Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Genèse IV - Enter Abram + Histoire d'Agar et d'Ismaël I

genèse,agar et ismael

 

Genèse 12 - 14

Enter Abram.

Au début, Dieu ordonne à un certain « Abram », 75 piges, de quitter sa terre, sa maison et sa parenté afin d'aller fonder, avec sa femme Saraï, un peuple à lui tout seul. Abram, qui répondra toujours présent aux exhortations les plus aberrantes de Dieu, s'exécute et part avec sa femme et leur neveu Lot.

Au pays de Canaan, au lieu-dit de Sichem, près d'un arbre sacré, le Chêne de Moré, Dieu lui dit « c'est là » - ou plus exactement : « c'est à ta postérité que je donnerai ce pays ».

Abram construit son premier autel à Yahvé. Puis un autre dans la région d'à côté. Puis encore un peu plus loin en Egypte. Sauf que là, il craint de se faire prendre par les Egyptiens et d'avoir des ennuis à cause de son épouse, « une femme de belle apparence ».

Il demande alors à celle-ci de se faire passer pour sa soeur qui pourra plaire aux Fils du Soleil sans que lui soit inquiété.

« Plaire », en langage biblique, ça veut dire « coucher ».

Et de fait, Pharaon couche avec Saraï que ses hommes lui ont vantée et ramenée.

Grand prince, Pharaon en fait bientôt sa femme et traite son « beau-frère » et le neveu avec tous les égards possibles, leur accordant biens, bétail, esclaves et servantes. Mais lorsqu'il se rend compte, à cause des plaies qu'envoie Yahvé sur sa maison, que celle-ci était la femme et non la soeur d'Abram, il les renvoie tous les trois à la frontière.

Le premier adultère de l'histoire de l'humanité a bien été un adultère de survie

- et de prospérité, puisqu'Abram et Lot, dont Pharaon a vu qu'ils étaient les envoyés de Dieu, ce qui explique d'ailleurs sa clémence car il aurait pu les faire zigouiller, reviennent au bercail avec toutes leurs richesses.

C'est là qu'ils s'aperçoivent qu'ils sont tous les deux trop riches pour rester dans le même pays.

En bonne entente, ils décident de se séparer. Abram restera à Canaan et Lot ira s'installer un peu plus loin, dans une région pas folichonne du Jourdain mais qui est égayée par deux villes cools, Sodome et Gomorrhe.

Dieu réitère sa promesse à Abram : « tout ce pays sera bientôt à toi et tes descendants ».

Les descendants, justement... Abram et Saraï n'ont ont pas et ne semblent pas prêt d'en avoir. Ce n'est pas un souci pour Dieu qui pourvoie à tout.

Pour l'heure, il faut se battre contre les méchants qui menacent la paix de la région et, entre deux exactions, ont enlevé Lot et sa famille.

Abram rentre en guerre et se révèle un très glorieux et très victorieux combattant. Il libère son neveu, fait la paix avec les méchants et trouve enfin ses galons de « Captain Canaan ».

 

genèse,agar et ismael

 

 

Genèse 15 – 16

Histoire d'Agar et d'Ismaël I

 

« Mon Seigneur Yahvé, que me donnerais-tu ? Je m'en vais sans enfant... »

Le premier tourment de l'humanité est la stérilité. Mais encore une fois, Yahvé rassure Abram. Il aura sa descendance.

Mais Saraï n'en peut plus. C'est elle, pourtant si belle, qui est stérile.

Selon une coutume de l'époque, elle donne à son mari sa servante égyptienne, Agar, afin de lui faire avoir quand même sa descendance.

Et ça marche ! Agar tombe enceinte d'Abram.

Du coup, tout change dans la maison : la servante prend le pas sur sa maîtresse, et celle-ci, furieuse et mortifiée, fait une scène à son mari en un effroyable imbroglio conjugal qui en dit long sur la psychologie féminine :

« tu es responsable de l'injure qui m'est faite, gueule Saraï à Abram. J'ai mis ma servante entre tes bras et, depuis qu'elle s'est vue enceinte, je ne compte plus à ses yeux. Que Yahvé juge entre toi et moi ! ».

Yahvé semble ne pas vouloir s'en mêler, et Abram, plus courageux devant ses ennemis que devant sa virago, répond à Saraï cette horreur :

« Eh bien, ta servante est entre tes mains, fais-lui comme il te semblera bon. »

Celle-ci ne se le fait pas dire deux fois et devient bourrelle.

« Saraï la maltraita tellement que l'autre s'enfuit de devant elle. »

Et là arrive quelque chose de très beau : allant trouver Agar qui a trouvé refuge près d'un puits dans le désert, l'ange du Seigneur l'assure de sa protection, de sa maternité et de la gloire qui attend son futur fils qui sera

« un onagre d'homme, sa main contre tous, la main de tous contre lui, [qui] s'établira à la face de tous ses frères. »

Rassérénée, Agar retourne chez Abram, 86 ans, qui entre temps a dû calmer sa matrone. La servante accouche de son garçon qu'on nomme Ismaël et tout finit provisoirement bien dans la maison d'Abram et de Saraï. Mais comme on dit, quelle histoire !

Le plus beau de l'épisode, c'est lorsqu'Agar prend conscience que Dieu lui a parlé et lui parle à son tour :

« Agar invoqua le nom du Seigneur qui lui avait parlé : "tu es Dieu qui me voit". Elle avait en effet dit : "est-ce bien ici que j'ai vu après qu'il m'a vue ?". C'est pourquoi on appela le puits : "le puits de Lahaï qui me voit" ; on le trouve entre Qadesh et Béred. »

 Yahvé, affaire de voix et de vue.

Et la Genèse, affaire d'adultère et de bâtard.

 

genèse,agar et ismael

Giovanni Battista Tiepolo (1696 - 1770), Agar et Ismaël au désert.

 

A SUIVRE

 

 

Lien permanent Catégories : Genèse 2018 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel