfléchir je préfère malgrè tout Abelard à Bernard de Clairvaux.
    Bonne journée !

    Pétrus

  • LES COMMENTAIRES 2014 COMMENCENT ICI.

Les commentaires sont fermés.