Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

débat

  • Colère feinte et victime consentante

    medium_Débat.2.jpg

    Ah qu'elle fut mauvaise la soit-disant cruche du Poitou-Charentes durant ces deux heures trente-huit de débat (mauvaise dans le sens méchant, manipulateur, perfide bien sûr et pas du tout dans le sens "inepte") ! Quand elle dit dans la même minute qu'il ne faut pas "jouer" avec le drame des enfants handicapés et qu'on touche là le summum de "l'immoralité politique", qu'il lui répond alors qu'il ne faut pas utiliser d'argument aussi blessant que celui-ci, et qu'elle lui rétorque, au bord de l'orgasme, "vous êtes blessé ?".... Oublié le drame des handicapés et place à l'obscénité politique ! Cette manière si sournoise, si féminine, de personnaliser le débat à tout bout de champ, "vous n'êtes pas sérieux", "vous êtes brutal", "je connais vos techniques", ironisant cruellement à chacune des interventions de son interlocuteur, et osant dire,  lorsqu'on lui demande à la fin ce qu'elle pense de lui,  qu'elle se refuse à tout jugement personnalisé !!! Et je passe sur l'instant SM pendant lequel elle se moqua de sa propension à jouer les victimes, qu'il répondit  "qu'avec elle il ne pourrait être qu'une victime consentante" et qu'elle lui lança, avec un rire dans la voix qu'il ne m'appartient pas de qualifier,  que dans ce cas "tant mieux, on aurait au moins du plaisir".

    Qu'importe alors le sérieux de l'homme puisque la femme mit les rieurs et les sexuels de son côté ! Diaboliquement mitterrandienne, c'est-à-dire odieusement méprisante, mais suprêmement efficace, elle ne cessera de le latter pendant les trois quart de l'émission - quitte à sombrer, elle dans le vague, l'imprécis, le détourné, l'incantation, l'indignation de la mère de famille. Mais quelle importance puisqu'elle l'emportait dans l'apparence ? Sa "colère saine" admirablement préparée et qui n'eut rien à voir, contrairement à ce qui se dit déjà, avec celle d'une femme hystérique et qui acheva de faire bouillir Sarko. Et quand, tant bien que mal, celui-ci s'en sortit en lui répondant qu'elle s'énervait facilement, tout le monde avait compris que sa colère à elle n'était que feinte mais que la sienne à lui était sourde.  Et c'est pourquoi ce passage où Sarko dit à Ségolène de ne pas s'énerver, qui va devenir le mot du débat, et qui passe déjà en boucle sur LCI, est un malentendu, sinon une manipulation. Au fond, la ruse de Ségolène devient la preuve fabriquée de son "intranquillité" - ce qui est très avantageux du point de vue de Sarko mais pas très honnête, si j'ose dire,  du point de vue de sa fausseté à elle. Le moyen aussi de lutter avec quelqu'un pour qui l'objection n'a strictement aucune valeur et qui n'est en rien impressionné par le réel ? Il est dans le pragmatisme, elle n'est que dans l'intention. Il connaît tous ses dossiers, elle ne connaît que l'imaginaire - quand on lui démontre qu'elle ne pourra jamais réaliser ce qu'elle dit, y compris dans son Poitou-Charentes expérimental, tout simplement parce que les lois, l'état et le fonctionnement des régions sont contre, tant pis pour les lois et les raisons, elle répond avec un culot monstre "et bien moi je le pourrai". Le pire, c'est que ce culot surréaliste passe alors pour du volontarisme tout azimut et fait passer par contraste celui de Sarko comme un coupable fatalisme. C'est fou comme quelqu'un qui affirme dans le vide l'emporte toujours sur quelqu'un qui essaye de gérer le plein. D'ailleurs c'est simple, dès que lui se met sur un terrain (la dette, la sécurité, la Turquie), elle lui répond sur un autre terrain et ce faisant, arrive à faire croire que c'est elle qui est dans la complexité ! Et quand on insiste un peu, alors elle dit qu'on plaisante et passe allègrement à autre chose. La technique abjecte de changer de sujet à chaque sujet et donc de déstabiliser son adversaire. Car à ce moment-là, Sarko qui se soucie de préciser tout ce qu'elle dit passe alors pour un technocrate noyé dans ses chiffres, un comptable obsédé et impuissant devant la fée du logis.

    Alors, en effet, je n'ai pas pu m'empêcher d'envoyer vers 22 h à certains d'entre vous ce message un rien désespéré :

    "22h10 : C'est pas vrai ! Il perd tous les duels, elle lui rentre dans le lard, et il n'a rien à répondre. Pas si combatif que ça. Elle domine indéniablement. Elle gagne techniquement et symboliquement. Et pourtant que de démagogie  ! Mais non elle lui pique ses valeurs et sa rhétorique et elle est la plus forte !!! Et elle sera élue"

    Evidemment, je me suis fait sermonner par mes amis de droite qui m'ont dit que je me vautrais dans mon pessimisme habituel, par plaisir de souffrir, et qu'eux ne voyaient pas du tout ça, qu'au contraire Ségolène leur apparaissait comme une démagogue ennuyeuse prouvant de minute en minute sa criante incompétence. Ah Les gens de droite ! Toujours soucieux de fond et jamais assez de forme, incapables de se rendre compte que seule la forme, c'est-à-dire la force, compte dans ce genre d'exercice. C'est l'esthétique dramatique qui est essentielle ici et non la rigueur discursive. Et il faut se mettre à la place de l'électeur centriste qui décidera dimanche du scrutin et qui voit cette femme dont on lui a tellement dit qu'elle était nulle dominer techniquement et symboliquement ce type dont on lui a dit qu'il était si fort et qui se fait atomiser en direct ! Ce qu'ont bien compris, a contrario, tous mes amis de gauche, que je viens encore d'avoir au téléphone ou en MSN, et qui sont ce soir très contents de la performance tartuffienne de leur candidate ! Et déjà chaque camp dit que son champion ou sa championne a triomphé de son horrible adversaire !

    Alors, je l'avoue. A la fin, Sarko s'est rattrapé. Sur les questions internationales, sur la Turquie, elle n'avait rien à dire, la dame patronnesse. Elle avait l'air fatiguée même. Elle ne le regardait même plus dans les yeux comme elle le fit pendant tout le long du débat (alors que lui, le malheureux, toujours à s'agiter et à s'adresser la plupart du temps aux journalistes !). Peut-être apparaîtra-t-il demain qu'elle ne fut pas si brillante que ça, que ses échappatoires perpétuelles transformées en affirmations improbables, que son toupet monstre faisant office de projet politique se retourneront contre elle - et surtout que son autoritarisme révoltant de "femme révoltée" aura finalement fait passer le bonapartisme de son adversaire comme un aimable centrisme. Et que celui-ci, malgré tout, l'emportera dimanche avec un petit 50, 10 %.

     

    Lien permanent Catégories : Sarkozyste 54 commentaires 54 commentaires Imprimer