Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

droit au blasphème

  • Islam facial.

    medium_i59693dessin-mahomet-8.jpg

    "Lorsque le Seigneur vous dit : une des deux nations vous sera livrée, vous désirâtes que ce fut celle qui était sans défense. Le Seigneur cependant a voulu prouver la vérité de ses paroles, et exterminer jusqu'au dernier des infidèles." Coran, VIII-7 (Version Kasimirski, Garnier Flammarion)

    "CE N'EST PAS VOUS QUI LES TUEZ, C'EST DIEU." (VIII-17)

    "Il n'y a point auprès de Dieu d'animaux plus vils que ceux qui ne croient pas et qui restent infidèles." (VIII-57)

    "Il n'a jamais été donné aux prophètes de faire des prisonniers sans commettre de grands massacres sur la terre." (VIII-68)

    "Nourrissez-vous des biens licites enlevés aux ennemis et craignez le Seigneur. Il est clément et miséricordieux." (VIII-70 - sourate dite du "Butin")

    "Voici quelle sera la récompense de ceux qui combattent Dieu et son apôtre, et qui emploient toutes leurs forces à commettre des désordres sur la terre : vous les mettrez à mort ou vous leur ferez subir le supplice de la croix ; vous couperez les mains et les pieds alternés ; ils seront chassés de leur pays. L'ignominie les couvrira dans ce monde, et un châtiment cruel dans l'autre." (V-37)

    Pourquoi disent-ils tous qu'il faut calmer le jeu ? Pour ne pas mettre de l'huile sur le feu ? Mais pourquoi tous les feux leur  sont permis et tous les contre-feux nous sont interdit ? Pour nous protéger ? De qui ? D'eux ? Est-ce à dire qu'ils ont déjà gagné ? - gagné sur notre terrain, la représentation ? Doit-on à jamais nous abstenir de dire tout ce que cette répugnante religion nous inspire ? L'islam comme la pire chose qui ne soit jamais arrivée à l'humanité ? Mahomet comme le premier criminel de l'histoire ? La voilà, l'originelle, l'ontologique, la fondamentale différence entre le Christ et le Prophète. Crucifié, crucifieur ! Et assassin, voleur, violeur, pédéraste, exterminateur de masses. S'il n'était qu'un conquérant, ça pourrait encore aller. Nous les hommes, nous aimons la force et la puissance et nous admirons les créateurs de civilisations, mais nous aimons aussi la morale et la justice et nous savons que les créateurs de civilisations sont bien souvent de sacrés massacreurs. Or, Mahomet est un fondateur de civilisation et de religion. Autrement dit, un modèle d'homme sur lequel vont se structurer moralement des milliards de personnes. Jésus, Mahomet, Bouddha - cherchez l'erreur et retenez bien ceci : un chrétien qui tue au nom du Christ trahit manifestement la parole du Christ. Un musulman qui tue au nom d'Allah accomplit la parole d'Allah (et d'ailleurs, c'est Allah qui tue à travers lui, cf. VIII-17) et agit comme Mahomet. Mahomet, Hitler, Staline, Khomeyni, Polpoth, Gandhi   - cherchez l'autre erreur. Comment ? Déjà un point de Godwin ? Mais oui ! Et j'en veux d'autres, le plus possible. Mahomet est le seul sujet où multiplier les points de Godwin ne déshonore pas - l'islam étant la seule chose que l'on puisse comparer avec le nazisme - un nazisme qui aurait duré mille ans !

    "Tuez-les partout où vous les trouverez, et chassez-les d'où ils vous auront chassés. La tentation à l'idolâtrie est pire que le carnage à la guerre. Ne leur livrez point de combat auprès de l'oratoire sacré, à moins qu'ils ne vous y attaquent. S'ils le font, tuez-les. Telle est la récompense des infidèles." (II-187)

    Un nazisme qui surtout recommence aujourd'hui exactement de la même façon que dans les années trente. Antisémitisme extrémiste et exterminateur qui nous vient bien du monde musulman - d'Iran jusqu'à nos banlieues (et qui a ringardisé depuis longtemps celui de Le Pen et de ses consanguins, l'extrême droite étant par ailleurs et par nature plus antisémite qu'anti-musulmane), attentats à répétition dans le monde entier depuis le 11 septembre, pogroms internationaux, menaces de guerre totale, et surtout, le plus confondant, transparence des intentions meurtrières ("rayer Israël de la carte" non seulement comme nouvelle solution finale islamiste mais aussi comme déclaration franche et fière, en attendant d'hacher menu les grand et petit Satan de la planète, les yankees et nous) - le pire, c'est qu'ils le disent clairement qu'ils nous haïssent et veulent notre destruction, les Fils d'Allah ! Ils le répètent à tue et à dia, dans leurs écoles, leurs télés, leurs discours, leurs BD. Le gazage de l'occident judéo-chrétien, c'est un jingle pour eux ! Et nous, on ne veut rien voir, surtout pas. Haro sur Renaud Camus ou sur Alain Finkielkraut qui font timidement remarquer que l'homme n'est peut-être pas seulement qu'un citoyen économique et social et se définit aussi selon sa communauté et sa famille, mais que des dizaines de milliers de personnes se mettent à brûler des ambassades, des drapeaux, et assassinent en passant un curé catholique italien (en Turquie), et voilà nos vigilants interdits ! Car ce qu'il y a de plus de terrifiant dans cette affaire de caricatures n'est pas tant la violence insensée des Fils d'Allah (prévue depuis longtemps) que l'extraordinaire mollesse de nos réactions. Qu'est-ce que ça peut leur foutre aux incendiaires notre petit appel à la tolérance et aux droidlom ! Surtout quand la plupart des dirigeants européens sont à deux doigts de s'excuser et  d'ajouter dans leur "condamnation" des violences une réprimande à ceux qui les ont provoquées. Oui à la liberté d'expression mais à condition que cette liberté d'expression ne blesse personne, entend-on geindre partout. Mais la liberté d'expression, c'est la possibilité de blesser tout le monde, bordel ! Spinoza, Sade et Nietzsche ont été plus que blessants pour les chrétiens ! Des caricatures porno-scatologiques du Christ et de Marie, on en a vu depuis trois cent ans ! Surtout en France où le droit au blasphème est un des fondements de notre "laïcité". L'esprit critique va chez nous jusqu'au pipicaca. C'est le Christ au préservatif ! Le Mahomet au gode ! La Vierge en train de lécher Marie-Madeleine ! et Myriam en train de sucer Ali ! (Merde, vous avez remarqué ? moi aussi, je me censure car je n'ai pas pu m'empêcher de me protéger en attaquant aussi le christianisme dans ma petite litanie alors que si j'avais vraiment eu des couilles, je n'aurais attaqué que Mort à Merde et sa religion sadique anale, mais j'ai cédé au sacro-saint principe qui exige que l'on attaque soit toutes les religions, soit aucune. Moi qui pense précisément que toutes les religions sont bonnes sauf l'Islam, me voilà bien !) Et ce Laval de Chirac qui a parlé de "provocation manifeste" à propos de Charlie-Hebdo - journal habituellement préhistorique mais qui trouve là enfin sa vocation anticléricale, et que certains d'entre nous ont acheté pour la première fois de ma vie ! (un bémol quand même : si Mahomet se plaint de n'être "aimé que par des cons intégristes", c'est parce que lui-même en est le roi.)

    Il faut dire qu'ils n'en ratent pas une les autres journaux. Le seul truc qui leur fait un peu mal, c'est qu'on malmène leur sacro-sainte "liberté d'expression" ! Comme si c'était le vrai scandale ! Quelle pitié ! Ce n'est pas Florence Aubenas ou  Gérard Lefort qui sont menacés mais Molière et Hugo, Pascal et Chateaubriand, Bossuet et Voltaire, et aussi Notre Dame de Paris et le Panthéon, la Sainte Chapelle et le palais Bourbon ! Ce n'est pas une guerre contre la presse putassière que le Croissant nous a déclarée mais contre toute la culture et les valeurs de notre pays ! De nos pays (je suis européen comme vous savez) ! Ah ce que nous sommes veaux avec notre liberté d'expression alors que c'est l'expression de notre liberté qui est en cause ! On tue et on brûle nos symboles de l'autre côté du monde - et dans nos écoles des professeurs de cinquième ne trouvent rien de mieux comme résistance que de proposer à leurs élèves une rédaction sur le sujet de "la signification de la liberté d'expression". Et l'amour de la France ? Des grands auteurs ? Et le respect des maîtres ? Et nos valeurs censées universelles ? Notre république militante ? Et l'abolition de l'esclavage que nous avons été avec la plupart des pays européens les premiers à faire ? Non ? Facho tout ça ? Ah bon. Allez, rappelez-vous quand même Jean Moulin, Bertie Albrecht et Zinedine Zidane, mes petits, mais attention, sans drapeau, sans Marseillaise, sans sillons abreuvés de sang impur ! Soyons citoyens avant d'être français et cosmopolites avant d'être citoyens !

    "Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Dieu et son apôtre ont défendu, et à ceux d'entre les hommes des Ecritures qui ne professent pas la vraie religion. Faites-leur la guerre jusqu'à ce qu'ils payent le tribu de leurs propres mains et qu'ils soient soumis." (IX-29)

    Non, aucun espoir. De toutes façons, nous avons renoncé - et pire, sommes fascinés par la force primitive de nos ennemis. C'est sexuel tout ça. Comme le dit très justement Méryl Pinque sur le Ring (faut-il avoir la même cause pour citer des gens qui me conchient !), "nous nous comportons en naïfs, ébaubis sans doute par tant de puissance brute, fascinés et terrorisés par cette débauche de virilité pure dont nous avions failli oublier l'existence (la virilité spectaculaire n'étant jamais que l'avatar ultime de la bête impuissance)". Je me demande même jusqu'à quel point nous n'avons pas envie d'être bouffés par eux. Qu'ils nous enculent et nous redonnent un goût de puissance et de spiritualité ! C'est la thèse, plus nabienne que dantecienne d'ailleurs, de Laurent James dans Tsim-Tsoum. "Islam, mon amour, nettoie-moi de toute cette merde". Purge nous Mahomet mon chéri ! et après nous nous rechristianiserons et nous te ferons la guerre "mais ce sera une guerre d'amoureux". M'ouais. Il ne faut pas en faire trop avec la corruption de l'Occident. Ok, nous sommes pourris jusqu'à la prostate, mais je ne vois pas en quoi la pureté fanatique pourrait nous décancériser. Autant dire que les nazis nous aient fait du bien. En guise de spiritualité, celle des Fils d'Allah est la plus névrotique qui soit, la plus stupide aussi, la plus "moisie" comme dit l'autre, et je ne vois pas trop en quoi ils pourraient aérer la nôtre. Très mauvaise idée d'islamiser le christianisme sous prétexte de résister à l'islam ! Quelle mouche a piqué tous ces nouveaux croisés pour qu'ils se repaissent à ce point de la merde coranique ? Un Christ mahométan, très peu pour moi ! Dieu nous garde d'une internationale des religions ! Ce n'est pas parce que leur Croissant est gammé qu'il faut croissantiser notre Croix.

    Une chose est sûre, nous ne voyons rien venir. Comme avec Mein Kampf en 1923 et les premières rafles de juifs qui n'avaient mis la puce à l'oreille de personne - et comble d'imbécillité, nous passons notre temps à nous reprocher de ne pas avoir senti l'arrivée de Hitler et de ses boys à cette époque !!! Ce serait l'occasion de se rattraper justement ! de ne pas se refaire avoir avec la montée du vrai nazisme du XXIème siècle. Mais non ! Munichois jusqu'à l'os ! Collaborateurs avant l'heure ! Mon voisin est juif, je vais le dire au mufti de mon quartier ! Comme ça, j'espère qu'il ne fera pas flageller trop fort ma femme (surprise au marché en train de discuter avec un ami).

    "Vous infligerez à l'homme et à la femme adultère cent coups de fouet à chacun. Que la compassion ne vous entrave pas dans l'accomplissement de ce précepte de Dieu, si vous croyez en Dieu et au jour dernier. Que le supplice ait lieu en présence d'un certain nombre de croyants." (XXIV-2)

    Ah le Coran ! Le livre qu'on ose comparer avec l'Evangile et que, comme chantait le malheureux Renaud, "les terroristes n'avaient pas lu". Fadaises ! Le Coran, c'est la libido du poseur de bombe (ce n'est pas une blague, Ibn Warraq rappelle que dans la superstition musulmane, le Coran est bon pour la virilité ! on s'en frotte les couilles tellement c'est bon, l'esclavage et le fric de l'autre ! "Ils t'interrogeront au sujet du butin. Réponds-leur : le butin appartient à Dieu et à son envoyé." (VIII-1)) Tout ce que vous avez toujours cru que ça ne pouvait y être dans le Coran, ça y est ! Le djhad (et pas le métaphorique, le vrai !), l'extermination systématique des ennemis (tout ce qui ne sont pas musulmans), les mutilations pour les voleurs et les coups de fouets pour les adultères, et les femmes, ah les femmes ! leur valeur deux fois moindre que celle des hommes (IV-12), leur emmurement en cas d'adultère,

    "Si vos femmes commettent l'action infâme (l'adultère), appelez quatre témoins. Si leurs témoignages se réunissent contre elles, enfermez-les dans des maisons jusqu'à ce que la mort les visite ou que Dieu leur procure un moyen de salut." (IV-19)

    leur impureté fondamentale,

    "Ils t'interrogeront sur les règles des femmes. Dis leur : c'est un inconvénient. Séparez-vous de vos épouses pendant ce temps, et n'en approchez que lorsqu'elles seront purifiées." (II-222)

    leur statut racialement inférieur,

    "Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises ; elles conservent soigneusement pendant l'absence de leurs maris ce que Dieu a ordonné de conserver intact. Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre l'inobéissance ; vous les reléguerez dans des lits à part, VOUS LES BATTREZ ; mais aussitôt qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand." (IV-38)

    le voile,

    "O Prophète ! Prescris à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants, d'abaisser un voile sur leur visage. Il sera la marque de leur vertu et un frein contre les propos des hommes. Dieu est indulgent et miséricordieux." (XXXIII-57).

    Bon, soyons honnêtes, la lapidation n'y est pas. On la trouve, parmi d'autres joyeusetés, dans la Sunna (la tradition), l'autre texte fondateur de l'islam, toujours passé sous silence en Occident, et qui pour un bon musulman vaut autant que le Coran (un peu comme nos Epîtres qui ne sont pas l'Evangile mais qui ont le même un rôle structurant). Soyons encore plus honnêtes et reconnaissons qu'il y a dans la Torah autant de préceptes fâcheux sur les femmes et qu'on entend déjà vociférer les anticléricaux de tout poil : "ouais absolument ! Vous vous acharnez sur l'islam alors que dans le judaïsme et le christianisme on trouve des choses similaires, et ça, faut aussi le dénoncer ouais !" Mais oui, mes trésors, vous avez raison, le judaïsme primitif n'est pas tendre avec les femmes (même si je ne crois pas qu'on y retrouve autant d'excitation à les rabaisser - la femme, c'est aussi la mère, celle qui transmet, etc) Seulement voilà, c'est de l'histoire. On ne lapide plus les juives depuis deux mille ans et on ne fait plus de ces textes des lois - le génie juif étant, comme chacun sait, dans l'interprétation infinie du texte.  Alors que pour l'islam, la caillasse et les coups de fouet, c'est de l'actualité. Une actualité éternelle, vu que le Coran, contrairement à la Torah et la Bible, n'est pas un texte inspiré de Dieu, autrement dit, qui passe par l'écriture des humains, mais bien dicté par lui (cf sur ce point La loi de Dieu de Rémi Brague), et qui par conséquent ne se discute pas sous peine de tout. Quant au Christianisme, je n'oserai rappeler, de peur que l'on m'accuse de partialité, que Jésus est précisément celui qui a dit qu'il était un peu fort de café que des fouteurs invétérés massacrent une femme avec qui ils foutaient la veille. Et qu'en matière de mariage, Paul dit que si en effet la femme doit se soumettre à l'homme, "le corps de l'homme appartient à la femme comme le corps de la femme appartient à l'homme" (1 Corinthiens, VII-4) et que l'homme doit "aimer sa femme comme lui-même" (Ephésiens, V-28-33), ce qui n'est peut-être pas encore lesbian-queer-gender mais qui convient tout de même à des tas de gens très bien. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, ça me fait toujours du bien de citer un peu du Dieu d'amour en plein exposé du Dieu de haine.

    Allez, changement d'ambiance, on y retourne !

    "Commande aux femmes qui croient de baisser leurs yeux et d'être chastes, de ne découvrir de leurs ornements que ce qui est en évidence, de couvrir leurs seins de voile, de ne faire voir leurs ornements qu'à leurs maris ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, à leurs fils ou aux fils de leurs maris [ça sent la tournante, vous ne trouvez pas ?], à leurs frères ou aux fils de leurs frères, aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes de ceux-ci, ou à leurs esclaves [au fait, l'islam encourage et pratique l'esclavage encore en 2006] acquêts de leurs mains droites [la gauche sert à se torcher], ou aux domestiques mâles qui n'ont point besoin de femmes, ou aux enfants qui ne distinguent pas encore les parties sexuelles d'une femme. Que les femmes n'agitent point les pieds de manière à faire voir les ornements cachés. Tournez vos coeurs vers Dieu, afin que vous soyez heureux." (XXIV-31)

    Le coeur vers Dieu mais la tête et les pieds sous la burka. Si j'étais une femme, je ne me torcherais qu'avec les pages du Coran. Et placerais celui-ci toujours sous d'autres livres (il paraît que c'est un blasphème épouvantable de le faire), ceux par exemple de Chahdortt Djavann ou de Fadela Amara. Mais pas celui de Saïda Kada, l'auteure du fameux  "L'une voilée, l'autre pas", qui exhibe régulièrement son voile en brassard sur les plateaux de télévision (on l'a encore vue à Mots croisés la semaine dernière) et défend tranquillement la lapidation des femmes... qui veulent être lapidées pour se purifier de leur péché. Vous connaissez tous ce Hadith qui raconte l'histoire de cette femme qui vient s'accuser d'adultère devant Mahomet et lui demande de se faire lapider ? N'apportant aucune preuve de son crime, elle est déboutée. Quelque temps plus tard, la voilà qui revient enceinte (la preuve donc qu'elle a couché) et réclame son châtiment. Un peu embêté, Mahomet l'exhorte à penser à son enfant et la renvoie. Mais après avoir accouché, la lapidophile revient et lui réclame de nouveau son dû. Un rien agacé, le Prophète lui conseille plutôt d'allaiter son bébé. Mais au bout de la quatrième fois, elle revient et là il craque, cède à sa volonté et on la caillasse enfin - et cette histoire, disent les "spécialistes de l'islam" (qui est comme le pendant surréaliste de la confrontation entre Jésus et la femme adultère) constituerait la preuve que Mahomet était plutôt contre la lapidation !  Très forte Saïda Kada ! Il ne faut pas se leurrer, il n'est pas tout seul Tariq Ramadan. Des Vierge du Paradis prêtes à faire la révolution verte et à regarder tranquillement le spectacle de leurs soeurs lapidées volontaires, il y en a plein autour de lui - beaucoup moins que d'hommes certes, mais elles constituent une troupe d'élite. Et comme lui, elles arborent ce visage de fanatisme flegmatique, d'ultra violence calme, sûre d'elle-même, à la Ben Laden. Leur rhétorique plus rodées que la nôtre. Leur façon byzantine de retourner les problèmes ("l'islam qui est toujours facteur de paix et de progrès", "le voile qui célèbre les femmes plutôt qu'il ne les aliène", etc.) Elles savent que nous ne pouvons pas les comprendre ou que nous n'oserons pas les contredire vraiment - sauf Elisabeth Badinter un soir qui avait demandé à Saïda pourquoi elle cachait ses cheveux, et provoquait pour une fois chez cette dernière une rage djihadienne-minute. La plupart du temps, elles sont souveraines, les mahométanes, elles attendent leur heure, nous observant de leur regard de gazelles féroces, sachant que nous leur sommes déjà soumis - à elles, putes et soumises à Mahomet.

    Lien permanent Catégories : Spectacles sociaux 98 commentaires 98 commentaires Imprimer