Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 - Intellectualiser la droite

 

alain de benoist,mémoire vive,kaamelott,castoriadis

 

Pensée allemande, homme italien, langue française - tel François Bousquet définit Deub's, cet homme accompli, lecteur et voyageur infatigable, qui a tout vu, tout lu, tout connu, Pic de la Mirandole qui dialogua avec tous les intellectuels français et étrangers de notre époque, fut au centre de tous les débats des années 70 et 80, qu'Anne Sinclair et Jacques Chancel invitèrent en leur temps sur le plateau de Sept sur Sept et de Radioscopie, à qui l'on demanda même s'il allait se présenter à la présidence de la République à l'occasion de la fameuse « campagne de la ND » en 1979 et qui aurait pu être couvert d'honneurs s'il les avait aimés, se voyant offrir un pont d'or (la direction du Figaro-Magazine !) par Louis Pauwels à cette même époque et qu'il refusa parce qu'il préférait travailler dans son coin, n'ayant aucun goût pour la gloriole, les cocktails, le pouvoir. Homme libre, loup des steppes, infatigable bénédictin des idées, de ce point de vue, je t'admire, moi qui ne serai jamais qu'un un chien, un serf, un héritier.

Aujourd'hui, il est un des observateurs les plus aiguisés de la crise, et comme Houellebecq, Zemmour, Renaud Camus et d'autres, soutient que le mal français provient autant du « remplacement de population » (il emploie l'expression, page 140) que du capitalisme totalitaire –

« l'immigration [n'étant rien d'autre] que l'armée de réserve du capital. »

Aussi considère-t-il les immigrés comme les autres victimes du « Système » : déracinés regroupés pour les besoins du patronat en même temps que boucs émissaires des nationaux.

A la droite, il rappelle sa xénophobie et sa suffisance ; à la gauche, son mépris et son abandon du peuple ; aux deux, leur incapacité à maîtriser l'économique. Convainquant dans ses critiques, c'est dans son chemin de pensée qu'il est parfois difficile de le suivre, non pas tant parce qu'il est trop subtil mais parce qu'au contraire, « il en sait trop, ça l'embrouille », pour citer le mot d'un personnage de Céline et qu'il reprend lui-même, espérant n'être pas celui-ci.

Quoiqu'on pense de La « Nouvelle Droite «  (ou « Nouvelle Ecole »), celle-ci eut le mérite de tenter d' INTELLECTUALISER LA DROITE - en vain, bien entendu, la droite majoritaire, celle des « braves gens », des « types biens », « du vrai bon sens de chez nous », n'ayant jamais aimé les intellectuels et peut-être encore moins les siens que ceux du camp d'en face.

Fort peu gramscienne, la droite a, en sens, toujours mérité de perdre ses combats. C'est que celle-ci déteste au plus haut point la « vita contemplativa » qui va de pair avec la bataille des idées, le débat, la confrontation. Ne lui importe que la « vita activa », l'action, le faire, le produire. Pour reprendre le mot de Heidegger appliqué à la science, la droite ne pense pas.

C'est pourtant grâce à cette « vita contemplativa » que l'Europe créa ses plus beaux concepts, à commencer par celui d'objectivité - ou tout au moins de souci de l'objectivité. L'Europe est en effet la seule culture à vouloir comprendre les autres jusqu'à parfois se donner tort au nom de ces autres - et comme le dit si bien Cornélius Castoriadis (voir Addendum). Le génie de l'Occident est en effet dans cette faculté d'autocritique que nous avons parfois jusqu'à la nausée et qui se retourne, surtout ces derniers temps, contre lui.

Qu'importe ! Il s'agit de penser la Nouvelle Euorpe. Le GRECE ou « Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne », fondé au même moment que la « Nouvelle Ecole », n'ira pas dans un autre sens. Et cela, sans jamais aucune « stratégie »,

« la meilleure des stratégies, dit ABD, étant de n'en avoir aucune ».

« J'ai toujours craint, surtout, qu'à force de vouloir peaufiner la stratégie de ses idées, on finisse par ne plus avoir que les idées de sa stratégie. C'est un peu ce qui est arrivé au Club de l'Horloge. »

Ainsi, la ND se met en branle, et un branle fondé sur l'idée de « l'homme complet » (celui qui met en conformité ses actes et ses idées, brrrrr.....), du « vivre ensemble » (« Zusammenleben »), de la communauté (« Gemeinschaft »), qui a ses propres « rites » de mariage et de baptême (sans passer par l'Eglise puisqu'on n'est pas chrétien), et dont l'enjeu est de créer bel et bien une « contre culture ».

Exprimer le général sans devenir vulgaire, comme disait Walter Benjamin. Lui-même se marie le 21 juin 1972, « jour du solstice d'été », comme il aime à le préciser. Alors, bien sûr, il ne faut pas caricaturer - mais tout cela sent foutrement le druidisme, non ?

 

alain de benoist,mémoire vive,kaamelott,castoriadis

Addendum :

GENIE DE L'OCCIDENT.


« Dans l’histoire de l’Occident, il y a une accumulation d’horreurs – contre les autres tout autant que contre lui-même. Ce n’est pas là le privilège de l’Occident : qu’il s’agisse de la Chine, de l’Inde, de l’Afrique avant la colonisation ou des Aztèques, les accumulations d’horreurs sont partout. L’histoire de l’humanité n’est pas l’histoire de la lutte des classes, c’est l’histoire des horreurs bien qu’elle ne soit pas que cela. Il y a, il est vrai, une question à débattre, celle du totalitarisme : est-ce, comme je le pense, l’aboutissement de cette folie de la maîtrise dans une civilisation qui fournissait les moyens d’extermination et d’endoctrinement à une échelle jamais auparavant connue dans l’histoire, est-ce un destin pervers immanent à la modernité comme telle avec toutes les ambiguïtés dont elle est porteuse, est-ce encore autre chose ? (…)
Il y a quelque chose qui est la spécificité, la singularité et le lourd privilège de l’Occident : cette séquence social-historique qui commence avec la Grèce et reprend, à partir du XIème siècle, en Europe occidentale, est la seule dans laquelle on voit émerger un projet de liberté, d’autonomie individuelle et collective, de critique et d’autocritique : le discours de dénonciation de l’Occident en est la plus éclatante démonstration. Car on est capable en Occident, du moins certains d’entre nous, de dénoncer le totalitarisme, le colonialisme, la traite des Noirs ou l’extermination des Indiens d’Amérique. Mais je n’ai jamais vu les descendants des Aztèques, les Hindous ou les Chinois faire une autocritique analogue, et je vois encore aujourd’hui les Japonais nier les atrocités qu’ils ont commises pendant la seconde guerre mondiale. Les Arabes dénoncent sans arrêt leur colonisation par les Européens, lui imputant tous les maux dont ils souffrent – la misère, le manque de démocratie, l’arrêt du développement de la culture arable, etc. Mais la colonisation de certains pays arabes a duré, dans le pire des cas, cent trente ans : c’est le cas de l’Algérie de 1830 à 1962. Mais ces mêmes arabes ont été réduits à l’esclavage et colonisés par les Turcs pendant cinq siècles. La domination Turque sur le Proche et le Moyen Orient commence au XVIème siècle et se termine en 1918. Il se trouve que les Turcs étaient musulmans – donc les arabes n’en parlent pas. L’épanouissement de la culture arabe s’est arrêtée vers le XIème, au plus XIIième siècle, huit siècles avant qu’il soit question d’une conquête par l’Occident. Et cette même culture arabe s’était bâtie sur la conquête, l’extermination et/ou la conversion plus ou moins forcée des populations conquises. En Egypte, en 550 de notre ère, il n’y avait pas d’arabes – pas plus qu’en Libye, en Algérie, au Maroc ou en Irak. Ils sont là comme des descendants des conquérants venus coloniser ces pays et convertir, de gré ou de force, les populations locales. Mais je ne vois aucune critique de ces faits dans le cercle civilisationnel arabe. De même, on parle de la traite des Noirs par les Européens à partir du XVIème siècle, mais on ne dit jamais que la traite et la réduction systématique des Noirs en esclavage ont été introduites en Afrique par des marchands arabes à partir du XI-XIIième siècle (avec comme toujours la participation complice des rois et chefs de tribus noirs), que l’esclavage n’a jamais été aboli spontanément en pays islamique et qu’il subsiste toujours dans certains d’entre eux. Je ne dis pas que tout cela efface les crimes commis par les Occidentaux, je dis seulement ceci : que la spécificité de la civilisation Occidentale est cette capacité de se mettre en question et de s’auto-critiquer. Il y a dans l’histoire Occidentale, comme dans toutes les autres, des atrocités et des horreurs, mais il n’y a que l’Occident qui a crée cette capacité de contestation interne, de mise en cause de ses propres institutions et de ses propres idées, au nom d’une discussion raisonnable entre êtres humains qui reste indéfiniment ouverte et ne connaît pas de dogme ultime. »

Cornélius Castoriadis, La montée de l’insignifiance.

 

 A SUIVRE

 

Lien permanent Catégories : Mémoire vive, Alain de Benoist 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.