Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 - Logique tellurique de la politique, logique maritime de l'économie.

alain de benoist,mémoire vive,éléments,jorah mormont

Après les influences spinozistes, hégéliennes et nietzschéennes, les influences schmittiennes.

L'amitié, comme l'inimité, est politique. « Il s'en déduit que tout antagonisme devient politique dès qu'il atteint un certain seuil d'intensité ». Et qu'il s'agisse de politique pure comme de littérature et de philosophie. Une amitié profonde ou un amour fatal ne résiste pas à un désaccord métaphysique.

Houellebecq, Cioran, Chesterton : des gens grâce auxquels je me suis construit et qui fait que les attaquer ou les déprécier, eux, c'est m'attaquer et me déprécier, moi. Quelqu'un, par exemple, qui serait complètement insensible à Houellebecq, ou pire qui arguerait que celui-ci se trompe du tout au tout sur l'époque ne peut être compatible avec moi. Et en même temps, je suis bien obligé de reconnaître qu'il n'y a rien de plus palpitant que d'être nié dans ce que nous avons de plus intime, de plus sacré, de plus eschatologique. Faire l'expérience infernale du glaive, de la distinction, du sacrifié - dure et incroyable expérience, aussi fondatrice que la première. Quelqu'un qui ose penser différemment de nous sur tel ou tel point fondamental. Quelqu'un qui ose avoir une autre théologie. Dès lors, impossible d'éviter la guerre - ou la rupture. Au moins, la frontière.

C'est que la politique pure implique la frontière, c'est-à-dire la terre. Au contraire, la mer, qui ne connaît pas de frontières, est du côté du commerce, des échanges, de l'argent - du liquide. Logique tellurique de la politique. Logique maritime de l'économie. Notre monde post-moderne est en effet un monde liquide, celui des flux et des reflux, de l'indistinction océanique, du remplacement du solide et du durable par le transitoire et l'éphémère, des monstres marins et des pirates (métaphores des capitalistes), des abysses universalistes - contrairement à la terre particulariste.
 
Le paradoxe est que cet universalisme indifférencialiste conduit autant à l'abolition des frontières (ethniques, sexuelles, adultes/enfants - symbole Michael Jackson, noir qui a voulu devenir blanc, homme qui a voulu devenir androgyne, adulte qui n'a jamais voulu sortir de l'enfance) qu'aux guerres idéologiques totales où au nom de l'humanité on nie l'humanité dans son altérité. Les droits de l'homme contre l'homme. Le féminisme contre les femmes. L'égalitarisme contre la tradition. L'anti-racisme contre l'étranger. L'universel contre l'univers. Et tout cela à cause du monothéisme primitif, du christianisme universaliste, du salut pour tous, du Même contre les autres. Dit comme ça, évidemment, on se sent tout con de penser le contraire - et même si c'est le contraire qui est vrai. Car sans Même, pas d'Homme. Sans Même, pas d'amour.
 

alain de benoist,mémoire vive,éléments,jorah mormont

 
 
Lien permanent Catégories : Mémoire vive, Alain de Benoist 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.