Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rêve d'enfant (Notes sur Le petit héros, de Dostoïevski)

 

 Go Beetween3.jpg

"La seule chose que j'ignorais jusqu'à cette minute, c'était ce que c'était ; si c'était bien ou pas bien, glorieux ou honteux, louable ou condamnable."

 

"A l'époque, j'allais sur mes onze ans".

Et c'était déjà un drôle de petit bonhomme, ce garçon effervescent, déjà attiré par le beau sexe, plein de "ces élans incompatibles avec l'enfance", comme le dira un jour Miguelito à Mafalda, et qui savoure comme pas un d'être invité parmi tous ces gens riches lors de cette fête qui ne semble jamais finir et durant laquelle il peut admirer les dames - "presque toutes plus jolies les unes que les autres, [qui] semblaient encore plus charmantes avec leur visage tout animé des impressions du jour, leurs jolis yeux brillants, leurs paroles vives qui s'entrecroisaient, les cascades de leurs rires sonores comme des clochettes (...)"

Jamais Dostoïevski n'a été aussi badin, bucolique, sensuel que dans ce Petit héros, nouvelle écrite dans sa cellule de Sibérie d'où il devait sortir des années plus tard. Jamais non plus il ne parlera de l'enfance et de ses premiers émois avec autant de vérité et de profondeur.

"Je parle toujours de mes onze ans, et, bien sûr, j'étais un enfant, rien qu'un enfant. Beaucoup de ces femmes splendides, quand elles me caressaient, ne pensaient même pas à faire attention à mon âge. Mais - chose étrange  ! - une sorte de sensation, qui m'était, pour moi-même mystérieuse, m'avait déjà envahi; il y avait déjà quelque chose qui frissonnait sur la surface de mon coeur, quelque chose que le coeur ne connaissait pas, qu'il n'avait encore jamais senti ; mais qui le faisait parfois brûler et battre, comme effrayé, et, souvent, une rougeur inattendue inondait mon visage. Parfois, je me sentais comme honteux et même blessé de différents privilèges enfantins dont je jouissais (...) Tantôt, pour finir, il me semblait que j'avais caché quelque chose à tout le monde, mais que, pour rien au monde, et à personne, je n'en aurais parlé, parce que j'en avais honte, moi, un petit humain, jusqu'aux larmes."

 

dostoïevski,le petit héros,le messager,joseph losey,enfance,littérature

On pense au "Non so più" du Chérubin de Mozart, ou à Charles Nodier, enfant amoureux d'une baronne à qui il osa un jour proposer un rendez-vous galant à laquelle celle-ci se rendra pour lui administrer la plus délicieuse des fessées. Mais aussi au Léo du Messager de Joseph Losey qui semble fortement inspiré de la nouvelle de Dostoïevski. Comme ce dernier, le "petit héros" servira d'intermédiaire entre une belle et son amant, se faisant un jour le facteur d'une lettre d'amour de celui-ci à celle-là et qui le récompensera d'un baiser sur la bouche.

Cependant, ce n'est pas d'elle dont il tombe d'abord sous le charme mais de son amie, "une blonde charmante, aux cheveux somptueux et très épais (....) [et dont] la beauté se mettait, littéralement, à vous jaillir aux yeux dès le premier regard", rieuse, moqueuse, joueuse, d'ailleurs un peu toquée avec cet enfant dont elle va bientôt faire son bouc-émissaire. La scène où elle lui demande un jour de venir s'assoir sur ses genoux, puis l'attrapant parce qu'il refuse de le faire, lui pince les doigts jusqu'à lui faire vraiment mal. Dès ce moment, elle devient sa tortionnaire de jeu, ne manquant pas une occasion de le tourmenter et de l'humilier avec ce sadisme gai des jeunes femmes quoiqu' incompréhensible pour un garçonnet. Lui-même, mort de honte et de rage, sent bien que la dame exagère avec lui. Mais comment ne pas se laisser faire par celle qui nous fascine par "l'arrondi de éblouissant de ses épaules, des épaules envoûtantes, pleines et blanches comme la crème du lait" ? Comment ne pas être amoureux transi de la bourrelle aux beaux yeux ?

 

dostoïevski,le petit héros,le messager,joseph losey,enfance,littérature

Edouard Manet, Jeune femme blonde aux yeux bleus.

 

L'autre élément incompréhensible est que cette diablesse est la meilleure amie d'une autre dame, Madame Nathalie M., la plus douce et la plus triste créature de l'assemblée, quoique non la moins belle, aussi brune et compatissante que son amie est blonde et cruelle.  Mariée à un capitaliste, un de ces hommes dont on dit qu'ils sont "intelligents" parce qu'ils ont "un morceau de gras à la place du coeur", elle ne semble pas heureuse. Souffre-douleur de la méchante blonde, il rêve de devenir chevalier servant de la gentille brune - ce qui, on en sera d'accord, relève de la même sensualité.

 

dostoïevski,le petit héros,le messager,joseph losey,enfance,littérature

Manet, Portrait de femme

 

Mais comment devenir un homme ? Comment éblouir les deux dames et par extension tout leur univers ? Comment se faire une place dans le monde ? L'occasion lui en sera donnée quand un beau matin, il parvient à monter l'étalon Tancrède, que personne n'a réussi jusqu'ici à dresser, et à faire un galop avec lui dans le parc au vu de tous et surtout de toutes. Dès lors, tout change. Il est acclamé par toute l'assemblée, "minute délirante de son enfance" - et embrassé sincèrement par sa blonde perfide qui succombe à sa nouvelle chevalerie, se confond en pardon pour toutes les avanies infligées, lui demande d'être son ami... et dont il va serrer les doigts, à son tour. Faire de sa cruelle sa dévouée - s'il y a des victoires sexuelles, celle-ci n'est pas la moindre. L'adolescent vient de mater le cheval et la femme.

Ne reste plus qu'à sauver l'autre femme. La suivant un jour dans les bois, il la surprend avec un homme à qui elle semble faire de déchirants adieux. Celui-ci lui remet une lettre que dans sa précipitation elle perd aussitôt en rentrant à la datcha. Mais lui récupère la lettre derrière elle et la lui remet dans un bouquet de fleurs. Las ! Trop effondrée pour bien regarder le bouquet, elle ne remarque pas la lettre, au grand désespoir du garçon. Grâce au ciel, une abeille inopportune, au fond très opportune, s'invite au tableau et, tel un petit Eros venant précipiter les événements, l'oblige à prendre le bouquet et à l'agiter devant elle pour la chasser, faisant ainsi tomber la lettre à ses pieds. Tout se découvre. L'amant, le messager, l'enfant. Et ce dernier qui n'en est plus un après le baiser "rapide et chaud" qu'elle lui donne sur les lèvres pour le remercier. Révélation de l'amour, prise de conscience du désir, découverte du coeur - et qui, sans doute, l'ouvriront à la vie.

Contrairement à Léo, mon autre héros d'enfance, pour qui la première fois sera aussi la dernière, et dont on lira en parallèle cette très personnelle (mais suis-je capable d'autre chose ?)  évocation.

 

dostoïevski,le petit héros,le messager,joseph losey,enfance,littérature

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Dostoïevski 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.