Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une sensation de douce chaleur picotante sans effusion de sang.

     

    Le fantôme de la liberté.jpgMary_Poppins.jpg


     

    MME BELLINGHAM

    Il m'a adressé sous divers styles d'écriture des compliments exagérés où il me donnait le nom de Vénus à la fourrure et a feint une profonde pitié pour mon cocher gelé Palmer tandis que dans le même souffle il se disait envieux de ses oreillettes et de ses peaux de mouton laineuses et de son heureuse proximité avec ma personne lorsqu'il se tient derrière mon cabriolet revêtu de ma livrée aux armoiries des Bellingham écusson garndi de sable, une tête de cerf coupée d'or. Il louait presque avec extravagance mes extrémités inférieures, mes mollets galbés dans des bas de soie tendus à la limite, et faisait le panégryrique enthousiaste de mes autres trésors dissimulés sous de la dentelle sans prix que, disait-il il parvenait à évoquer. Il m'exhortait (déclarant que m'exhorter était, selon lui, sa mission dans la vie) à souiller le lit conjugal, à commettre l'adultère à la première occasion.

     

    L'HONORABLE MME MERVYN TALBOYS

    (en costume d'amazone, bombe, bottes de cavalier éperonnées-d'ergots, gilet vermillon, gantelets de mousquetaire fauves avec baguettes à galons, longue traîne sur le bras et stick de chasse avec lequel elle ne cesse de cingler son empeigne.) Moi également. Parce qu'il m'avait vue sur le terrain de polo de Phoenix park lors du match Toute l'Irlande contre le Reste de l'Irlande. Mes yeux, je le sais, brillaient divinement tandis que j'observais le Capitaine Uppercut Dennehy des Innskillings remporter le dernier chukkar sur son cher cob Centaur. Ce Don Juan plébéien m'observait de derrière un frac et m'a envoyé sous double enveloppe une photographie obscène, comme on en vend la nuit sur de grands boulevards parisiens, une insulte pour toute dame comme il faut. Je l'ai encore. Elle représente une senorita partiellement dénudée, frêle et jolie (sa femme, comme il me l'asssurait solennellement, prise par lui d'après nature), pratiquant la fornication illicite avec un toreto musculeux, évidemment une gouape. Il m'exhortait à faire de même, à mal me conduite, à pécher avec les officiers de la garnison. Il m'implorait de souiller cette lettre de manière inqualifiable, de le châtier comme il le mérite amplement, de l'enfourcher et de le faire courir, de le cravacher de la manière la plus vicieuse.

     

    MME BELLINGHAM

    Moi aussi.

     

    MME YELVERTON BARRY

    Moi aussi.

     

    (Plusieurs dames dublinoises extrêmement respectables apportent des lettres inconvenantes reçues de Bloom.)


    L'HONORABLE MME MERVYN TALBOYS

    (Fait sonner ses éperons cliquetants dans une soudain paroxysme de fureur.) Je le ferai, par le Dieu qui nous voit. Je fouaillerai ce sale roquet, ce capon aussi longtemps que je serai capable de me tenir au-dessus de lui. Je l'écorcherai vif.

     

    BLOOM

    (Ses yeux se ferment, il défaille, plein d'espoir.) Ici ? (Il se tortille.) Encore ! (Il halète et s'aplatit.) J'aime ce danger.

     

    L'HONORABLE MME MERVYN TALBOYS

    Tout à fait ! je vais vous chauffer. Vous allez savoir quel quel pied danser.

     

    MME BELLINGHAM

    Tannez-lui bien le cuir, à ce parvenu ! Marquez-le de la bannière étoilée !

     

    MME YELVERTON BARRY

    Infâme ! Il n'a aucune excuse ! Un homme marié !

     

    BLOOM

    Tous ces gens. Je n'avais pensé qu'à l'idée de la fessée. Une sensation de douce chaleur picotante sans effusion de sang. Des coups de fouet raffinés pour stimuler la circulation.

     

    L'HONORABLE MME MERVYN TALBOYS

    (Rit avec dérision.) Oh, vraiment, mon beau monsieur ? Eh bien, par le Dieu vivant, vous allez à présent avoir droit à la surprise de votre vie, croyez-moi, la plus impitoyable raclée qu'un homme ait jamais demandée. Vous avez cinglé la tigresse qui sommeillait dans ma nature et l'avez rendue furieuse.

     

    MME BELLINGHAM

    (Agite son manchon et son face-à-main, vindicative.) Faites-le souffrir, ma chère Hanna. Faites-le chauffer. Rossez-moi ce bâtard jusqu'à deux doigts de la mort. Le chat à neuf queues. Castrez-le. Vivisectez-le.

     

    BLOOM

    (Frissonnant, s'aplatissant, il joint les mains : un air de chien battu.) O froideur ! O frisson ! C'était votre beauté ambrosiaque. Oubliez, pardonnez. Kismet. Faites-moi grâce pour cette fois-ci. (Il tend l'autre joue.)


    MME YELVERTON BARRY

    (Avec sévérité.) Ne le faites sous aucun prétexte, madame Talboys ! Il devrait être étrillé sévèrement !

     

    L'HONORABLE MME MERVYN TALBOYS

    (Déboutonnant violemment sans gantelet.) Je n'en ferai rien. Chienporc il est et a été depuis qu'il a été mis bas ! Oser s'adresser à moi ! Je le fouetterai à blanc et à bleu dans les rues en public. J'enfoncerai toute la molette de mes éperons dans sa chair. C'est un cocu coté. (Elle cingle sauvagement l'air de sa cravache.) Déculottez-le moi sans perdre une minute. Venez-ici, monsieur ! Vite ! Prêt ?

     

    BLOOM

    (Tremblant, commençant à obéir.) Le temps a été d'une telle douceur.

     

    James Joyce, Ulysse, "Circé" (dite "scène du bordel")

     

    traubelmarx.jpg

     

     

    Lien permanent Catégories : Joyce 0 commentaire 0 commentaire Imprimer