Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pierre Cormary - Page 4

  • La Comédie des erreurs - Faux-semblants

     

    Faux-semblants 2.jpg

     

    Pièce de  jeunesse, « expérimentale » s’il en est, conçue comme une « gymnastique de l’esprit », à l’intrigue faussement obscure (deux paires de jumeaux homonymes qui ne se connaissent pas sèment la pagaille à Ephèse),  usant d’une rhétorique de catéchisme sur le mode des questions/réponses (la même que reprendra Joyce dans l’avant-dernier chapitre d’Ulysse), et qu’un critique antédiluvien, Jacob Isaacs, qualifia d’« exercice d’archéologie dramatique », La Comédie des erreurs, première comédie de Shakespeare, est surtout celle qui contient toutes les autres : elle commence par le récit d’une Tempête, raconte la séparation d’une famille (comme dans Périclès), met en scène un marchand condamné à mort pour dette (comme dans Le Marchand de Venise), contient sa Mégère apprivoisée (avec le personnage d’Adriana), se termine avec le retour d’une mère miraculée et miraculeuse (comme dans Le Conte d’hiver), le tout à travers une impossible histoire de jumeaux (comme dans La Nuit des rois), c’est-à-dire une histoire de même, de mime et de diable. Car le mime, c’est le diable et c’est pourquoi l’on assistera à une tentative d’exorcisme à l’acte IV dans une scène hautement burlesque

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : 2020 Shakespeare Pin it! Imprimer