Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élections

  • Sarkozy, urbi et orbi

    medium_Sarkozy.jpg

    Quel discours ! http://www.lemonde.fr/web/panorama/0,11-0@2-823448,32-906225@51-906165,0.html

    Je ne sais qui est son nègre* mais ce type peut se vanter d'avoir fait les plus beaux discours de droite qu'on ait entendus depuis longtemps. Car une droite décomplexée, affirmative, insolente, qui mêle l'énergie et l'individu, l'action et l'esprit, la nation et le moi, qui ose désituationniser les problèmes et redonner du sens aux choses, et pour qui l'autorité n'a rien voir avec la tyrannie, la morale avec le puritanisme et la loi avec l'Oedipe, c'est précisément l'événement sarkozyste. Et que si le titre n'avait pas été déjà pris, on aurait pu pour une fois parler de "lueur d'espoir". En tous cas, qu'on ne parle pas comme ces « détracteurs paresseux » (que stigmatise l'historien Jacques Marseille dans Le Point), d' « importation du néoconservatisme américain » - même si Nicolas a joué au cow boy en fin de campagne. Si sarkozysme il y a, il est précisément ancré dans la tradition française du bonapartisme, sinon du gaullisme puisqu'il s'agit de remettre le peuple et le pouvoir au coeur du système et non plus de les opposer comme les partis l'ont fait jusqu'à présent. Un peuple qu'il faut se garder de confondre avec les seuls militants de son camp et des militants à qui il est inutile de faire croire qu'on a gagné quand on a perdu comme l'ont fait à tour de rôle Ségolène hier soir et Bayrou il y a quinze jours. Remarquable de constater que le centriste et la socialiste  (largement contestés au sein de leur camp puisqu'elle, on veut la virer, et que lui, on le quitte) ont vécu leur défaite dans une euphorie incongrue, quasi sectaire où l’on s’enfermait entre partisans pour chanter et danser, et qui contrastait avec la gravité du vrai vainqueur et la dimension internationale de son discours.

    Rupture et réconciliation, donc. Rupture car réconciliation. Celle de la droite avec elle-même mais celle aussi du libéralisme et de l’humanisme (ce que la philosophie de John Locke, d’Adam Smith, de John Stuart Mill et de Montesquieu a toujours été) et sans oublier celle du cosmopolitisme et du féminisme. Et toujours cette façon égotiste, c'est-à-dire incarnée (et qui sent autant son Barrès que son Stendhal) de commencer par lui. Depuis qu’il a avoué qu’il ne pensait pas à la présidence seulement en se rasant, il a compris que cela faisait plaisir aux Français qu’un homme personnalise son destin avec eux. Et de fait avec lui, ce qui aurait pu passer pour une insupportable prétention passe au contraire pour un orgueil bien placé (qui donne envie) et une sacrée marque de transparence. Oui, ce nabot veut être président depuis toujours, il le clame bien haut et il a raison, car quelqu’un qui nous parle aussi sincèrement de son destin nous y implique nécessairement. Et s’il est aussi efficace pour lui, alors pourquoi ne pas croire qu’il le serait aussi pour nous ? C’est stimulant de faire partie du monde Sarkozy. Et quand hier soir, salle Gaveau, il commence par dire :

    « Mes chers compatriotes, en m'adressant à vous ce soir, dans ce moment qui chacun le comprend est exceptionnel dans la vie d'un homme, je ressens une immense, une sincère, une profonde émotion. »

    Eh bien oui, en effet, on le comprend cet homme, on la partage son émotion, et elle nous apparaît comme un modèle cette vie. La république devient enfin un peu mystique ! Et comme il le dit juste après, la France, c’est à la fois lui et nous !

    «J'éprouve depuis mon plus jeune âge la fierté indicible d'appartenir à une grande, à une vieille, à une belle nation, la France. J'aime la France comme on aime un être cher qui m'a tout donné. Maintenant, c'est à mon tour de rendre à la France ce que la France m'a donné. »

    Le fil est tissé. De lui à la France. Puis de la France au monde. La France de retour en Europe. Et une Europe qu'il conjure de ne pas rester sourde aux colères des autres pays. L'union méditerranéenne. Le trait d'union entre l'Europe et l'Afrique. Une Europe qui serait pour l’Afrique ce que les Etats-Unis furent pour l’Europe après la guerre. Un grand rêve de paix et de civilisation. Eh bien oui, moi l’impérialiste à la cool, ça me plaît. Tout comme l'amitié avec les Etats-Unis mais le droit de ne pas penser comme eux - atlantisme plus que nuancé donc. Et les femmes enfin. Les femmes martyrisées, opprimées, emprisonnées dans leur burqa que la France ne peut abandonner. Et les infirmières libyennes (bulgares plutôt et prisonnières en Libye). Et Ingrid Betancourt. Qui êtes-vous pour dire que ce n'est que du blabla ?

    Et « tous ceux que la vie a brisés, ceux que la vie a usé (…) Ceux qui ont le sentiment que quoi qu'ils fassent ils ne pourront pas s'en sortir doivent être sûrs qu'ils ne seront pas laissés de côté ». Au grand dam des  compassionnels de profession,  voilà le libéral qui se fait chrétien, l'économiste sans pitié qui se met à parler de la souffrance -  mais à la différence des pleureuses officielles, lui en parle toujours dans une optique de guérison, d'espoir, de force. Car c'est de force et non de faiblesse qu'ont besoin les faibles. Et l'amour de la France est une de ces force. Comment dites-vous ? Ce n’est que symbolique ? Mais le symbolique, c’est plus important que le concret, le saviez-vous ? Le symbolique, c’est quasiment tout le réel. Et le concret, c’est le degré zéro virgule un du réel, le saviez-vous aussi ? Bon, on en reparlera…

    Ce qui était remarquable, c'était la maturité du discours, son sérieux, ses hauteurs de vue, ses exigences inlassablement répétées - le travail, la morale, le respect, le mérite. Ah les tristes valeurs de droite ! Rationnelles, nécessaires et casse-couilles ! Antifestives au possible ! Avouez que ce n’est pas ce que l’on fait de plus démagogique ! D'autant qu'il a intérêt à ne pas décevoir. Car s'il échoue, ce ne sont pas les gens du PS qui le foutront à la porte mais bien ses électeurs qui ne lui reprocheront jamais de ne pas en avoir fait assez. En fait, l’ennemi principal, comme d’habitude, ce sera la rue. La rue contre les urnes. L’agit-prop contre la démocratie. Les émeutiers contre le peuple. Comme ceux de cette nuit et qui étaient non pas des banlieusards désespérés, mais bien des groupuscules d’extrême gauche – des intellos rouges en somme. La vraie racaille ! Celle qui, de Bové à Besancenot et de Laguiller à Buffet, fait à peu près 9 % ! Celle qui a dû se sentir agressée au plus profond d’elle-même lorsque Sarkozy affirma vouloir « en finir avec la repentance qui est une forme de haine soi et la concurrence des mémoires qui nourrit la haine des autres ». La voilà la raison consanguine qui fait que ce diable de candidat provoque tant de haine. Personne, quand elle se hait, ne supporte de renoncer à sa haine de soi – et qui chez les révolutionnaires se transforme en haine sociale. Quand vous dites à quelqu'un qui se dénigre qu'il est beau et fort, c'est comme si vous le gifliez. Alors, je suis donc si charmant que cela, Alina ??? Mais qu’est-ce que je vous ai fait pour que vous me disiez publiquement une saloperie pareille !!! Comment nous ne nous sommes plus esclavagistes, ni coupable de tous les génocides du monde ? Quoi, on pourrait même être fier de nous ? Quel est le facho qui ose nous redonner la fierté d'être nous-mêmes ? Qui est ce sale immigré qui dit qu'il doit tout à la France ? Mais il va polluer tout le monde de sa chienne de bonne conscience ! Qu'allons-nous faire sans cette misère qui nous faisait jouir ? C'est notre masochisme qu'il flagelle, cet enfant de salaud !

    Bon, c’est vrai, j’étais assez heureux hier soir avec ma chère marraine venue me visiter. Nous avons bu du champagne et nous n’avons pas pu nous empêcher de sourire en voyant pleurer les socialistes. Toujours en train de chialer les gens de gauche quand ils ont perdu. La défaite est lacrymale chez eux alors que chez nous, les gens de droite, elle nous met plutôt de mauvaise humeur. Cela dit, l'empire du Bien qui s'effondre, ça fait du bien. Je m’en voudrais d’être trop désagréable mais ces oies blanches qui hurlent de terreur à vingt heures, ces cathares en détresse, ces neuneu en larmes qui ont l’impression qu’Adolf Hitler arrive au pouvoir et qui se mettent en chœur à chanter « ma royale, nous voilà » (copyright Bourgeade-Matzneff)! Cela dit, je ne crois pas du tout à la disparition de la gauche. Elle a fait 47 %. Elle n'est jamais meilleure que dans l'opposition et face à un président qu'elle considère comme un Léviathan, elle va se réarmer comme jamais. Ségolène, elle, est définitivement folle – ce qui lui va très bien. Le déni de réalité jusqu'au bout. La berceuse qu'elle a chanté du toit de la Maison de l’Amérique Latine, il fallait le faire ("ensemble, ensemble"). De son « eh bien moi je pourrai le faire » lors du débat avec Sarko à cette prestation mary poppinesque (encore un peu et ils faisaient tous cheum cheminée sur les toits de la rue Solférino), il y a quelque chose de bizarre chez cette femme et qui, comme disait La rue qui écoute, risque un jour de la conduire à l’asile.

    Cécilia, non plus, elle n’avait pas l’air net à la Concorde. Encore plus nerveuse que lui. Mais il doit aimer les belles femmes bizarres. Et ce soir, j'écoute Merlin, un opéra inédit d'Albeniz - très wagnérien. Quelle famille enchanteresse !

     

    *Le nègre en question est un certain Henri Guaino

    Lien permanent Catégories : Sarkozyste 64 commentaires 64 commentaires Imprimer