Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le gougnafier OU Amélie ou comment s'en débarrasser.

(En attendant "la reprise", revoici Le gougnafier, un texte écrit en 2002 sur Péplum, mis en ligne au tout début de ce blog, mais jamais en première page. C'est chose faite aujourd'hui et avec commentaires ouverts s'il vous plaît. Certes, depuis décembre 2002, bien des choses se sont passées dans ma vie en amour et en amitié - d'où certaines répliques qui paraîtront incompréhensibles à ceux qui ne nous ont pas connu à l'époque, mais l'ensemble me fait toujours aussi rire... Amélie elle-même apprécia cette piécette et m'envoya une lettre de remerciement dans laquelle elle me disait "tout simplement avoir adoré ce texte, (...) hurlé de rire d'un bout à l'autre (...) et particulièrement aimé la façon castafioresque dont elle change mon nom à chaque réplique.")

ACTE UNIQUE

medium_amelie_nothomb.jpgAmélie Nothomb : - Approchez, approchez, jeunes gens, entrez dans ma littérature, que je vous dévore, que je vous écorche, que je suce vos os et sale vos plaies, que je vous malaxe au tabasco. N'ayez pas peur, venez à mon banquet, c'est de vous dont j'ai besoin pour écrire, c'est de votre moelle dont j'ai besoin pour incarner mes cauchemars, alors approchez, que je fasse de votre sang de l'encre et de votre chair du papier, que je vous empale dans des livres immortels, approchez, que je vous fasse tâter de ma mitaine - elle est rapeuse, elle sert à touiller les chiottes, elle vous ira comme un gant, à vous Celeborn, impudent pilou, à vous Améléia, débaucheuse ultramontaine, à vous Montalte, suppôt de…

Montalte : - Hélas non Baronne. Pas moi. J'aurais bien voulu, mais c'est impossible…

Amélie Nothomb : - Foutre ciel ! Et pourquoi pas vous ?

Montalte : - Vous ne vous le permettrez pas.

Amélie Nothomb : - Je ne me le permettrai pas ? Et pourquoi donc je vous prie ? Voyez-vous l'insolent qui ne veut pas s'immoler pour sa déesse…

Amandine qui se cachait dans le chapeau d'Amélie : - Qui ne veut pas nourrir sa déesse…

Montalte : - Réfléchissez Amélie…

Amélie Nothomb : - L'impertinent ! Réfléchir, moi ? Je vais vous écharper Montalc !

Montalte se rapprochant d'elle, montant sur le trône, et lui susurrant quelque chose à l'oreille : - Pffsffsfsffsf…. A la télé…..Pfffpfsffsfsfs… Commenter vos livres….. Pffffsfsfsfsf… Besoin d'un souffleur…. PfffFsfsfsfsffs… Paraître moins tarte….. Pfffspsssssfff….. Indispensable……

Amélie Nothomb ayant du mal à cacher sa contrariété mais reconnaissant qu'elle n'a pas eu de bon sens dans cette affaire : - M'ouais… Bon… J'accepte de vous accorder ce sursis… Mais alors attention Moncalque ! plus de sexe dans vos textes hein ? Plus d'égo non plus ! Plus de fouet ni de tournantes, plus de caca boudin ni de " moijemoijemoieje ", rien de tout cela qui pourrait attenter à mon honneur. Je vous accorde (dit sur un ton difficile) un certain à propos dans vos exégèses, mais cela ne vous donne aucun privilège particulier. Au mieux mangerez-vous à votre faim. Vous êtes un employé rien de plus, un bureaucrate à ma botte, un sbire à mon orteil, une brosse pour mes chiottes, …

Montalte, plein d'espoir : - Amélie, comptez sur moi ! Vous allez voir, je ne vais pas vous décevoir ! Je vais vous révélez à vous-même et aux autres ! Vous serez la plus brillante des invités littéraires ! Un mot de vous changera le cours de la conversation et tout ce qui sortira de votre bouche sera nec plus ultra, on vous appellera " la glotte d'or "….

Amélie Nothomb, mauvaise : - Ouais, on verra…

Montalte, en extase : - Et si je faillis à ma mission, je suis prêt à recevoir onze mille coups de verges de votre main chérie !

Amandine, patronnesse : - L'obsédé !

Montalte : - M'est avis, chère déesse, que votre Ménine a une mauvaise influence sur vous et risquerait d'affadir le tabasco de votre libido, d'autant que (casuistique) me priver du fouet serait indigne de vous.

Amandine, outrée : - L'hypocrite !!

Montalte, âme damnée : - Et que, concernant ces choses, il n'y a plus d'enfants vous savez…

Amélie Nothomb, essayant de réfléchir mais ne trompant personne : - Vous avez peut-être raison Monmalt, je vais y mettre bon ordre…

Amandine, faisant la tête que dut faire Eve quand la porte de l'Eden lui claqua au nez : - Amélie !

Amélie Nothomb, néronienne : - Jeune fille, vous me décevez ! C'est vous qui serez punie à la place de Monfax.

Amandine : - Y ment ! c'est un salaud ! Y parle que de sa bite ! Y n'a pas arrêté de m'embêter sur Péplum ! que j'aimais ci, que j'aimais ça et tout et tout et tout… Et c'est moi qui prend à sa place ! Je vous déteste !

Amélie Nothomb avec une injustice incroyable : - Chaque mot est un trait rouge de plus sur votre postérieur, poupée instable !

Robert, qu'on n' attendait plus : - Un mot ? ? ? Toujours votre faiblesse, Amélie, une syllabe oui ! (elle règle le cas d'Amandine qui hurle ses grands dieux)

Amandine : - Xaaaabe ! Au secours, mon maître !

Xabe, de quelque part : - ……

Amélie Nothomb, impérieuse : - Moncrac, vous allez prendre place auprès de moi. Vous serez le procureur de notre procès. Cela devrait vous seoir. Robert et moi exécuterons les hautes œuvres.

Montalte : - Un procès, Baronne ? Mais de qui donc ?

Amélie Nothomb : - De toutes celles et de tous ceux qui veulent se débarrasser de moi ! Des péplautes !

Montalte, jésuite : - Mais ils vous aiment tous bien les péplautes enfin…. (aux péplautes), c'est vrai non ? On l'aime tous bien la mère Mélie ?

Le peuple de Péplum en colère : - Ras le bol ! - Trop d'impôts ! - Pas assez de pain ! - Trop de fruits pourris ! - Trop de livres ! - Sus à l'ogresse belge ! - A bas la tarentule assoiffée ! - Mort à Vampira ! - On n'en peut plus ! - On n'en peut mais ! - Albin Michel libre ! - Débarrassons nous-en ? ? - Mais comment ? - Brûlons ses livres ! - Non, c'est nous brûler nous-mêmes ! - Elle a fait de nous ses combustibles ! - Faisons une émeute ! - Oui, défilons contre elle ! - Fille de Wallonie, tu vas voir ce qu'on fait des reines en France ! - Et Robert ? - Même chose, sa tête au bout d'une pique ! - Nothomb, salope ! le péplaute aura ta peau et ta pote ! - Ah ça ira, ça ira, ça ira…

Montalte se retournant vers Amélie : - Eh bien vous voyez, Baronne, ri-en- à-si-gna-ler ! Votre soleil règne sans partages et vos rayons illuminent les âmes ! Encore mille ans de gloire ! (s'emportant) Gloire à vous au plus haut des cieux, pour des siècles des siècles…

Robert en aparté : - Amélie… Vous pensez qu'on peut lui faire confiance ?

Amélie Nothomb : - A Monbasc ? Vous n'y pensez pas… Un gougniafier comme lui. Non, il va nous servir et après on nous le servira. Nous le dégusterons. Il est gros, il pue, il pète, il rote, il doit avoir ce sang épais que nous aimons tant.

Robert : - Amélie, je t'adore. (Elle l'embrasse sur la bouche très Mulholland Drive)

Amélie Nothomb : - Que les accusés approchent ! Qu'on cite leurs sales noms !

L'éditeur d'Albin Michel surgissant de nulle part : - C'est amusant ça… Vous devriez le noter, Amélie. Pour votre prochain…

Amélie Nothomb : - Vous, votre gueule !

L'éditeur d'Albin Michel, affable : - Alors, je le note pour vous… Humm, ça va encore nous faire, ehh disons, trois-cent, quatre-cent, cinq-cent mille, sans compter le Poche, et un peut-être Bercy pour Roger, heu… Bernard, bref….Bon à part ça, tout va bien Amélie ? Assez de lecteurs pour vous régaler ?

Amélie Nothomb, regardant les péplautes : - Je pense que ceux-là me suffiront aujourd'hui. Ils ont l'air bons. Avec du raifort, ça ira.

L'éditeur : - Voulez-vous que je vous en fournisse plus ?

Amélie Nothomb, impossible : - J'ai dit que ça allait ! (L'éditeur s'en va en comptant : " Six-cent mille, sept-cent mille, huit-cent mille, et deux disques en plus, parfait parfait… ")

Amélie Nothomb, ulcérée : - Si on ne peut plus rien faire sans qu'il soit là, lui…

Montalte : - Donc, nous disions, Baronne ? Un, Amandine. Son sort est déjà réglé à ce qu'il me semble (avec un soupir) même si….

Amélie Nothomb : - Même si quoi ?

Montalte : - Trop tôt…. Deux, Améléia….

Amélie Nothomb tremblant de rage rien qu'en entendant ce nom : - Beuuaaaaaarrrrgh !

Montalte : - Oui mais non…. Heu (Avec de grands effets) Permettez que je plaide sa cause. Je crois que nulle n'est plus incomprise que cette fée noire au cœur blanc. Femme à la moto, rigolote, maîtresse-queue, sévère institutrice, païenne chez les bonne sœurs, en un mot Verseau. Un style fou, elle devrait vous plaire. Elle danse bien. Lit Michon. Et vous ressemble…

Amélie Nothomb, éructant : - Sacredieu de foutre ciel ! J'ai une jumelle ! Qu'on lui mette un masque ! de fer ! avec des scorpions dedans ! Elle va voir si elle me ressemble !

Améléia : - A moi, le peuple !

(Des gardes se jettent sur Améléia, des péplautes se jettent sur Amélie Nothomb, tout le monde se bat dans une si grande confusion qu'on finit par les mélanger Brouhaha, coups et blessures. Les gardes empoignent la vraie Amélie. L'un d'eux apporte le masque de fer et les scorpions.)

Amélie Nothomb, se tordant comme un beau diable : - Ce n'est pas moi ! ce n'est pas moi !

Montalte, narquois : - Mais non ce n'est pas vous, mais c'est tellement romanesque qu'on va quand même le faire !

Amélie Nothomb : - C'est pas vrai, non mais je rêve ? ! ? ! ? !

Améléia, plein de superbe : - Et ça devrait vous plaire… Le double qui se débarrasse du modèle. On est en plein dans Don Quichotte…

Amélie Nothomb : - Robert ! Tu ne vas pas leur laisser faire ça ?

Robert en train de se faire les ongles : - Enfin, Mélie, un peu de courage. Tu ne vas pas faire tant d'histoire pour une conclusion si nothombienne. Toi qui te faisais déjà tuer par tes personnages, te voilà exécutée par tes lecteurs, c'est un summum…

L'éditeur d'Albin Michel, pratique : - Et avec les neuf-cent milles de votre livre, l'on vous apportera des oranges dans un mois. (Les gardes lui mettent le masque et les scorpions).

Améléia se recoiffant et embrassant Léthée : - Ne t'en fais pas, c'est fini…

Léthée la serrant très fort : - Oh comme j'ai eu peur tu sais ! (Elle lui met une cagoule en cuir, une poire d'angoisse, lui attache une laisse au cou, la met au pied, et elles sortent) te traiter comme ça, toi ! toi !

Le peuple de Péplum en farandole : - Hourra pour mademoiselle Rouher ! - Hourra pour Clermont Ferrand ! - Viva la Liberta ! - Caligulette avec nous !

Amélie Nothomb faisant péter le casque de colère : - ALORS LA ! ALORS LA ! ON ARRETE TOUT ! (elle mange les scorpions vivants) JE VAIS TOUS VOUS BOUFFER MAIS VOUS BOUFFER QUE VOUS N'AVEZ PAS IDEE ! ! ! ! JE VAIS VOUS MACHER LENTEMENT, VOUS DEGLUTIR A MORT, VOUS TRITURER QUE VOUS ME DEMANDEREZ DE VOUS AVALER TOUT DE SUITE ! ! ! !

(Son visage se tord de fureur et elle finit par ressembler à un " Orque " de Tolkien. Elle se jette sur un groupe de péplautes et commence un festin sauvage. Bruit d'os cassés et de chairs déchirées.)

Le groupe de péplautes bouffés : - Ah ah ah ah !

(Elle se relève, du sang dégoulinant partout, et des morceaux de chair pendant.)

Amélie Nothomb : - Monmac ! Au rapport ! Ca va charcler de chez charcler…

Montalte, prévenant : - Vous êtes belle quand vous êtes en colère !

Amélie Nothomb flattée et arrêtée dans son élan : - C'est vrai ça ?

Montalte, complaisant : - Oui et intelligente aussi…

Amélie Nothomb, aux anges : - Oui, c'est ce que je me dis aussi… Vous êtes perspicace Mont Blanc…

Robert revenant avec des fouets à clous, des croix pour crucifier, une chaise électrique et un manuel d'écartèlement : - Amélie, j'ai tout ! On s'occupe de lui.

Amélie Nothomb : - Toucher à Everest ? ? ? Vous n'y pensez pas malheureuse (elle la gifle) Désormais je veux que vous Monbraque soyez mon miroir et que vous me disiez toutes les vérités. Quant à vous Robert, vous allez prendre la place d'Amandine, et Amandine je vous prie de me pardonner… Un mouvement d'humeur dû à… tout ça ! (Elle montre les péplautes ensanglantés.)

Montalte : - ….

[Note de l'auteur : ce changement d'humeur et de ton peut surprendre le lecteur attentif et le choquer dans son sens de la narration, mais c'est que l'auteur, qui avait commencé ce texte il y a six mois, a rencontré Amandine depuis, et ne peut plus la regarder de haut comme il le faisait avant]

Amélie Nothomb, câline : - Miroir, mon beau miroir, demande-moi ce que tu veux….

Montalte : - Ben justement, je me suis toujours demandé pourquoi vous n'aviez jamais voulu coucher avec moi.

Amélie Nothomb, furibarde : - Suffit ! Robert ! Amandine ! Quelqu'un ! Le chevalet !

Montalte : - Trois, Celeborn…

Amélie Nothomb, atrabilaire : - Vous ne vous en sortirez pas toujours aussi bien, Monvieux….

Celeborn : - Franchement, je ne vois pas ce que ça m'apporte moi cette histoire de cannibalisme…

Amélie Nothomb, bien décidée à faire passer sa rage sur quelqu'un : - Lui, qu'on l'empale !

Montalte, soucieux d'équité : - Il faudrait le juger avant de l'exécuter… Et puis, c'est un ami, parfois.

Amélie Nothomb, rouge : - Qu'on l'exécute d'abord, on le jugera ensuite !

(On empale Celeborn.)

Amélie Nothomb : - Continuez…

Montalte : - Bon, bon… Quatre, Cryssilda ! Oh alors Amélie, je vous incite au maximum de sévérité, parce qu'elle, vraiment…

Amélie Nothomb : - Vous m'énervez Monacal.

Robert prenant un martinet ardent et en donnant un coup à Montalte : - Et charte non SM ou pas ! Tchac !

Cryssilda : - Ouaiiille !

Robert : - C'est quoi ça ?

Montalte : - Vous ne croyez pas tout de même pas que j'allais me faire écrire " Ouaille ! ! ! " à moi-même ? ? ?

Amélie Nothomb, pivoine : - Monaco ! ! ! ! Les mises en abîmes, les trucs littéraires, les doubles fins, les alea jacta est et les "c'est la vie de celle qui me donne la mort " , ici c'est moi qui les fait, alors pour la dernière fois, je vous exhorte au silence le plus absolu, sinon je me fais un tartare de vous !

Montalte : - Oui mais non car " Libre ! Libre ! Libre ! "

Robert : - Je vous en prie, " seules nos répulsions parlent vraiment de nous. "

Celeborn, empalé : - Et " Ensuite, il ne s'est plus rien passé. "

Amandine : - "C'est la neige qui a inventé le mystère."

Un péplaute : - " Vous ne ressemblez pas à David Bowie. "

Un autre péplaute : - " Monsieur Haneda était le supérieur de monsieur Omochi… "

Un autre péplaute : - " Pour habiter cet île, il faut avoir quelque chose à cacher. "

Un autre péplaute : - " Ce qui me fait rêver, c'est la chaleur, pas la vie. "

Un autre péplaute : - " Il y a des maisons qui donnent des ordres. "

Un autre péplaute : - " Pneu. "

Amélie Nothomb, violette : - Vos gueules tous ! ! ! ! ! Bordel de cul à merde ! ! !

Robert levant la main : - Amélie, ne sois pas vulgaire, sinon tu vas t'en prendre une devant toute la classe !

Amélie Nothomb n'écoutant rien ni personne : - Toi, vas voir chez les belges si j'y suis ! (Robert tente de la gifler, Amélie se baisse, et c'est Celeborn qui prend.)

Celeborn, découvrant des choses : - C'est pas mal, n'empêche…

Montalte, sérieux comme un pape : - Continuons…

Amélie Nothomb : - Ca vaut mieux….

Montalte : - Cinq, Edwin. Six, Fée Gnomène. Sept, Géraldine.

Géraldine, levant le doigt très fière : - C'est moi !

Montalte : - Huit, Janus-san.

Géraldine encore plus fière : - C'est lui ! (Janus fait un signe et disparaît aussitôt….)

Montalte : - Neuf, Jill.

Jill telle qu'en elle-même : - Hiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Les autres : -Haaaaaaaaaaaaaaaan !

Amélie Nothomb : - Non mais foutre ciel, c'est qui ces gens ?

Robert, suave : - Tes admirateurs, je crois.

Amélie Nothomb : - Les tiens aussi cocotte alors camembert !

Montalte : - Dix, Jurassic. Onze, Laureline. Douze, Laurence.

Laureline : - Même moi ? Oh ciel ! Amélie, vous me poignardez !

Amélie Nothomb : - Non pas vous… (Poissonnière) Monpâââââââââcs ! Vous retirez Laureline de cette liste sinon j'arrête de vous lire à cette ligne.

Montalte : - Vos ordres sont des désirs, Baronne. Dame Laureline, vous êtes libre, et croyez que jamais je n'aurais osé si…

Les autres : - Lâche ! Vendu à Nothomb ! Cireur de pompes !

Montalte se précipitant sur les boots d'Amélie Nothomb : - Oh oui, cirer des pompes !

Amélie Nothomb lui lançant un grand coup de pied dans la gueule pas du tout érotique : - Pas de ça mon gaillard ! Sinon, c'est moi qui prend la plume… (Montrant les pages de ce texte aux péplautes) Peuple de Péplum ? Regardez bien, j'ai votre destin en main ! Tenez-vous à ce que cela soit moi qui décide d'écrire votre histoire ?

Le peuple de Péplum se concertant : - Que faire ? - Ca serait pas mal d'être un héros de roman non? - Oui, de finir empalé ! - Ou noyé dans un bassin de carpes ! - Ou violé dans un cimetière ! - Remarque, y en a ici qui ne diraient pas non.. - Pourquoi tu me regardes ? je ne suis plus puceau depuis deux ans au moins…. - Non, non ! vous êtes fous, elle va nous consumer, Montalte au moins ne fait que se foutre de notre gueule… - Et nous emmener dans des endroits hyper chers tu oublies ça ! le café à trente euros je m'en souviens… - Et puis il est pas clair ce type… - Ouais, mais elle, elle est sombre…- Alors qui choisir ?

Montalte, aux péplautes : - Oyez oyez péplautes… Je vous promets encore des scènes de cul si vous me laissez finir… De fabuleuses orgies comme vous n'en avez jamais vues, où tout le monde couchera avec tout le monde…

Un péplaute qui a voulu rester anonyme : - Même moi ?

Montalte : - Surtout toi, Papa Lo… Et sans doute avec la nouvelle là…

Zélia : - Oui ? c'est de moi qu'on en parle ?

Le peuple de Péplaute se reconcertant : - C'est un bon plan ça non ? - Oh du cul toujours du cul, j'en ai marre, la dernière fois, il m'a fait chier sur tout le monde… - Quelle chance, moi j'ai reçu des baffes… - Et moi rien du tout… - Ca va changer là… - Bon, moi je suis pour… - On t'a pas sonné Rémy…- Et si on votait ? - Oui bonne idée…

Montalte, vexé : - Ils votent, j'y crois pas…

Amélie Nothomb : - Que marmonnez-vous Mordor ?

Montalte, rongeant son frein : - Je ronge mon frein Amélie.

Amélie Nothomb triomphante : - Rongez le ! Un peu de démocratie vous fera du bien et vous changera de vos histoires de jeunes filles en fleurs…

Améléia, Léthée, et sans doute bien d'autres : - Des jeunes filles, hummmm…..

Laureline : - Au parfum de Gomorrhe,
La vagin geint la mort.

Amélie Nothomb, les larmes aux yeux : - Ah il n'y a que vous pour dire ça, chère…. Comme c'est vrai ! comme c'est vrai !

Papy à Jurassic : - Ca veut dire quoi " le vagingin " ?

Jurassic : - Ah ça vieux, je n'en sais foutre rien. Par contre " la bibite ", je connais, et toi ?

Papy partagé entre le bien et le mal : - Heu….

Jurassic, très câlin : - Tu sais, tout cela n'est que biologique. Une histoire d'amour entre deux amibes, un flash entre deux épidermes, une affinité entre quatre testicules…

Papy cédant à Satan : - Tu es de gauche en plus je crois, comme moi… Ohhh… (Ils se rapprochent) Merci Montalte…

Amélie Nothomb, castatrice : - Non mais ça va pas vous deux ! Robert ! Les ceintures de chasteté pour garçons, où sont-elles ? ? ? Attendez un peu vous…. (veillant au grain) Vous ne devez vous contenter que de mes bouquins.

Papy : - Mais Montalte, il a dit que….

Amélie Nothomb : - Il dit ce qu'il veut, je fais ce que je peux. Libre à lui de vous sadiser, mais c'est à moi que vous appartenez. Et s'il faut utiliser la force, tant pis pour vous. Parce que c'est toujours comme ça, on commence par ne plus penser qu'à ça et on ne lit plus. Et ne plus lire, c'est être déloyal envers sa déesse, sans compter que je pourrais tomber dans la déprime… Ah merci Robert.. Foutre, mais c'est celui de…..

Robert, bonne ménagère : - Je n'avais que celui-là sous la main. Je sais à quoi je l'expose, mais j'espère qu' " il " me craint suffisamment pour ne pas retomber dans de nouvelles erreurs... Quant à vous, gare les gars !…(Elle ceinture Jurassic et Papy)

Matthieu Saladin, dans un coin, soulagé : - Ouuuuuf….

Amélie Nothomb : - Une bonne chose de faite… Mondick, je ne vous entends plus ?

Montalte : - Treize, Léthée.

Léthée : - Oh c'est terrible.

Montalte : - Quatorze, Lamalie. Quinze, Maialen. Seize, Marion. Dix-sept, moi. Dix-huit, Nadia. Dix-neuf, Nicole. Vingt, Papa Lo. Vingt-un, Papy. Vingt-deux, Sterger. Vingt-trois, Ténore.

Ténore arrivant très Assurancetourix, sur l'air célèbre de Figaro dans le Barbier de Séville : - Lalalala lalalala ! Ténore par çi, Ténore par là, on le demande, il arrive là, et à droite et à gauche, et tralalalalalère !

Robert fasciné(e) : - Quelle voix ! Il est pour moi ! (Elle murmure quelque chose à l'oreille d'Amélie)

Amélie Nothomb : - Ouh le vilain !

Robert : - Alors je peux le faire ?

Amélie Nothomb, gracieuse : - Oui.

(Robert fait un signe à Matthieu pour lui dire de venir. Elle lui remet quelque chose dans la main et lui ordonne d'aller voir le chanteur avec un mouvement de l'index et du majeur qui mime l'action de couper.)

Ténore, s'oubliant dans ses trémolos : - Tralalala lalalalalalala la lalala la ! Ténore, toujours là ! des chamalows et des smarties pour tous ! Tra lalalalalala ! Tout le monde est content avec lui ! Youp la boum ! Youkaïdi youkaïda !

(Saladin arrive devant lui, et se pince le nez, comme pour dire " tu chantes mal ", Ténore ne se laissant pas impressionner, se pince le nez à son tour, Saladin hausse les épaules, Ténore de même, Saladin lui tire alors la langue, Ténore fait de même, et à la vitesse de l'éclair, Saladin brandit ses ciseaux et lui arrache la langue.)

Robert, satisfaite : - Il ne chantera plus. Mais moi si. Et comme nos ancêtres, les bochimans, je dévore la langue de mon ennemi pour chanter mieux… (Elle avale la langue de Ténore et la mange comme Mitterrand mangeait ses ortolans.)

Amélie Nothomb : - C'est ton combien déjà ?

Robert : - Mon quarantième je crois.

Ténore oubliant qu'il devrait avoir mal : - M'ou êtes malade ou m'quoi ? ? ? ? mhmhmhmhmhmhm ! (Air de Papageno bien sûr)

Matthieu Saladin : - M'ien m'enue au m'club m'vieux….

Amandine : - La cicatrice, on comprend tout…

Harry Potter : - Copieur !

Montalte : - Vingt-quatre, Xabe. Vingt-cinq, Yoann. Vingt-six, Zaalnor.

Alzanor, un rien vexé : - Alzanor !

Montalte, désinvolte : - Il me fallait un Z, désolé.

Alzanor, mâchouillant sa sucette : - C'est surtout un Zorro qu'il nous faudrait pour nous débarrasser d'Amélie… Huit pages de conneries et elle est toujours là .

Montalte : - Tu veux que j'accélère le mouvement ?

Alzanor : - Je me demande surtout si tout cela peut passer.

Amélie Nothomb, toujours dernière roue du carrosse : - Que quoi peut pas passer ?

Alzanor, terrifié par la déesse : - Oui , heu… Non… Enfin, rien…

Montalte, perfide : - Mais si. Alzie se demandait si l'on pouvait vraiment se débarrasser de vous. C'était son idée après tout. Et moi, j'essayais de le raisonner, de le persuader que vous tuer n'était pas une solution. J'ai toujours été contre. Hélas ! L'homme est têtu et tient à son projet. C'est vrai, Alzie, zigouiller la baronne, ce n'est pas très cool, tu t'en rends bien compte ?

Alzanor, effondré par tant de scélératesse, la bouche bée, ne sachant pas quoi dire : - Guaguegui guiguegou gouguigua gueguegi…gougua.

Amélie Nothomb, sentencieuse : - C'est donc vous, jeune homme, qui êtes à l'origine de cette tentative d'attentat ?

Alzanor, sa sucette immobilisée : - Guigua ?

Amélie Nothomb, sortant une serviette de table et se la mettant au cou : - Par conséquent, vous savez ce qui vous attend ?

Alzanor, blanc : - Gougue ?

(Elle salive avec un air "significatif", il sue sous son bonnet, elle se rapproche de lui avec des bruits de dents, il ferme les yeux, elle ouvre la bouche et se rapproche de celle, paralysée, d'Alzanor, il sent son haleine, il retient sa respiration, et d'un coup violent, elle lui arrache sa sucette avec ses dents. Il s'évanouit.)

Amélie Nothomb, savourant façon Homer Simpson : - Hmmm, à la fraise….

Montalte, cachant difficilement sa contrariété : - Oui bon…

Amélie Nothomb, en pleine jouissance buccale : - Vous en voulez un peu Moncalice ?

Montalte, amer : - Surtout pas.

Amélie Nothomb, transfigurée : - Vous avez tort…

(Elle continue de se régaler. Au bout d'un moment, une légère grimace frise son sourire. Un temps. Inquiète, elle sent une douleur très vive la lancer dans le ventre. Brusquement, une nausée verte façon " exorciste " lui sort par la bouche. Ses entrailles se déchirent. Elle tombe par terre et se débat.)

Amélie Nothomb : - O Ciel ! Que sens-je ? un feu invisible me brûle, je n'en puis plus, et tout mon corps devient un brasier ardent. Ah !

(Son ventre gonfle et éclate. Des dizaines de jeunes gens en lambeaux en sortent. Ils tombent par terre, mais se reconstruisent, se relèvent et sortent.)

Montalte : - Mes gages ?

RIDEAU.


(23 décembre 2002)


Lien permanent Catégories : Très chère Amélie 1 commentaire 1 commentaire Imprimer

Commentaires

  • Je ne l'avais jamais lu..

    Ca ressemble à Lewis Caroll.. Qui est Alice ? peu importe.. C'est tellement bien dit, que je demande une suite..
    'Je' n'est peut-être pas assez autoritaire.. Q'on lui coupe la tête !!!

Les commentaires sont fermés.