Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Patrick Besson

  • La patinette rouge, par Patrick Besson

    petit nicolas, sempé.jpg



    «Théo, maintenant tu vas parler.
    -Qu'est-ce que je dis, monsieur ?
    -Lundi matin, en allant à l'école, tu as vu que Jim, ton voisin, avait une nouvelle patinette.
    -Une patinette rouge.
    -N'essaie pas de noyer le poisson.
    -Un poisson, il ne peut pas se noyer, monsieur, parce qu'il respire de l'eau.
    -Je n'aime pas ce ton, alors tu en changes. Ce n'est pas parce que tu as 5 ans qu'il faut te croire tout permis dans un commissariat de police. On t'a à l'oeil, mon petit bonhomme.
    -Papa aussi, il m'appelle son petit bonhomme. Où il est, mon papa ?
    -Si tu parles, tu le verras.
    -Je dis quoi ?
    -Quand tu as volé la patinette de Jim et où tu l'as cachée.
    -Je ne sais pas.
    -Tu me la joues comme ça ? Alors, écoute bien, trou du cul, si tu ne coopères pas, tu vas en chier grave. Ne crois pas que tu m'impressionnes avec ton petit air d'angelot poupin. J'en ai maté de plus coriaces que toi, connard. Ta petite copine Marika, l'autre jour. Elle n'a pas tenu plus d'un quart d'heure avec moi. Pourtant, elle a plus de bouteille que toi : elle a 5 ans et demi. Eh bien, elle a fini par cracher le morceau.
    -Ah, il faut cracher ?
    -Non, attends. Putain qu'il est con. Je te préviens, c'est toi qui vas le nettoyer.
    -Vous m'avez dit de cracher.
    -Le morceau.
    -Le morceau de quoi ?
    -C'est une expression. Il y a vraiment une crise dans le primaire. Les instits ne sont plus à la hauteur. Il est temps que nous, la police, on reprenne les choses en main. Bon, Théo, maintenant, assez rigolé. La patinette. Tu me dis où se trouve cette putain de patinette ou je te coffre.
    -Il y a un coffre ?
    -Il se fout de ma gueule ! Je vais t'en coller une. Y en a marre. Tu ne m'impressionnes pas, tu sais. Marika aussi, elle a essayé de m'embrouiller avec la poupée de sa copine. J'ai fini par lui faire dire que c'était elle qui l'avait jetée dans le vide-ordures, par jalousie. Maintenant, elle est à Fleury, dans la section petites filles de moins de 7 ans. Elles sont cinq par cellule. La presse appelle ça la surpopulation enfantine des prisons. Moi, je dirais que c'est une police bien faite.
    -Hon, hon.
    -Tu peux toujours pleurer, ça ne changera rien. Je savais bien que je finirais par te faire craquer. J'ai tout de suite vu, quand tu es entré dans le commissariat avec ton nounours sous le bras, que tu n'avais rien dans le ventre. J'écoute.
    -Pipi.
    -La patinette. Je veux tout savoir sur la patinette, après tu pourras faire pipi. Merde, il a déjà fait. Comme la petite Marika. Bon, tu as gagné : j'abandonne. Je t'envoie chez le juge, qui te mettra en préventive à la Santé et, si tu te décides enfin à parler, tu avertiras ton avocat.
    -Caca. »

    Publié le 28/05/2009 N°1915 Le Point

    Lien permanent Catégories : Patrick Besson 1 commentaire 1 commentaire Imprimer