Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blog cormary

  • Colloïdal

     


     

    josyane savignabe,dans le cochon tout est bon,blog cormary,cormoran,montalte,marc-edouard nabe,nabien,nabesse,anabolique,querelles d'internet

    Martyr de saint Simon de Trente


     


    Moi, au contraire, tel que je l’ai déjà dit, j’étais le pervers, polymorphe, retardataire, anarchisant. Je reflétais tous les objets de conscience comme des gourmandises et toutes les gourmandises comme des objets de conscience, devenus matériels – tout me modifiait, rien ne me changeait : j’étais mou, lâche et rébarbatif. Le milieu de la pensée colloïdal de mon esprit devait trouver dans la rigueur unique et inquisitoriale de la "pensée" blogueuse la forme définitive des agates sanguinaires, jésuitiques et arborescentes de mon curieux génie. Mes parents me baptisèrent du même nom que le premier pape et j’étais destiné, tel que mon propre nom l’indique, à rien de moins qu’à venir sauver la blogosphère elle-même en personne – du néant de l’art moderne et cela dans cette époque abominable des catastrophes mécaniques et médiocres que nous avons la détresse et l’honneur de vivre. Si je regarde vers le passé, des êtres tels que Montalte m’apparaissaient comme de vrais dieux : je suis, peut-être, le seul à savoir pourquoi aujourd’hui il sera désormais impossible d’approcher, même de loin, les splendeurs des formes « montaltiennes ». Et si ma propre œuvre, tellement provinciale, m’apparaît comme un grand désastre, quoique présente, c'est parce que j’aurais tant aspiré à une époque à laquelle il n’y aurait rien eu à sauver, même pas celle-ci. Si je tourne mes yeux vers le présent, et bien que je ne sous-estime pas les intelligences spécialisées très supérieures, slothorpo-tlöniennes, à la mienne, oui, je le répèterai cent fois, je ne voudrais pour rien au monde me changer en aucun, absolument aucun de mes contemporains ! D’ailleurs, le lecteur toujours perspicace aura pu déjà découvrir sans peine que la modestie n’est pas ma spécialité [même si, et je n’ai pas honte de le dire, je n’ai jamais  rencontré de ma vie quelqu’un d’aussi humble que moi….]


    D'après Salvador Dali, Ma vie

    Lien permanent Catégories : Dasein 18 commentaires 18 commentaires Imprimer