Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 bis - Regnum Sanctum (France / Eurasie)

 

jean parvulesco,un retour en colchide,apocalypse,sainte-sophie,eurasie,vladimir poutine,benoît xvi,regnum sanctum

« Les puissances occultes au service du mystère d’iniquité savent que, par prédestination divine, préontologique, c’est à la France que revient le devoir suprêmement royal de renverser, à la fin des temps ("à la fin de ces temps") le sens de l’histoire – en fait, le sens de l’antihistoire en cours – pour ramener les choses à leurs ordinations antérieures, archaïques, originelles, rétablir l’ordre de l’être et par cela même faire que s’évanouisse l’anti-ordre du non-être au pouvoir depuis les commencements de l’actuel grand cycle suprahistorique final du Kali-Yuga, de l’âge des ténèbres. Ces puissances ont donc fait abattre la France pour empêcher qu’elle n’accomplisse son ministère eschatologique propre, sa mission transcendantale de salut et de délivrance finale devant se répercuter, dans l’histoire, à travers l’avènement du Regnum Sanctum. 

Cependant, ce faisant, les puissances au service du mystère d’iniquité n’ont réussi qu’à donner aveuglement dans le piège qui leur avait été dialectiquement tendu, depuis les débuts, par la Divine Providence en action : car ce n’est qu’une fois abattue, réduite au néant, que la France devait pouvoir accéder au noyau suprême de son identité suprahistorique ultime, à son être eschatologique d’éveil et de surpuissance révolutionnaire finale, lui permettant le rétablissement apocalyptique de la dernière heure, le Grand Renversement final, ce qui constitue le but même de sa propre prédestination abyssale, préontologique, conspirative et révolutionnaire au niveau cosmique. (…)

Ainsi c’est bien le tragique super-paroxysme même de son autodestitution finale, de sa déchéance apparemment irrémédiable, qui constitue l’assurance, et par cela même qui annonce l’imminence certaine de son redressement révolutionnaire, aussi mytérieusement soudain que politiquement encore inconcevable dans l’état actuel des choses, l’heure du Grand Renversement final devant coïncider avec l’heure du dernier degré de son abaissement, au-delà duquel il ne saurait vraiment plus y avoir de redressement. C’est au bord de l’abîme et, en se sauvant elle-même, qui fera que tout soit sauvé, « comme par enchantement ». Rien ne saura s’opposer au feu ardent et dévorant qui viendra à la fois de l’intérieur et d’en haut de notre attente hallucinée, pour foudroyer le vide qui s’est fait au cœur du monde et en nous-mêmes.

Nous en sommes là. C’est donc bien de l’intérieur qu’il faudra briser l’encerclement de dépravation aliénante qui enserre aujourd’hui la France. Un feu absolument nouveau devra s’y lever qui, soudain, embrasera tout, un feu nouveau qui sera une immaculée conception vive. Et c’est là que le groupe conspirationnel souterrain des veilleurs clandestins d’une certaine France secrète devra agir pour mener à bout sa mission, dans les ténèbres qui se trouvent dissimulés au cœur même de la situation actuelle de la France, clandestins jusque dans la clandestinité elle-même, inexistants.  Ainsi le pouvoir, le vrai pouvoir, le pouvoir qui s’apprête à se lever à l’horizon final de ce monde, appartient-il déjà aux inexistants, à ceux qui ne sont plus tout en n’étant pas encore, mais qui dans l’entre-deux affirment révolutionnairement leur présence, dogmatiquement, dans les souterrains subversifs de l’être en train de se réveiller. »

 

jean parvulesco,un retour en colchide,apocalypse,notre dame de paris,eurasie,vladimir poutine,benoît xvi,regnum sanctum

 « La somme des problèmes politiques concernant la plus grande Europe converge aujourd’hui sur la France, qui détient secrètement la clef de l’ensemble : c’est le redressement révolutionnaire total de la France qui commande – lui seul, exclusivement – la mise en chantier politico-historique du processus de l’intégration fédérale du futur Empire eurasiatique de la Fin. Tout est là. Malgré l’exceptionnelle volonté visionnaire de Vladimir Poutine, la Russie seule ne peut absolument pas assumer la mise en marche du processus impérial grand-continental européen, dont la centrale polaire exécutive de l’axe franco-allemand est le double projet de base : le projet de l’axe Paris-Berlin- Moscou et le projet Grande Sibérie qui se propose de mobiliser l’ensemble du grand continent eurasiatique autour de l’exploitation commune de la Sibérie russe.

Les relevailles de la France passent cependant par l’exigence de l’apparition d’un nouveau grand chef charismatique français, l’homme providentiel, et le concept absolu de la nouvelle histoire française de l’Europe, histoire qui sera celle de l’achèvement impérial final de l’unité européenne grand-continentale eurasiatique. Or l’apparition de ce chef charismatique français de haute prédestination, de stature suprahistorique, ne saurait  pourtant se faire que dans les termes d’un avènement providentiel, totalement imprévu et totalement irrationnel, donc miraculeux. Car seule l’intervention directe, miraculeuse, de l’autre monde peut encore sauver ce qui doit l’être, ce qui ne peut pas ne pas être sauvé. »

« En ce qui me concerne, seule une intervention totalement miraculeuse en provenance directe de l’autre monde saurait encore redresser la courbe descendante, arrivée à présent à son terme, qu’a subi le cours de mon existence, et qui aboutit actuellement à une impasse, à un  blocage absolument indépassables dans les conditions qui les régissent, convergeant vers le goulot d’étranglement de la catastrophe finale. Il me reste quelques jours à peine pour résoudre ce problème, pour arrêter et renverser le cours de l’histoire du monde, de plus en plus vertigineusement happée en avant par la terrifiante conclusion d’un échec de dimensions cosmiques, d’une fatalité de ténèbres et de chaos post-finales. Ainsi ne me reste-t-il plus que ce mois de juillet et, peut-être, en toutes dernières limites, le mois d’août prochain : ensuite, ce sera, abruptement, la culbute.

Pendant ce temps-là, absolument aucune possibilité objective de salut. Ce sera l’intervention directe de l’outre-monde, ou la fin ignominieuse d’un parcours existentiel ignominieux, tout à fait ignominieux. Quoiqu’il en soit, je fonde mon dernier espoir sur le raisonnement suivant : si, pendant une soixantaine d’années, les puissances supérieures se sont occultement acharnées à faire de moi ce que je suis à l’heure actuelle, il serait – il est – chose inconcevable que l’on ait pu tant investir dans mon horrible formation. Je fais partie de ces horribles travailleurs dont parlait Arthur Rimbaud – et dans mon secret mûrissement philosophale pour admettre à la fin que tout cela puisse aboutir à un échec, à l’épouvantable arrêt d’un non-passage final. Car je ne peux pas ne pas reconnaître avoir compris que mon cheminement n’a pas un seul instant cessé d’être, dans le visible et dans l’invisible, l’œuvre privilégiée des puissances supérieures engagées, en ce qui me concerne, dans un travail de longue, de très longue haleine. Qui, aujourd’hui, arrive à son terme. (…) D’ailleurs, la raison d’être du présent livre, Un retour en Colchide, n’est-elle pas de rendre compte de la conclusion finale de mon cheminement ? Ou, plutôt, du cheminement de quelqu’un d’autre, que je ne connais déjà plus et qui ne me connaît pas. Qui est-il vraiment, celui qui parle et qui ne parle pas ici ? (…) Mais cela ne suffit pas, car tant que le passage n’aura pas été fait, rien n’aura été fait : le passage lui-même, le saut par-dessus le dernier abîme, par-dessus le tout dernier interdit. Car tout se tient en effet dans les marges théurgiques et sanctifiantes du mystère du tout dernier interdit, qui est le mystère même de la transmutation intérieure de l’existence, réadmise à séjourner entièrement dans l’être, le passage du Dasein au Sein. »

 

jean parvulesco,un retour en colchide,apocalypse,sainte-sophie,eurasie,vladimir poutine,benoît xvi,regnum sanctum


A SUIVRE

 

 

Lien permanent Catégories : Apocalypse Parvulesco 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.