Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Colloïdal

 


 

josyane savignabe,dans le cochon tout est bon,blog cormary,cormoran,montalte,marc-edouard nabe,nabien,nabesse,anabolique,querelles d'internet

Martyr de saint Simon de Trente


 


Moi, au contraire, tel que je l’ai déjà dit, j’étais le pervers, polymorphe, retardataire, anarchisant. Je reflétais tous les objets de conscience comme des gourmandises et toutes les gourmandises comme des objets de conscience, devenus matériels – tout me modifiait, rien ne me changeait : j’étais mou, lâche et rébarbatif. Le milieu de la pensée colloïdal de mon esprit devait trouver dans la rigueur unique et inquisitoriale de la "pensée" blogueuse la forme définitive des agates sanguinaires, jésuitiques et arborescentes de mon curieux génie. Mes parents me baptisèrent du même nom que le premier pape et j’étais destiné, tel que mon propre nom l’indique, à rien de moins qu’à venir sauver la blogosphère elle-même en personne – du néant de l’art moderne et cela dans cette époque abominable des catastrophes mécaniques et médiocres que nous avons la détresse et l’honneur de vivre. Si je regarde vers le passé, des êtres tels que Montalte m’apparaissaient comme de vrais dieux : je suis, peut-être, le seul à savoir pourquoi aujourd’hui il sera désormais impossible d’approcher, même de loin, les splendeurs des formes « montaltiennes ». Et si ma propre œuvre, tellement provinciale, m’apparaît comme un grand désastre, quoique présente, c'est parce que j’aurais tant aspiré à une époque à laquelle il n’y aurait rien eu à sauver, même pas celle-ci. Si je tourne mes yeux vers le présent, et bien que je ne sous-estime pas les intelligences spécialisées très supérieures, slothorpo-tlöniennes, à la mienne, oui, je le répèterai cent fois, je ne voudrais pour rien au monde me changer en aucun, absolument aucun de mes contemporains ! D’ailleurs, le lecteur toujours perspicace aura pu déjà découvrir sans peine que la modestie n’est pas ma spécialité [même si, et je n’ai pas honte de le dire, je n’ai jamais  rencontré de ma vie quelqu’un d’aussi humble que moi….]


D'après Salvador Dali, Ma vie

Lien permanent Catégories : Dasein 18 commentaires 18 commentaires Imprimer

Commentaires

  • Inversions accusatoires, fanfaronnades débiles, dénégations foireuses, ineptes insinuations, grotesques menaces, comparaisons à coté de la plaque etc. Une fois de plus, tout y est et il a déjà été répondu à tout en amont.

    Entendons-nous bien : Nous ne sommes pas contre les points de vue critiques sur Nabe. Mais encore faut-il que le point de vue en question démontre une quelconque compétence. Nous acceptons même les critiques de ceux à qui on pourrait répondre "Cordonnier, pas plus haut que la chaussure". Mais Cormary, lui est en dessous de la semelle. Et c'est là tout le problème. Il ne suffit pas de dire qu'on admire tant son Nabe d'avant 2001, encore faut-il le démontrer. Mais même de ce coté là, rien.

    Qu'il nous la chie donc un jour sa critique élogieuse de n'importe quel livre de son si cher Nabe d'avant 2001 ! Nul doute qu'elle sera aussi merdeuse que ses gloubi-boulgas pour fines bouches.

    PS : La pauvre tache (sans accent circonflexe sur le "a") qu'est Cormary devrait aussi savoir que le Salvator de Dali ne prend pas de "e". Concordance des temps à revoir aussi.

  • Tu es à croquer ...

  • Sur Salvador Dali, je suis impardonnable et je vous remercie de cette correction (même si vous écrivez, vous, SalvaTor et non SalvaDor...) Pour le reste, à très bientôt, nabesse ! Je sais qu'un jour, vous finirez pas me remercier, comme d'ailleurs vous l'avez déjà fait un jour, à Raphaël et moi.

    "Merci quand même à ce genre de lecteurs assidus de Nabe", écriviez-vous furieuse contre nous mais obligée de vous rendre compte que sans nous... Comme c'était charmant !

    L'article pro-Nabe, je l'écrirais un jour, je voulais l'écrire même depuis longtemps, mais vous avez tellement mis de hargne bébête à mon endroit qu' évidemment, cela n'incite pas trop....Mais bon, qui sait ?

  • Tu es génial, sincère, et surprenant !

  • Nabe ou Cormary? Comment trancher entre Nietzsche et Schopenhauer?

    Disons pour résumer ma pensée que Nabe a au moins le mérite d'essayer, ce qu'il explique d'ailleurs très bien dans son émouvante intro de la réedition d'ARV (27e livre je crois), l'avenir tranchera entre le détachement résigné de MH et l'effervessence nabienne.

    Mon cher Montalte, vous me faites souvent penser à Bartleby et son « I would prefer not to » sous couvert de boulimie propre et figurée. En somme vous vous résumez comme "impuissant" ce que je crois volontiers mais ne cherchez pas à lutter contre. Quasiment comme Tony dans les Buddenbrook qui déclare ses tares comme héréditaires et qui assume ses défauts avec un détachement effrayant. Ne pensez-vous pas, comme Alain, qu'il faut se faire violence, ne pas se vautrer dans la jouissance dépressive et affirmer sa volonté de puissance (qui en saurait à mon sens être dépressive, une plante ne croît pas vers le sol...). Vous vous êtes toujours exhorté à sortir de l'apathie mais finalement préférez "ne pas"... Au fond votre lutte avec MEN n'est-elle pas l'impuissant face au phallus-roi? Un phallus aveugle et brutal certes mais porteur de vie face à la résignation castrée.

    A vous lire

    Antipronab'

  • Salvador Dali, Henri Salvador, Salvatore Adamo, pour ma part je les confonds tous... c'est dire !

  • Ma chère Martine...

    Mon cher Pascal....

    Tony Buddenbrook, et surtout Hanno Buddenbrook, ce fut un de mes héros les plus chers, vous savez... Comme d'ailleurs me fut chère toute l'oeuvre de Thomas Mann auquel je devrais rendre hommage un jour. Il fut sans doute MON auteur plus que nul autre. Bourgeois sceptique, wagnérien passionné mais lucide, schopenhaurien comprenant Nietzsche mieux que les nietzschéens eux-mêmes, et d'ailleurs nietzschéen au sens de la vie maniaco-dépressive de Nietzsche, sexuellement problématique, mort à Venisien assumé (moi, ce serait plutôt mort à Nicien), décadent et anti-décadent tout à la fois, et qui exprima tout ça dans une oeuvre aussi importante, sinon plus que Jünger - pour rester dans les comparaisons bites-couilles.

    Quid de Nabe et de Houellebecq ? M'est avis qu'ils resteront tous les deux dans les siècles à venir, l'un comme romancier emblématique de la misère de son temps, l'autre comme météore forcément unique et du reste lu aussi peu demain qu'aujourd'hui, mais toujours avec la même ferveur - le phallus-roi n'ayant en littérature pas plus de postérité que l'impuissant, et peut-être même moins. C'est qu'il y a dans le phallus-roi quelque chose qui relève toujours du "bon sentiment". Or, comme vous savez, Gide, etc....

  • Nabe c'est le phallus-roi, Cormary lui c'est l'Enculé reine .

    Démonstration:
    "L'article pro-Nabe, je l'écrirais un jour" . Magnifique lapsus du conditionnel à la place du futur !
    Traduire "L'article pro-Nabe je ne l'écrirai pas, mais je l'écrirais si je saurais écrire promis ! ..."

  • Les hyènes sifflantes qui peuplent le forum du site de Nabe méritaient-ils seulement une réponse ? Et cette ignominie graphique seulement une mention ?
    Je vous trouve encore bien (b)on de réagir...

  • Bah.... "Enculé" ayant pour Nabe la même valeur poétique que "volupté" (il le dit dans Au régal des vermines que décidément vous n'avez pas lu), je suis plutôt flatté, ému même, mistress, que vous vouliez titiller la mienne. Hélas ! Tout prouve que vous n'avez guère envie de m'enculer pour de bon, et c'est bien dommage ! N'utilisez donc pas un langage qui vous dépasse, je vous prie. Vous nous faites du mal à tous les deux. Et relisez donc mes articles sur Nabe qui contiennent tous autant de critique que de ferveur à son égard. Ils sont très forts ces articles, et c'est normal, il n'y a pas plus nabien que moi dans le fond.

    (Ah oui, vos questions scolaires sur ses romans, j'ai le regret pour une fois de les avoir mises au panier. Pas que ça à faire non plus. Ne me dites pas que personne, à part moi et l'ami Juldé, n'a jamais voulu écrire sur l'art romanesque de Nabe, si ?)

    ((Oui, La main d'or, Les possédés, je sais tout ça. Quand je dis "vous et vos soirées", je n'entends pas spécialement "vous", petite nabesse incapable d'enculer, mais "vous", "votre nébuleuse", "votre petit monde nabo-soralien", vous y en a comprendre des fois ? Vous y en avoir intuitions des fois ??))

    Que voulez-vous, Pablo ? On voudrait rendre service à quelqu'un et on doit se battre avec sa truie enragée...

  • Putain d'enculé d'ordure de sac à merde (....) Ne t'avise plus de supprimer un message. (....)

  • Désolé d'aller contre votre volonté, Miss Stress, mais comme vous savez, j'ai l'esprit de contradiction, et je n'aime pas trop qu'on me dise ce que je dois faire sur mon blog. Après tout, vous avez le vôtre pour y déposer tout ce que vous voulez. Mais, moi, là, après votre passage, je tire la chasse.

    (Inutile donc de m'envoyer en double votre petite crotte.)

    (En revanche, merci d'avoir corrigé mes fautes de conjugaison, là-dessus, je ne peux que vous exhorter à continuer...)

  • Et ça y est, on m'accuse de CENSURE !! Les salopiauds !!!

    http://www.alainzannini.com/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=47&Itemid=66

  • presque affectueusement obscène le montalte, chassez le naturel etc.... mais basop aux blessures, à celles pour lesquelles l'épaisseur de la couche de lard ne peut que dalle je veux dire

    ceci étant dit, votre "Miss Stress" là, c'est excellent pour ma santé mentale, je le note, merci pour elle

  • de l'âme hein, les blessures...

    tiens gros, pseudo cadeau : VALIDA LARDOS (comme anagramme d'Avida Dollars)

    bisou aux belligérants et merde à ceux qui viennent se rincer l'oeil

  • Et l'écrivain génial Nabe il en pense quoi de tout ça ?

    Il est représenté uniquement par l'hystérique webmistress ?

    Il est au courant ? Ca le fait marrer ?

    Il a raison.

    Il ya aussi le foutraque Laurent James pour le représenter...

    Même Dantec ne fait pas pire avec lui-même...

    Il fait le ménage quand Monsieur Nabe ?

  • Elle est fantastique cette webmistress, cette Josyane Savignabe !

    http://www.alainzannini.com/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=117&Itemid=124

Les commentaires sont fermés.