« « La vérité vous rendra libre » II | Page d'accueil | Stendhalie I »

05/05/2008

Trois ans

720514883.jpgTrois ans de blog.

 

Je sors, à l'instant, des magnifiques Bas-Fonds de Kurosawa - film que j'utiliserais certainement pour notre vidéodrome sur "La Mort" (scène finale) de dimanche prochain, quoique le sublime Vivre de ce même Kurosawa pourrait tout autant faire l'affaire, je verrais. A part cela, je suis, depuis deux mois, en pleine Ecole de Vienne. Alban Berg est définitivement un de mes dieux en musique, et qui n'a pas vu Christine Schäfer en Lulu dans la production de Graham Vick n'a rien vu. Sinon, en un an, j'ai découvert la bienveillante en diable, Laurence Zordan, ainsi que la pensée d'Antoinette Fouque - la chère Guilaine nous offrant de somptueux dîners de fruits de mer pour cela, pas d'état d'âme, donc. Encore que je ne puisse nier que le féminisme différencialiste ne me convienne dans le débat sur la confusion de sexes qui nous occupa, Celeborn, quelques autres et moi, un certain temps. J'ai édité quelques articles impressionnistes et narcissiques bien dans ma manière, et pourtant d'une objectivité à toute épreuve, dans les colonnes de Joseph Vebret (notamment un sur l'art contemporain inspiré d'un essai de Jean-Joseph Goux). Armand Chasle s'étant dissout, mon "étude" de Sade en trois parties, est enfin disponible sur mon blog. On peut découvrir aussi quelques vignettes introjectives sur  Le Messager de Joseph Losey ou le If... de Lyndsay Anderson (que j'attends toujours en DVD), sans oublier mon apologie de David Wark Griffith et ma sympathie critique à l'égard du cinéma de Jean-Luc Godard. Et puis il y a Sacha Guitry qui est le père que l'on aurait voulu avoir. Tout cela sonne un peu autocélébration complaisante, mais qu'y puis-je ? Au fait, mon pucelage littéraire se porte bien, merci, et ça vaut toujours mieux que le priapisme stérile. Autrement, j'ai redécouvert, avec émerveillement, La Divine Comédie dans la traduction d'Henri Marc-Garin (dont je n'ai même pas parlé, honte à moi !). Relu avec passion Les Démons de Dostoïevski dans la traduction Markowicz.  Pleuré discrètement à la mort de Séverus Rogue dans le dernier tome de Harry Potter (à venir dans une quinzaine, je suppose). Intégré totalement René Girard à ma cosmogonie, celui-ci m'ayant enfin fait comprendre que l'on pouvait rire avec Dostoïevski, et qu'il n'y avait rien de plus tragicomique que les hommes du sous-sol et les seuls contre tous. Ce qui ne m'a pas empêché de me remettre, non sans extase, aux aventures de Laura Palmer, l'héroïne cinématographique la plus romantique des années 80. Comme mon "impérialisme saint empire romain" ne m'a pas empêché d'applaudir aux films tendancieux d'Abdellatif Kechiche. Revu Paranoïd Park de Gus van Sant en me rendant compte (il y a une semaine, grâce au DVD) que j'étais très sensible aux déambulations fellino-kubrickiennes de cet adolescent post-modern. Lu et admiré Le Guépard de Lampedusa dans sa nouvelle traduction - accepter de ne pas être réactionnaire, il n'y a que ça pour le moral (et sans pour autant me brouiller encore avec le mari de Carla). En ai profité pour me réconcilier avec Thomas Mann dont je finis le pourtant laborieux Docteur Faustus (sur ma "brouille" avec Mann, voir mes "Cinq pièces pas si faciles").  A propos d'impudeur, j'ai aussi commis une "Stendhalie" où je me dévoile jusqu'à l'indicible, et qui sera dans une semaine sur mon blog. Réécrit ma note sur "La Reprise" dans le même sens "rousseauiste" (dans deux mois sur mon blog). Fait un check-up qui m'a prouvé que si j'étais toujours aussi dangereusement gros, je n'avais ni cholestérol (vive l'ail !) ni diabète - même s'il paraît que je fais de l'hypertension. Pris conscience de ma mort prochaine (mes parents viennent d'avoir soixante-dix ans, mon Cancer l'an dernier, ma Bélière cette année) et en espérant atteindre cet âge dans une aussi grande forme qu'eux. Arrêté, et sans difficulté particulière, le beurre depuis avril (et les cuites solitaires après-demain ?) Essayé d'aimer en vain - mais Meetic est trop normatif pour moi, et les réseaux underground pas assez. Réussi un examen professionnel qui m'a fait monter en grade à Orsay (et qui fait que je me demande depuis deux jours, assez cruellement, si je ne devrais pas quitter les salles et postuler à l'encadrement Marquise - mais suis-je capable de renoncer à ma tranquillité poétique, mes ruminations solaires, ma moelleuse solitude ?) En mars, dîné chez la néo-argentienne de mon coeur, avec la tête à Toto (dont la dernière note navrante sur les consanguins..., passons) et le sympathique (plus que) transhumain. D'ailleurs, le réseau s'est élargi avec un tas d'amis que je ne connais pas (Facebook) et une inscription aux "Very Important Bloggeur" de Hautetfort qui pour l'instant n'a guère augmenté le nombre des visites. Aucune importance au demeurant, puisque nous continuons à péplautiser de concert, et même à célébréborniser de plus belle ("Lis Sénèque"), notamment au Saint-André, autour de la canonique côte de boeuf à la béarnaise. Impossible d'oublier les amis d'autrefois (même s'ils le font entre eux, satanée Weltanschauung !), ni les collègues de la Nef, ni, évidemment les compères de la toile - qu'ils soient tenancier d'un café du commerce (où l'on parle de Chesterton quand même grâce à moi), cinéphile paraphilique qui a fait de son désamour avec l'époque  un art de voir, dandy sociologue d'un théâtre qui s'évacue et qui revient du Cambodge.  Pensé, enfin, et de toutes mes forces impuissances, aux Circonvolutes de naguère.

A la mémoire d'un ange.

 

Commentaires

On dirait un testament ; eh bien non, c'est une rampe de lancement.

Du cousu main.

Et de la haute couture.

Écrit par : Laurent Morancé | 06/05/2008

Bon anniversaire, Montalte, et merci pour ce blog que je commente rarement mais qui me parle toujours.

Écrit par : Ludovic | 06/05/2008

Putain j'etais justement en train de penser a Kate. Pour le style, sur le toit d'une maison coloniale de Bs As pleine de vitraux et de 33 tours de Gardel (a quoi ca sert de payer si cher si c'est pour le taire ? Joie d'une riche encore plus riche chez les pauvres) (rhooo)

Je t'aime fort.
Que la force de la licorne soit avec toi, hinhin !

(Et c'est vrai que Transhu est genial)

Écrit par : Tralala | 06/05/2008

Bon anniversaire !

Écrit par : *Celeborn | 06/05/2008

Magnifiques Bas-fonds en effet.
Et bon baisers de Paris, Twalala.

Écrit par : Transhupied | 07/05/2008

Trois ans, déjà.
Bon anniversaire Pierre.
Continue de nous éclairer sur l'art, la religion, la littérature, le sexe, la politique etc.

Écrit par : jugurta | 09/05/2008

Happy blogsday (un peu tardif) et merci pour ce blog passionnant et d'une rare intelligence.

Écrit par : Damien | 11/05/2008

Merci à tous, merci spécialement à vous Damien, désormais "aimable".

Écrit par : montalte | 12/05/2008

Bon anniversaire (avec un temps de retard). Puisque tu aimes tant Chesterton, pourquoi ne mets-tu pas en lien le blog qui lui est consacré ?

http://chesterton.over-blog.com/

Bien à toi.

Écrit par : Sébastien | 14/05/2008

C'est fait ! Et merci à toi.

Écrit par : montalte | 14/05/2008

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.