Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Qui tue l'écrivain en Edouard Louis

    Edouard-Louis.jpg

     

    Edouard Louis pourrait être un grand écrivain. Ses deux précédents livres avaient de la gueule, une rage naturaliste à la Jules Vallès pour le premier, une construction quasi faulknérienne pour le second. Hélas, dès celui-ci, l’idéologie, cette mort programmée de la littérature, finissait par l’emporter. La blessure devenait prétexte à la cause et la violence, une thèse neuneu pour expliquer qu’en Occident, tout le monde est coupable de la violence sauf le violent. Édouard Louis donnait l’impression de ne pouvoir penser que ce que Geoffroy de Lagasnerie ou Didier Eribon lui avaient soufflé dans l’oreille. Et dès lors galvaudait son œuvre.

    Qui a tué mon père est en ce sens son chef-d’œuvre. On le retrouve à son meilleur et à son pire.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Edouard Louis 0 commentaire 0 commentaire Imprimer